Essai 2021 – Rotwild R.X375 Core

On en a rêvé… Rotwild l’a fait !

C’est un peu le VTTAE du futur, celui que l’on attendait tous… si ce n’est pour l’adopter, au moins pour l’essayer ! En effet, le nouveau Rotwild R.X375 pèse moins de 20 kilos, est équipé du moteur Shimano EP8 dans sa version à 85 Nm et ses composants indiquent clairement une vocation sportive. Car ici, point de motorisation bridée ou d’assistance “light”. On fait dans l’efficace, en s’approchant du VTTAE dont les amateurs de pratique engagée rêvent en secret depuis quelques années. Le rêve est-il en passe de devenir réalité ? Réponses…


Rotwild R.X375

  • Usage Trail et All Mountain
  • Roues de 29 pouces
  • Débattement 150 mm AV et AR
  • Cadre en carbone (2,5 kg)
  • Reach 450 mm et Stack 620 mm en taille M, offset (déport de fourche) 44 mm
  • Motorisation Shimano EP8 250 watts, 85 Nm
  • Batterie IPU375 QR Carbon de 375 Wh + chargeur rapide 4,5A
  • Console et commande : Shimano E800
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Boost) + assistance à la marche
  • Système pour réglages moteur personnalisés : oui, avec l’application E-Tube Project et E-Ride téléchargeables sur smartphone
  • Pneus Schwalbe Nobby Nic 29×2.35
  • 4 tailles (S, M, L, XL)
  • 3 modèles entre 6 999 et 11 499 €
  • Prix du modèle testé : 6 999 €
  • Poids vérifié : 19,85 kg (sans pédales, en taille M)
  • Disponibilité immédiate
  • Fiche du vélo sur www.rotwild.com

Je ne sais pas vous, mais moi, ça fait deux ou trois ans que j’essaye d’imaginer à quoi pourrait bien ressembler le VTTAE sportif du futur. Que je me prends à rêver d’un vélo à moins de 20 kilos équipé d’un moteur puissant qui permet d’aller taquiner le franchissement et les montées extrêmes, tout en ayant une géométrie et des composants capables d’affronter de vrais descentes, genre spéciales d’Enduro.

En février, lors de la présentation, puis de l’essai du Lapierre Overvolt GLP2 équipé d’une batterie Powerpack de 500 Wh, j’ai eu un aperçu de ce que ça pouvait donner. On y était presque…

Et aujourd’hui, avec le R.X375, Rotwild pousse le bouchon encore plus loin en proposant de réduire encore plus l’autonomie de la batterie (375 Wh, donc), tout en l’intégrant magnifiquement dans le tube diagonal. La marque allemande sera donc la première à proposer le VTTAE du futur… et Shimano, le premier à l’équiper d’un moteur paramétrable en fonction de la pratique de son utilisateur et des besoins de chaque pilote. Le résultat est assez bluffant, la finition superbe et avec 150 mm de débattement, plus une géométrie quasiment parfaite pour un All Mountain, sur le papier, on n’est pas loin du sans-faute.

Grâce à son cadre full carbone (même la biellette de suspension est du même matériau), sa mini batterie et son équipement adapté, le poids du modèle d’entrée de gamme à 6 999 euros passe juste sous la barre des 20 kilos (19,85 kg). Et ça, avec un vrai moteur puissant à 85 Nm ! Prometteur, l’engin.

Concernant la géométrie, on est dans la moyenne de ce qu’il se fait de mieux actuellement pour un VTTAE polyvalent, mais montagnard, avec un angle de fourche de 66,5°, un tube de selle à 75,5°, des bases de 450 mm et une hauteur de boîtier de pédalier de 340 mm. Bref, de quoi s’amuser sur pratiquement tous les types de parcours.

Au niveau de l’esthétique, Rotwild fait fort également, avec une déco sobre, une finition soignée, un cadre au design très réussi et un passage de la câblerie en interne au top. Côté pratique, même le démontage de la batterie avec corps en carbone est on ne peut plus facile. D’une simple pression sur un bouton doré, elle se dégage immédiatement et se révèle particulièrement légère (1,95 kg) une fois dans la main. En revanche, si vous décidez d’en acheter une en plus pour doubler l’autonomie, il vous en coûtera la somme rondelette de 749 euros… Pas donné.

Composants

Et puisque l’on parle de prix, attardons-nous sur l’équipement du R.X375 Core, monté, rappelons-le, sur un cadre tout en carbone de 2,5 kg. Et pour le coup, avec une transmission Shimano XT 12 vitesses 11/51, une tige de selle télescopique Crankbrothers dotée de 150 mm de débattement (le minimum pour une pratique All Mountain sportive) et des freins Magura MT5 4 pistons avec disques de 203 mm à l’avant et 180 à l’arrière, il n’y a pas grand-chose à redire. Surtout si l’on rajoute à cela les suspensions Fox Performance (on y reviendra…), les roues DT Swiss H1900 Spline de 30 mm de largeur entre crochets, la selle Ergon SM Sport et les poignées Lock-On de la même marque.

Et du côté des composants siglés Rotwild, si l’on s’attarde un peu sur la potence d’inspiration Renthal et le cintre équipé d’un passage des fils en interne, on ne peut que saluer la qualité et la finition des produits.

Enfin, même s’ils offrent un poids réduit et un rendement supérieur, les pneus Schwalbe Nobby Nic en 2.35 ne sont vraiment pas adaptés à la pratique du VTTAE sportif sur terrain accidenté et cassant… Dommage, mais c’est bien là le seul petit bémol et pour 6 999 euros, même si c’est une somme, j’estime que le client en a vraiment pour son argent.

Suspensions

En choisissant de monter une fourche Fox 36 Performance, Rotwild n’a pas cherché à gagner du poids à tout prix… Au contraire, même si le R.X375 est particulièrement léger, la marque allemande semble avoir tenu compte des contraintes supplémentaires liées à l’assistance électrique. De la vocation All Mountain du vélo, aussi. Et ça, nous ne pouvons que cautionner. Simple à régler et équipé d’une cartouche e-MTB Fit4 extrêmement efficace, la Fox 36 2021 est une vraie valeur ajoutée sur un VTTAE.

De plus, elle s’accorde vraiment bien avec la suspension arrière, qui, montée avec un Float e-MTB dont la réputation n’est plus à faire, fonctionne parfaitement. En position ouverte, l’amortisseur se comporte très bien et supporte largement un Sag un peu plus important que la moyenne conseillée (30 % d’enfoncement avec le pilote équipé sur le vélo). En revanche, en montée, cela implique de le mettre régulièrement en position figée, au milieu, entre ouvert et bloqué. C’est ainsi, avec davantage de maintien, que l’on gravit le mieux les pentes techniques, sinueuses et cassantes.

Moteur et batterie

Le nouveau moteur Shimano EP8 possède un rapport poids/puissance qui le situe parmi les meilleurs du marché et contribue à le rendre un peu moins énergivore. En effet, la réduction des frictions donne davantage d’autonomie à la batterie quand l’assistance est enclenchée, et un pédalage plus fluide, sans résistance, quand le moteur est coupé ou se débraye au-dessus des 25 km/h. Sur un VTTAE qui n’offre qu’une autonomie assez réduite, c’est donc forcément un atout.

La nouvelle motorisation EP8 est également plus silencieuse, alors qu’un assemblage d’engrenages plus précis et un faisceau de câbles mieux agencé participe plus efficacement au refroidissement du moteur en cas de fortes chaleurs ou quand l’assistance est sollicitée au maximum.

En ce qui concerne la batterie de 375 Wh, elle est forcément très compacte et sa coque en carbone permet d’atteindre un poids très raisonnable de 1,95 kg. De plus, elle est particulièrement facile à extraire de son logement en effectuant une simple poussée sur le bouton doré situé juste au-dessus et en la sortant latéralement de l’autre main. Certaines marques dont les batteries ne sont amovibles qu’en démontant le moteur (eh oui, ça existe encore en 2020 !) feraient bien d’en prendre de la graine.

Connectivité

Parallèlement à l’application E-Tube Project (voir plus bas dans le chapitre “Comportement moteur”), une nouvelle mise à jour de l’E-Tube Ride permet aux vététistes de garder un œil sur leurs informations via l’écran de leur smartphone. Celui-ci affiche diverses options, comme le nombre de kilomètres parcourus sur les différents modes Eco, Trail ou Boost, ainsi que de nouvelles fonctionnalités, comme l’historique des sorties ou des cartes interactives. Tout cela dans des interfaces plus ergonomiques et plus agréables à utiliser.

Les deux applications sont téléchargeables dès à présent sur iPhone et Android et sont entièrement compatibles avec le système Shimano EP8.

Sur le terrain

Prise en main

Souvent, sur les VTTAE actuels, j’ai tendance à dire que les vélos se prennent assez facilement en main. Qu’on est bien installé et qu’au bout d’une ou deux sorties, on se sent comme “à la maison”. Mais avec le Rotwild R.X375, c’est encore plus net. Dès les premiers kilomètres, le côté facile du bike apparaît comme une évidence.

Sa vivacité aussi, y compris moteur coupé. En clair, pour un e-Bike, ça roule déjà très bien uniquement à la pédale. Il se met facilement sur la roue arrière, démarre au quart de tour, s’élance assez rapidement et maintient parfaitement sa vitesse une fois passés les 15/20 km/h… Sans les roues en carbone, on est déjà assez proche du Specialized Turbo Levo SL Comp et quasiment au niveau de l’Orbea Rise, pourtant un peu plus léger. En quelques tours de roues, j’ai vite compris que ce VTTAE était bien né. Qu’il était non seulement léger, mais aussi parfaitement équilibré.

Après les réglages habituels, c’est donc confiant que je suis parti dans les collines faire mon premier vrai tour de test. Il faut dire que mis à part les pneus un peu trop légers pour un terrain de jeu provençal, le reste est clairement au niveau du cadre et de la motorisation. Avec une mention spéciale à la fourche Fox 36 Performance 2021, déjà tellement efficace avec ses réglages de base !

Comportement du moteur

Pour moi, c’est le point essentiel de la nouvelle motorisation EP8. Afin de garantir une sensation de pédalage naturel, Shimano a sérieusement amélioré le logiciel de son nouveau modèle. Pour ce faire, il a fallu repenser le fonctionnement et la personnalisation des 3 modes d’assistance. Ainsi, le plus puissant, à savoir le Boost, peut désormais délivrer un couple maximal de 85 Nm sans que le pilote n’ait besoin de forcer outre mesure.

Le mode Trail peut lui aussi atteindre les 85 Nm, mais il est bien plus réactif en fonction de la force exercée sur les pédales. Il est ainsi possible d’économiser l’autonomie de la batterie avec un couple faible, ou au contraire de disposer d’une puissance maximale et d’un couple de 85 Nm dès lors que le pilote délivre 60 Nm. Soit nettement plus tôt que sur la précédente version. Et c’est cet algorithme de ratio d’assistance intelligent qui rend le mode Trail bien plus polyvalent. Qui fait aussi que l’on peut se passer de changer de mode d’assistance sur une grande majorité de parcours. A ce titre, et toutes proportions gardées, on se rapproche pas mal du mode e-MTB de Bosch. Il suffit juste de se pencher sur les réglages, de bien paramétrer son assistance (comme expliqué plus loin), et… ça marche ! Quant au mode Eco, sa plage d’utilisation est un peu plus large et il peut servir en phase d’échauffement, lors d’un entraînement pour les pilotes les plus sportifs, ou simplement à l’occasion d’une sortie qui mêle VTTAE et VTT sans assistance. Et là encore, dans ce cas de figure, le poids réduit du R.X 375 et son côté dynamique lui permettent de rester relativement performant, même avec une assistance réduite ou carrément sur Off, où il s’en sort aussi plutôt bien.

Comment ça marche

Via l’application E-Tube Project (version 4.0), tous ces modes sont entièrement personnalisables, aussi bien chez vous que pendant votre balade à l’aide de votre smartphone. Cela permet à l’utilisateur d’adapter le système à son niveau, comme aux terrains sur lesquels il évolue. Ainsi, les modes Eco, Trail et Boost peuvent être personnalisés chacun sur 10 niveaux différents, alors que le couple moteur peut être réglé au choix entre 20 et 85 Nm.

Il existe également 5 paramétrages possibles du mode de démarrage de l’assistance qui peuvent tous être enregistrés sous différents profils d’utilisateurs et pour différents types de sorties, comme par exemple une simple rando ou une séance engagée sur terrain très accidenté. Toutes ces informations peuvent être sauvegardées en tant que préférences dans le profil du pilote, avec un mode rando qui permet d’économiser davantage la batterie et un mode performance plus adapté aux terrains techniques et pentus. L’utilisateur peut ainsi basculer facilement d’un mode à l’autre via l’écran de contrôle.

À la montée

Ce qui surprend le plus avec ce R.X375, c’est qu’il se comporte comme un VTT sans moteur… C’est-à-dire qu’il possède un dynamisme assez extraordinaire et une capacité de franchissement assez bluffante. Non seulement il est très facile à mettre sur la roue arrière dès que l’on a besoin de survoler un obstacle ou de monter une marche, mais en plus, il est stable. A ce titre, on peut le comparer au Lapierre Overvolt GLP2 Team testé il y a presque un an et qui m’avait agréablement surpris par son comportement exceptionnel en montée. Comme ce dernier, le Rotwild ne se cabre jamais inopinément, mais en revanche, la roue avant se lève facilement dès qu’on le souhaite… Cela paraît logique comme ça, mais cependant, sur certains VTTAE, il arrive que ce soit l’inverse qui se produise !

Bien sûr, les roues de 29 pouces, les suspensions irréprochables et la rigidité du cadre full carbone aident le vélo à se comporter de la sorte, mais quand même, on sent bien que le positionnement du poids supplémentaire embarqué et la géométrie quasiment parfaite sont le fruit d’un vrai travail de recherche et de développement autour de la nouvelle motorisation Shimano EP8. Avec l’idée de tirer le maximum du potentiel de l’ensemble.

En effet, dès que l’on aborde les passages techniques les plus délicats – surtout l’hiver avec l’humidité – la sensation de stabilité et la qualité de la motricité sont telles que le pilote prend davantage confiance en lui et en vient parfois à se surpasser. Il faut dire aussi que l’excellent fonctionnement du moteur en mode Trail n’est pas le dernier à vous donner des ailes. Comme si l’on avait l’impression qu’il allait vous assister jusqu’au bout sans faillir. Qu’il suffisait d’appuyer à chaque fois un peu plus sur les pédales pour en avoir encore… Ou simplement de tourner les jambes à une vitesse plus élevée pour s’envoler dès que la pente est moins raide.

C’est bien simple, même si parfois cela demande un poil plus d’engagement physique, j’ai effectué quasiment toutes les montées techniques de mes différents parcours sur le mode Trail en oubliant volontairement le Boost. C’est vraiment de cette façon qu’il est possible d’aller très vite et que l’on peut éventuellement distancer les collègues quand on se tire la bourre pour rigoler.

Personnellement, j’ai senti le binôme Rotwild R.X375 et moteur EP8 largement au niveau de mes deux références actuelles en montée, à savoir le Lapierre GLP2 Team déjà cité et le Moustache Samedi Trail 10 2021 (à l’essai en ce moment même)… équipés tous les deux, rappelons-le, du Bosch Performance Line CX Gen4.

Il est d’ailleurs intéressant de souligner que ces deux VTTAE équipés d’une batterie de 500 Wh pour l’un (Lapierre) et d’une de 625 Wh pour l’autre (Moustache), pèsent respectivement deux et trois kilos de plus que le Rotwild et son petit accu de 375 Wh. En gros, ils sont donc là, les kilos gagnés… La question étant maintenant de savoir si le nouveau moteur Shimano EP8 tiendrait la comparaison avec le Bosch sur un châssis plus lourd. Patience, la réponse ne devrait pas tarder, je suis sur le dossier !

En descente

S’il est désormais reconnu que l’on s’amuse aussi énormément en montée au guidon d’un VTTAE, ce n’est pas pour cela qu’il faut négliger le comportement en descente. L’essence même du mountain bike, qui remonte à l’époque où les pionniers de ce sport sillonnaient les pistes du Mont Tamalpais, situé au nord de San Francisco, sur leurs vélos “urbains” à gros pneus et guidon relevé. C’était à la fin des années 1970 et on ne parlait pas encore de suspensions ni de freins à disque… Et encore moins de moteur et d’assistance électrique.

Aujourd’hui, grâce à son poids supplémentaire situé autour du boîtier de pédalier, le VTTAE possède l’avantage de mettre son pilote en confiance. D’avoir une meilleure stabilité que sur un VTT classique, qui, du coup, aide à progresser. Cependant, plus les années passent et plus les modèles évoluent. Plus le poids diminue et la répartition des masses devient plus judicieuse. Pour arriver enfin, en 2021, à un Rotwild de 19 kilos qui a la particularité de conserver ce fameux côté sécurisant que l’on apprécie tous, mais aussi d’afficher un tempérament joueur, dynamique et nerveux, digne d’un modèle sans assistance.

Il y a cinq ans, Rocky Mountain avait placé la barre assez haut avec son Altitude Powerplay. Un VTTAE bien né et très à l’aise en descente. Puis, l’an dernier, c’est Lapierre qui a encore fait avancer les choses, grâce au GLP2 développé par le décuple Champion du Monde de DH, Nicolas Vouilloz… Mais là, en découvrant les qualités de ce R.X375 dans le dénivelé négatif, j’avoue que je n’en suis pas revenu. Mais il faut me comprendre. En effet, depuis presque dix ans, j’avais l’habitude d’essayer des VTT à assistance électrique venus d’outre-Rhin dont la géométrie et la philosophie de base étaient parfois à des kilomètres de ce que j’attendais pour m’amuser sur mes sentiers favoris du Var… Et là, d’un coup, sans m’y attendre, je me retrouve au guidon d’un bike allemand qui aurait pu être dessiné par des Canadiens, voire conçu par une légende du VTT français !

Un petit Rotwild qui se comporte à merveille aussi bien dans les chemins rapides et les grandes courbes que l’on prend à fond sur l’angle que dans les sentiers de chèvres – que j’affectionne beaucoup -, mais où le vélo à intérêt à être maniable et joueur, sous peine de condamner son pilote à subir plus qu’à prendre du plaisir. Bref, quelque chose de vivant, mais dans le bon sens du terme. Pas du genre à vivre en gigotant de l’arrière ou en guidonnant de l’avant. Non, un engin marrant, certes, mais particulièrement sain. Bon, bien sûr, les pneus Schwalbe Nobby Nic d’origine – inadaptés pour le type de terrain sur lequel j’évolue – n’ont pas fait long feu, mais c’est bien le seul petit défaut que j’ai finalement trouvé sur ce VTTAE novateur.

Aidé par une fourche Fox 36 Performance 2021 irréprochable, un système de suspension arrière parfaitement en phase avec l’amortisseur Float Evol spécifique E-Bike et des freins Magura MT5 à la fois puissants et progressifs, le Rotwild R.X375 Core s’est donc révélé à la hauteur de mes attentes – qui étaient pourtant particulièrement élevées avant d’attaquer cet essai… Au final, et je n’ai pas honte de le dire, c’est tout simplement un coup de cœur qui s’est transformé en coup de foudre.

Autonomie

Avec un vélo de type poids plume et un pilote pas trop lourd non plus (69 kilos pour 1,80 m), on gagne forcément des watts en autonomie. Mais avec une batterie de 375 Wh seulement, la première question que l’on se pose, c’est de savoir combien de temps on va bien pouvoir faire du vélo avant de tomber en panne “sèche” !

Eh bien j’avoue qu’à ce niveau-là, j’ai de nouveau été bluffé. En effet, après avoir roulé de nombreuses fois sur des parcours de moins de deux heures (confinement oblige), fin novembre, j’ai profité de l’autorisation qui nous était donnée de pouvoir partir plus loin et plus longtemps pour effectuer une belle sortie variée et aller au bout de la batterie…

C’est ainsi que j’ai pu mesurer vraiment l’autonomie assez intéressante du R.X375 et ses capacités à vous emmener relativement loin – y compris sur le profil le plus sportif réglé à 85 Nm. Et en effectuant cette balade à 15 % sur Off, 50 % en mode Eco et 35 % en Trail sur les montées les plus techniques, j’ai roulé 2h35 (sans m’arrêter), monté 1 025 m de dénivelé positif et parcouru 39 kilomètres. De quoi se passer d’une plus grosse batterie la majeure partie du temps… Tout du moins pour une utilisation qui correspond à la grande majorité des pratiquants, exception faite, évidemment, des amateurs de raids au long cours. Mais pour l’instant, si l’on s’en tient aux faits, au concret, le Rotwild R.X375 est tout simplement le premier représentant d’une nouvelle race de VTTAE.

Enfin, si l’on ajoute à tout cela que la batterie pèse moins de 2 kg et qu’elle se démonte extrêmement facilement, on imagine tout de suite la facilité d’en placer une autre à l’intérieur d’un sac à dos, ou même de la laisser à disposition sur un point de ravitaillement du parcours… Ainsi, c’est plus de 80 km de chemins et plus de 2 000 m de dénivelé positif qui “s’offrent” au vététiste randonneur – si j’ose m’exprimer ainsi -, puisque cela alourdit tout de même la facture de plus de 700 euros !

Qu’en penser ?

Même si j’ai un peu l’impression d’avoir tout dit et de m’être livré parfois à des commentaires que l’on pourrait qualifier de dithyrambiques, je voudrais préciser néanmoins qu’en toute honnêteté, je persiste et je signe…

Oui, le Rotwild R.X375 est vraiment un excellent VTTAE. Oui, il possède ce je ne sais quoi en plus qui a le pouvoir de vous séduire immédiatement. Oui, il sait conjuguer avec talent les nombreux avantages du VTTAE sans en avoir les petits inconvénients. Et oui, pour la grande majorité de mes sorties en vrai tout-terrain, j’ai su m’adapter à son autonomie réduite sans que cela vienne freiner mon enthousiasme ni atténuer mes acclamations !

Alors c’est vrai, si l’on désire partir pour une randonnée de quatre ou cinq heures, il faudra prévoir d’investir dans un accu additionnel et le transporter dans un sac à dos.

Mais hormis cette contrainte qu’il est impossible d’ignorer, quel bonheur de rouler en montée comme en descente avec la sensation de piloter un VTT léger, maniable, vif et joueur, qui ne semble avoir une assistance électrique qu’au seul moment où l’on en a besoin.

Alors bien sûr, ce bonheur a un prix et j’avoue que devoir débourser 6 999 euros pour s’offrir le modèle le plus abordable de la gamme n’est pas donné à tout le monde. Les VTTAE dits “light”, avec leur cadre en carbone et leurs composants haut de gamme, sont effectivement bien chers et le rêve est loin d’être à la portée de toutes les bourses.

Malheureusement, en 2021, c’est le tarif… Reste plus qu’à espérer, que, dans les années à venir, les progrès sur le poids des batteries et de la motorisation permettent aux constructeurs de proposer des VTTAE avec cadre en aluminium en-dessous des 20 kilos et à moins de 5 000 euros. Car nous ne sommes aujourd’hui qu’au début de l’ère de l’assistance électrique et à la vitesse incroyable où la technologie progresse, tout est possible !

Points forts

+ Géométrie

+ Finition

+ Suspensions

+ Polyvalence

+ Confort

+ Dynamisme

+ Moteur Shimano EP8

Points faibles

Pneus d’origine inadaptés

Prix de la batterie

Autonomie forcément plus réduite

Vis-à-vis de la concurrence ?

Un concurrent de plus pour le Lapierre e-Zesty, le Specialized Turbo Levo SL et l’Orbea Rise ? Oui, si l’on veut… Mais en utilisant le profil éco du nouveau moteur Shimano EP8 réglé sur 60 Nm, alors ! Car autrement, en “full power”, le Rotwild R.X 375 vient carrément se frotter aux meilleurs VTTAE du marché équipés d’une motorisation classique. On parle là du Lapierre Overvolt GLP2 Team, du Moustache Samedi Trail 10, du Specialized Turbo Levo Expert, de l’Orbea Wild FS ou du Rocky Mountain Instinct Powerplay BC… Rien que ça !

La gamme Rotwild R.X375

Du côté du Rotwild R.X375, trois modèles sont au catalogue. Outre le Core de notre test, le plus abordable (6 999 euros quand même), on trouve également le Pro un peu mieux équipé à 8 499 euros et l’Ultra, un haut de gamme équipé full XTR, Fox Kashima et roues DT Swiss carbone au tarif exorbitant de 11 499 euros.

Enfin, pour ceux qui ont une pratique plus engagée, dans le même esprit, Rotwild propose le R.E 375, un enduro en 170 mm de débattement AV et AR avec un système de suspension légèrement différent. Pour ce modèle, il vous en coûtera 7 499 euros pour le Core et 8 999 euros pour le Pro.

Action !

  1. Le vtt du futur, un velo leger un moteur puissant etc…un velo qui vaut en 7000 et 11000 euros. Les gars heu les petits bourge, aller faire du vtt profiter de la nature, en vttae ou musculaire. Oui le materiel à de l’importance, si on a les moyens de se faire plaisir ok. Maintenant dire que des velos a plus de 5000 euros sont des velos de l’avenir…je me pose des questions sur l’avenir. Bonne balade.

  2. 100% ou, mon cube stereo hybryd tm en 160 Fox de 2020 upgradé bosch 2021 85Nm gratuitement et acheté 3800 € en promo + speedbox 50 km/h d occasion a 120 € est déjà parfait pour le All montain, y compris en descente engagée…2 x moins cher!

    1. Eh, les gars, on se calme !
      Nous sommes là pour tester et vous présenter des nouveautés qui sont intéressantes et qui, parfois, nous séduisent réellement… Si vous n’adhérez pas à ce type de vélos et considérez que les prix sont exorbitants, c’est votre droit !
      Mais s’il vous plaît, ne mélangez pas tout.
      Je suis le premier à constater régulièrement q’un VTTAE à 4 000 euros peut être aussi plaisant à rouler qu’un autre qui coûte le double…
      Je l’ai d’ailleurs écrit noir sur blanc dans le dossier consacré aux VTTAE pas (trop) chers.
      Rien d’autre à ajouter… Au plaisir

  3. Sans doute un très bon vélo, le prix ne serait pas un problème si le cadre était garanti à vie. Sortant de trois casses de cadre en moins de deux ans sur un Lapierre à 6500€, ce critère est devenu un pré-requis pour tout achat de VTT. Certaines marques le font : Giant, Specialized, Santa cruz et d’autres. Après avoir cassé la tirelire je me retrouve sans vélo depuis 220 jours. Attention les bikeurs.
    Ce vélo vu son poids et ses capacités doit être vraiment plaisant, si je le trouve en loc, je l’essaierai volontiers.
    Merci encore pour vos essais qui nous comblent.

  4. 15 % sur Off, 50 % en mode Eco et 35 % en Trail……aucun intérêt!! le VTTAE c’est 100% en tour ou EMTB (avec un Bosch)…le gros problème du VTTAE est justement l’autonomie qui oblige à gérer et ça c’est super stressant.. Alors quel plaisir de rouler en off ou en éco (qui ne fait que gommer le surpoids du vélo!) pour 65% d’une sortie? autant rouler sur un musculaire. grosse erreur ces nouveaux VTTAE hors de prix avec une moindre autonomie.

    1. Mon cher Hervé,
      Je ne sais pas quelle est ta pratique, mais en ce qui me concerne, en utilisant ces pourcentages de modes, j’ai effectué les mêmes parcours techniques quasiment à la même vitesse que sur un VTTAE classique… Sans rouler à l’économie, quoi.
      Le moteur Shimano EP8 possède de nombreux réglages de paramètres et c’est ce qui fait la différence. Surtout avec un modèle léger et dynamique comme le Rotwild. Ensuite, il faut effectivement tenir compte de l’autonomie réduite si l’on dépasse les deux heures de roulage.
      Mais encore une fois, tout est précisé dans le texte de l’essai… Encore faut-il le lire dans son intégralité et non en le survolant !

    2. L’intérêt, c’est de pouvoir faire du sport, et d’avoir l’assistance, pour franchir les gros coups de cul sans pousser !! Sinon, il faut prendre carément une moto électrique, qui sera encore plus fun. Ne tombons pas systématiquement dans la démesure. Mais, je comprends qu’il en faut aussi pour tout le monde.

  5. Ces pourcentages sont en gros les miens à chaque sortie, plus pour mon compte c’est moto d’enduro trial. HM 230 CRF.
    Je roule aussi en musculaire à 66 ans et j’adore. Gérer l’autonomie est une forme de sport plus facile à réaliser avec un VTTAE de 20 kg que de 26 kg. Bonnes sorties à tous, nous on y va dans un quart d’heure pour profiter du soleil ( et économiser des barres de batterie)

    1. Hello, merci pour ce test.
      Je roule essentiellement en musculaire AM et aussi avec un LP eZesty qd je veux m économiser.
      Avec mon eZesty, je fais 1200m D+ sur mon parcours de référence chez moi (Vercors)avant de vider la batterie (en mode eco). C est trop peu pour la majorité de mes parcours et en plus m oblige à rester en mode eco. Ceci dit, ça me permet qd même de rouler 2km/h en moyenne plus vite et avec 10pulses de moins en fcmax. Aussi, je suis surpris que vous ne fassiez que 1000m de D+ avec 50% de batterie en plus que le eZesty.
      Je m attendais à 1500m -1800m de D+.
      Est ce un pb de rendement moteur, ou un usage immodéré des autres modes d assistances(cf les 35% en mode trail) qui sont très energivores?
      Ps1. Pour moi, un vttae n’est pas une moto, ça doit rester un vtt et l assistance doit aider et non remplacer le vttiste…
      Ps2. Mon eZesty pese environ 18,5kg avec batterie et moteur. Mais le rouler sans assistance n est pas une bonne idée. C est trop lourd.
      Sans sa batterie et sans son moteur (fazua), il pese 15,5kg. La c est un vélo roulable; je l ai roulé sans moteur pendant le confinement. Sur des petites sorties de 20-25km, ça le fait.
      Cdt
      Philippe

  6. Erreur ce n’est pas le premier vtae à moins de 20kg.specialized a déjà sorti un vtae avec une batterie de 350w et moins de 20kg.et dans cette gamme de prix également.

    1. Salut Marco !
      Avant de brandir ta pancarte “erreur” avec autant de conviction, lit bien l’article que j’ai écrit…
      Tu pourras constater que je parle du Spé Turbo Levo SL et même de l’Orbea Rise, mais je précise bien que leur motorisation ne possède qu’une puissance et un couple limités par rapport aux VTTAE classiques.
      Ce qui n’est pas le cas du Rotwild R.X375, puisqu’il est équipé du nouveau moteur Shimano EP8 à 85 Nm… Il est donc bien le seul dans sa catégorie – pour l’instant !

  7. Mon focus Jam 2 qui a deux années était donc en avance sur son temps avec aussi une petite batterie de 375w/h et un poids contenu. Niveau conso idem sinon mieux et avec la seconde batterie l’autonomie est doublée, 80 à 100 bornes sans problème en montagne. il a 10500 kms aujourd’hui sans problème, je le garde il me donne entière satisfaction

  8. il me semble qu’il y a confusion..le ressentit et les attentes des utilisateurs sont différentes entre les cyclistes (pratiquants depuis des années en vtt musculaire) et les autres (anciens pratiquants ou pratiquants motocross/enduro par exemple), d’ou la bagarre FFC et FFM.
    Les uns veulent un vélo se rapprochant le plus d’un musculaire pour y ressentir le gout de l’effort avec un poids minimum, une assistance minimum et les autres recherchant plutôt (c’est mon cas) des sensations proche de la moto sur la durée avec de la vitesse (relances, coup pied au cul), etc…mais limitées uniquement par l’autonomie pour l’instant…deux écoles différentes que l’on retrouve dans la complexité de mettre en place la compétition VTTAE, soient copiée sur le XC musculaire mais qui ne donne apparemment pas satisfaction…soit inventer des courses en ligne sur des circuits courts mais à fort dénivelées (grand devers), deux batteries (1000 WH maxi) changement obligatoire pour plus d’équité et des courses types enduro avec liaisons importantes et spéciales en descente mais également en montée (toujours limité à deux batteries pour 1000 WH maxi). pour moi la comparaison entre électrique et musculaire n’est pas raisonnable, c’est un nouveau sport à base de vélo, mais c’est tout!

    1. Voilà une remarque intéressante, quelque peu hors sujet du jour, mais qui mériterait toutefois un article, à part entière, pour traiter ce vaste sujet. (avis à la rédaction !! ) Mais, en tan qu’ancien motard, je vais tenter d’y répondre.

      Pour moi, jamais aucun VTTae ne pourra apporter les sensations d’une moto, et ce, pour plusieurs raisons:
      Principalement parce que 250 watts, ce n’est qu’un petit tiers de cheval vapeur. Comparé aux 50 chevaux d’une moto cross, c’est dérisoire. Donc, peu de chance d’envisager le moindre coup de pied au cul. Ou alors, il faudra revoir toute la chaine de transmission !! Car les chaines et dérailleurs ne vont pas faire long feu. Certes, les boites de vitesses pointent le bout de leur nez… Mais, 250 watts, ça reste 250 watts !!
      Hors de question d’envisager le débridage, hors la loi. Même si je serai plus pour une limitation à 35 km/h, comme aux US (soit 20 miles/h). Notamment pour la sécurité des utilisations urbaines.

      Puis, il existe la catégorie des Speedbikes, dont la première tranche, entre dans la catégorie cyclomoteurs (4000 Watts maxi, 45 km/h, carte grise, immatriculation). Déjà beaucoup plus sympa.
      Puis, viennent les différentes catégories de moto électriques, 125, A2, A1 ou tout terrain non homologuées. Là, ça commence sérieusement à envoyer 🙂

      Pour moi, tel que régie par les normes en vigueur, le VTTae se limite, avant tout, à nous aider les passages techniques et les grosses montées, à aller plus loin, plus haut, et éventuellement plus vite. Mais, le but recherché reste la descente, où on peut largement dépasser les 25 km/h règlementaires. Evidement, en montée, c’est beaucoup plus fun et souvent plus technique, qu’en VTT. Dans le sinueux et les relances, ça peut aussi avoir son avantage. Ce n’est pas pour rien que le VTTae s’est développé, en premier, dans les régions montagneuses. Aujourd’hui, il arrive en plaine, et ça change forcément un peu la donne.

      Ce que je crains, c’est la confusion actuelle, entre certaines catégories. La cohabitation VTT-VTTae n’a pas été simple à mettre en place, et n’est gagnée pour autan. C’est pourquoi, je pense qu’il faut limiter les dérives. Il existe déjà de gros VTTae, comme le Flyon, ou certaines motorisations, qui flirtent avec la loi. Mais elle ne font pas non plus toujours, l’unanimité.

      Je n’est rien contre les Speedbikes, bien au contraire !! J’adore la moto et le 2 roues sous toutes ses formes. Mais, je trouverai plus prudent qu’ils ne soient pas assimilés aux VTTae, mais plutôt, qu’ils s’en distinguent visuellement, afin de s’apparenter à leur catégorie respective. Ceci, afin de limiter les amalgames. Dans ce cas, autan virer les pédales, pour ne garder que l’accélérateur, et adopter une transmission adéquate, qui tiendra le coup dans le temps. Car, le risque est aussi de décevoir certains clients, qui pourraient éventuellement se tromper de cible et faire le mauvais achat. Alors qu’il existe, en fait, nombreuses offres sur le marché, comme celles que j’ai pu citer. L’essentiel, c’est que chacun y trouve son compte, que personne ne soit frustré, et que la cohabitation des différents usagers de la nature puisse continuer à se faire, respectueusement, et dans les meilleures conditions 🙂

    2. Ps: sinon, il y a aussi des marques comme Olympia, qui font des VTTae avec batteries de 900 Wh, très joliment intégrées (modèle EX 900)
      😉

  9. J’ai lus avec interet cet article.
    Pocesseur d’un rotwild re750 j’adore ce vae et quelle finition ( bien au dessus des autres!)
    Seul bemol avec rotwild le reseau de distribution en France , juste quelque revendeur localisé exclusivement dans le sud 😂.
    Etant en region parisienne j’ai fait acheter plusieurs rotwild a des amis et impossible de faire faire les mises a jour car personne a moins de 500 km , une honte !
    Vae super / reseau 😂

  10. Le gros avantage de ce vélo est d’utiliser un EP 8 non bridé. Santa Cruz fait cela sur la gamme Heckler 2021 avec une batterie 500 w mais un peu plus lourd 10,5 kg, cadre carbone garanti à vie, à voir.

    1. J’ai un heckler MX 2021, en ep8, monté léger (20 kg sans pédales), c’est globalement le même état d’esprit mais avec une batterie de 500 pour qq grammes de plus. Pour moi, c’est le compromis idéal! Il faut rajouté à ça le cadre, le cintre carbone et les roues carbone garantis à vie par Santa! Je roule plus de 4:00 sans problème et environ 1200/1300 d+ avec une batterie complète.

      1. Salut Thom !
        J’attends justement – incessamment sous peu – le Santa Cruz Heckler pour un test approfondi… L’occasion de comparer tout cela avec le Rotwild. A lire prochainement sur VTTAE.fr !
        A +

  11. Beau bike, excellent article : clair, précis, technique on ressent bien toute la passion et l’expérience ! Pour partager mon expérience, après 3 VTTAE j’ai eu envie de revenir en AR et donc au musculaire (je sais c’est pas commun !). Un peu la crainte de “m’ennuyer” et de regretter la facilité de l’assistance !! Eh bien pas du tout, tout le contraire, ce qui est frappant c’est ne plus être accaparé par les cellules de la batterie et l’autonomie mais aussi plus de bruit (un silence que j’apprécie vraiment) et le côté sportif du défi ! Revers de la médaille, pourtant pratiquant très régulier (VAE + Vélo de route) il faut se refaire une santé et surtout des cuisses !!!! Tout ceci pour dire que je constate comme bon nombre l’envolé des tarifs sur les VAE (mais après tout ils se vendent comme des petits pains !!) et qu’à titre de comparaison à 6500 € on a un bike haut de gamme en musculaire avec un méga top équipement et l’équivalent en VAE il faut compter désormais 9 à 10 000 €. Et un plaisir de rider tout léger, sans aucune contrainte d’autonomie, de pannes électroniques et de profiter du temps. Toujours est il, il en faut pour tous les goûts et chacun se respectent, par contre pour ma part et mon vécu, je suis plutôt partisan quitte à avoir un VAE, d’avoir une vraie batterie et pas se poser de questions sur la distance, le nbre d’heures, l’autonomie etc…. je prends donc le problème dans l’autre sens à quand de nouvelles énergies (hydrogène, graphène, etc…, etc…) et peut être disposé bientôt d’un VAE de 17 kgs, un couple à 90Nm (normal quoi ! ) et une autonomie ou le seul frein sera l’humain et sa forme physique……. et là on aura le vélo du futur et donc une vraie évolution du VAE car j’ai l’impression que les constructeurs tournent un peu en rond à essayer de nous proposer des solutions soit disant innovantes en attendant l’avenir……Bon ride à tout le monde aussi bien en VAE que VTT…….

  12. C’est toujours un plaisir de te lire Chris. Le texte est clair et précis, les avis techniques sont bien argumentés sans jamais tomber dans des descriptions imbuvables. Ce Rotwild semble très bien né et sera certainement une machine redoutable aux mains des meilleurs e-bikers de compétition. Je suis plus dubitatif sur le choix de la batterie de faible capacité, limitant certainement les circuits à fort dénivelés pour nombres de e-potes, moins affûtés que toi 😉

  13. Je suis d.accord avec Jérôme. Moi même possesseur depuis presque 3 ans d’un Rotwild RX c’est un vélo génial. Bien fini, on oublie rapidement qu’il y a un moteur! Maintenant le gros point noir c’est le SAV! Lorsque l’on vend des Vttae à 10000 € on se doit d’avoir des points de vente et de maintenance sur tout le territoire. Il y a eu un coup de pub cet été sur un nouvel importateur mais depuis plus rien.Mon velo est encore sous garantie mais on ne peut rien faire sur le moteur Broose. Pour une mise à jour où une maintenance je devrais faire 300 bornes?
    Pour cette raison, je regrette vraiment d’avoir choisi ce VTTAE.
    Clermont-Ferrand

  14. Merci beaucoup pour l’article… Je roule en RX 750 et ce bike est pour moi le meilleur du marché actuel en terme de finition, esthétique et fonctionnement! Par contre le seul GROS bémol se sont les pannes récurrente concernant le moteur Brose et la batterie BMZ, 100% des modèle vendu sont tombé en panne!!!! Pour du bike élitiste ça fout les boules…. Point positif, maintenant que Race-co assure la distribution et le SAV, les retours sont rapide (4 jours pour changement moteur et batterie)…. A part cela le bike est fabuleux et les sortie de plus 2000D+ pour 60km sont faisable….

    1. désolé seibert mais moi je n’ai eu aucune panne en 7mois et 1500 km sur mon re750 donc attention avant de balancer des chiffres au hasards!
      pour ce qui est de la finition je suis entièrement avec toi c’est le mieux fini du marché sans soucis.
      sportivement

  15. Bonjour, Pour moi, quand dans un cycle ont adapte un moteur, cela devient un cyclomoteur. Certe, c’est beau, c’est autucieux mais autant prendre un solex ou une mobylette bleue, vous leur mettez des pneus a crampons et roule ma poule…. Le seule probleme est que c’est strictement interdit en foret!
    Donc, force est encore au systeme economique qui s’assoie sur l’urgence ecologique, par la degradation des sols en amont du projet (lithium, aluminium) et en aval parce que nous ne savons que faire des batteries usagees. Alors, ne parlons plus de velo vert …, de VTT vert, c’est ENCORE une catastrophe annoncée. Donc, je sais que meme mon droit a la parole sera ridiculise ici. Cependant, je ferai toujours mes 100 bornes par semaine avec mon VTT à force humaine jusqu’a je ne puisse plus. J’ai remarque que depuis l’arrivee de l’electrcite, la degradation des chemins s’est accentuee, deja bien abimes par les motards du dimanche moto et quad confondus…. J’ai pres de 70 ans, je crains tres fortement la future vie de mes petits enfants si on continue a vivre egoïstement sans conscience
    Mais ce n’est que mon avis

    1. Salut JPD !
      70 ans… Je ne peux que respecter vos choix et votre avis… et vous encourager à continuer à rouler sur un VTT classique !
      Cependant, comme disait ma grand-mère : « Si vous n’aimez pas ça, n’en dégoûtez pas les autres ! » ; )

  16. On en parle peu, mais moins de 20 kg, c’est quand même un avantage, quand il faut porter le bike.
    Autan nos VTTae nous aident énormément en montée, autan ils ont également leur limites, notamment en montagne.
    Et sur ce point là, pouvoir démonter la batterie, pour n’avoir à porter que 18kg, c’est également un avantage.

  17. Pour répondre à JPD, tous les avis sont respectables sauf à exclure ceux d’autrui. J’ai 66 ans fait du VTT depuis 30 ans et roule toujours sur toutes sortes de vélo :
    Deux vélos de route carbone, un musculaire, un électrique.
    Quatre VTT, un tout rigide de 30 ans, un tout suspendu 100 mm de 20 ans, un tout suspendu 130 mm de 11 ans qui peut être électrique ou non et un VTTAE d’aujourd’hui moteur shimano et 160 mm.
    Je suis passé à l’électrique à 64 ans et ne regrette rien.
    Je prends du plaisir avec tous ces vélos et fait les mêmes balades avec électrique ou non par contre quand je veux faire des balades en Savoie ou autre, je sais quel vélo choisir. Je ne dénigre personne, bonnes balades à tous.

  18. Donc, je résume. Je prends mon Trek carbone qui fait 23kg avec une batterie de 625wh et des pneus de DH. Je lui enlève les pédales, je lui mets des pneus en carton et lui colle une batterie 1,5kg plus light. Et j’arrive donc à moins de 20kg aussi.
    Sacré nouveauté. Mais si ça se trouve il y a une clientèle pour ces modèles. C’est vrai que 3kg de moins quand on possède un moteur, ça aide vachement.
    Je suis cynique. Oui c’est un fait.
    Sinon, bel article et jolies photos qui font rêver, merci.

    1. Max,
      Tout n’est pas si simple !
      Je conseille donc à tous les amateurs de VTT à assistance électrique – ou non – de se faire leur idée par eux-mêmes. De rouler, d’essayer le plus de VTTAE possible dès que l’occasion se présente et de pratiquer cette nouvelle discipline de manière assidue…
      C’est le seul moyen de comprendre comment ça marche vraiment. En effet, tous les vélos ne sont pas identiques et ne se comportent pas de la même manière sur le terrain.
      Ce sport est tout nouveau. Il faut donc laisser le temps au temps.
      Eviter les raccourcis et ne pas hésiter à s’enthousiasmer quand c’est mérité.
      Et puis n’oublions pas que le poids ne fait pas tout sur un VTT… Une excellente répartition des masses reste l’une des clés principales dans son comportement.
      Surtout si l’on y rajoute un moteur et une batterie !

  19. Arrêtez de défendre VOTRE VÉLO, pensez aux autres qui sont aussi amoureux du leur, sauf moi, Trois casses de cadre en moins de deux ans, 220 jours sans mon dernier vélo, 6500€, j’adore tous les vélos sauf le mien, roulez un max, cela apaise.

  20. Salut Chris,
    et bonne année / meilleurs vœux (non, pas vieux !) avec des VTTAE toujours plus innovants, des articles qui le font bien et du ride plein les mirettes (et les roulettes) !
    Merci pour cet article encore une fois au top (à faire pâlir de jalousie bien des magazines papier, aussi bien sur le fond et la forme, que dans la structure et les images).
    Et qui illustre parfaitement le futur proche, dont les constructeurs tentent de nous donner un avant goût : des VTTAE de 17 / 18 kg, avec la puissance des VTTAE actuels et des batteries ‘rikiki’ d’une capacité bluffante.
    Car c’est cela que préfigure ce Rotwild, au même titre que l’orbéa ou le levo SL (et quelques autres).
    Alors, qui a dit que ‘retour vers le futur’ ne se jouait qu’au cinéma, ou sur bluray ?
    Et ce même si pour le moment, on doit se contenter de batterie plus juste en termes de capacité et / ou de moteur un poil moins pêchu (voyager dans le futur implique forcément un sacrifice, même modeste).
    A chacun de décider ensuite, s’il souhaite goûter à ce futur avec un peu d’avance sur tout le monde, ou patienter.

    Cordialement,

    1. Merci Vince !
      Je constate avec plaisir que tu as tout compris !!!
      Ou peut-être que contrairement à d’autres, tu as lu le papier dans son intégralité…
      En tout cas, nous sommes d’accord sur l’essentiel. Et effectivement, ce n’est que le début.
      Meilleurs vœux à toi aussi.

  21. Bonjour, et pour ceux qui ne les ont pas encore découverts, 2 challengers de plus ci dessous :
    https://forestal.com/fr/products/siryon
    https://svobike.com/svo-news/svo-chrono-vttae-29-carbone-francais/

    Ca pique aussi un peu au niveau des tarifs, mais quand on aime, on compte quand même 😉 va falloir jouer serré avec la patronne…

    Pour l’instant, je vais me contenter de mon Fantic XF1 160 de 2018, équipé d’un boitier de gestion Adamo (E-GENESIS) qui me permet d’optimiser ma batterie (optimisation fine et conso des moteurs Brose et dérivé ‘retouché made in’ Spécialized).
    Ce serait un bon sujet de test d’ailleurs Chris.

    Bonne Année à Tous et

  22. Vince ,
    entierement d’accord avec toi sauf sur un point l’article de Mr Caprin est nettement superieur que ce qu’on trouve dans la presse ecrite.
    meilleurs voeux à l’ensemble de la redaction VTTAE/Endurotribe.

  23. Bonsoir Chris,
    je dois dire que ton article/essai m’a vraiment beaucoup intéressé, comme d’habitude d’ailleurs… cependant le vélo testé ici est quand-même vachement différent de ceux régulièrement testés. Ici il y a une toute autre approche, un peu dans la lignée de l’Orbéa Rise et du Specialized Levo SL, mais quand-même légèrement différente comme tu l’as bien fait remarquer.
    Mais ce qui a surtout attiré mon attention, c’est que tu es parvenu à faire passer via ton article TOUT le plaisir que tu as retiré de ton essai, on a bien senti que ce vélo t’avait particulièrement plu.
    Le fait qu’il soit équipé du moteur Shimano EP8 est aussi un fameux gage de fiabilité, car Rotwild a plutôt l’habitude de travailler avec Brose et je pense que c’était vraiment le point faible de cette marque (Rotwild n’est pas Specialized … et le problème c’est le SAV).
    Je roule depuis + de 3 ans avec le tout premier Rocky Mountain Altitude Powerplay, après 8.500 km avec rien à dire sur ce fantastique eMTB (voir mon article d’il y a deux ans de la GTMC sur ce même site), mais 22 Kg sur la balance et pour varier mon plaisir je continue aussi à rouler sur un (autre) Rocky Mountain Element XCO, les sensations sont bien-entendu tout-à-fait différentes mais il faut faire tourner les pédales uniquement avec ses muscles et son coeur, ce n’est pas pareil.
    Alors je m’étais déjà dit que pourquoi pas lorsque je penserai à changer mon Powerplay, pourquoi pas me diriger sur quelque chose de + léger mais toujours motorisé pour essayer de converger les plaisirs de l’un et de l’autre? … c’est donc pour cette raison que ton article avec ton enthousiasme m’ont vraiment interpelé.
    Le fait de devoir modifier l’assistance afin de gérer l’autonomie constitue aussi un réel plaisir, pouvoir rouler en “OFF” sans trop de difficultés là où le moteur n’est pas nécessaire, gérer les modes en fonction du terrain etc. je trouve que tout cela coule de source, rouler en eMTB ne veut pas nécessairement dire rouler avec les manettes en avant tout le temps.
    Ce vélo me semble être mon futur vélo idéal qu’il me plairait vraiment d’essayer pour en éprouver les sensations à son guidon… vite que ce soit possible.
    Ton article était super, merci à toi.

    1. Salut Eric !
      Merci pour ton retour… Je fais ce métier depuis longtemps maintenant, mais c’est toujours la même sensation de plaisir qui m’envahit à chaque fois que je découvre une nouveauté qui me fait craquer !
      Et que j’essaye par des mots de transmettre mon enthousiasme aux lecteurs.
      En tout cas, si tu as l’occasion d’essayer ce Rotwild, n’hésite pas…
      Bon ride avec tes Rocky et encore merci pour tes commentaires qui me donnent envie de m’appliquer encore plus afin de ne pas vous décevoir.

  24. Bonjour Chris,
    excellent article
    après pas mal d’années en pur musculaire(spe stupjumper evo)
    j’ai aujourd’hui un merida e one sixty avec lequel je fais des parcours de montagne,je roule le plus souvent en eco sauf pour les passages les plus raides.
    je veux trouver un VAE léger qui permette le poussage voire le portage et j’hésite beaucoup entre l’orbea rise et le rotwild RX 375.
    un article comparatif est il prévu ou à défaut quel avis as tu?
    je me demande si la limitation de puissance est pénalisante dans les montées raides?
    par ailleurs le rise équipé en fox 36 de 150 MN semble 2KG plus léger que le RX 375 est ce bien le cas ?merci par avance.

    1. Bonjour Philippe,
      mon intérêt est tout-à-fait similaire au tien: lequel de ces deux vélos serait-il le plus adapté pour moi? … c’est hyper compliqué de le savoir sans pouvoir faire un essai pppffff
      Comme tu dis, exactement 2 kg en moins pour l’Orbéa et moins d’assistance, mais + d’autonomie. Je pense que j’ai un faible pour le Rotwild, mais il me coutera + cher que l’Orbéa, de l’ordre de +/- 2.500€, car comme pour l’un ou pour l’autre je compte bien m’équiper d’une batterie supplémentaire.
      En fait si tu regardes bien, la fourche 34 est 165gr plus légère que la fourche 36.
      J’aimerais aussi tout comme toi connaître l’avis de Chris.

    2. Salut Philippe,
      Effectivement, il y a à peu près 2 kilos de moins pour l’Orbea Rise… Seulement on ne peut pas dire que cela se sente beaucoup. En effet, la répartition des masses et la géométrie sont tellement réussis sur le Rotwild que ça ne le gêne en rien au niveau vivacité, rendement et maniabilité.
      Et puis surtout, pourquoi se contenter seulement de 60 Nm non modifiables et se priver d’un moteur modulable entre 20 et 85 Nm qui s’adapte à toutes les pratiques ?
      En clair, personnellement, je choisirais plutôt le R.X375…
      Mais ce n’est que mon avis, d’autant que le Rise a son charme aussi !
      Bon ride.

      1. Bonjour Chris,toujours un plaisir de te lire. J’hésite entre le Rotwild RE et le RX.La différence de géométrie est elle importante vis à vis de la vivacité ? Habitant dans le 06 je fais plutôt de l’enduro que du all mountain. Et quid de la différence de poids? Merci de m’éclairer si tu le peux.Bon ride,et merci pour tes articles.

        1. Salut Christian,
          Honnêtement, sur des parcours type TransV, je pense que le RX.375 est largement suffisant… La géométrie est déjà bien orientée petit enduro et même dans le très engagé, le vélo se comporte très sainement. Pour moi, c’est le meilleur compromis pour rouler en PACA !
          A + et bonne chance pour en trouver un…

  25. Pensez aussi au Santa Cruz Heckler mullet, EP 8, 500 w, 20 kg à peu de choses près. Mon prochain vélo.
    J’oubliais, cadre garanti à vie.

  26. l’autonomie, et donc le poids, réduite c’est pas mal pour les “petites” sorties du soir après le boulot ..dommage qu’il n’y ait pas un extender à brancher sur le vélo pour les gros dénivelés en montagne par exemple ..

  27. Bonjour et merci pour vos articles toujours très complet 👍
    Je continu à faire tourner le moulin ( mais sans polémique…. ) c’est Focus avec Jam2 carbone, batterie 378 w et moins de 20 kg a l’avoir fait avant tout les autres 😉
    Rendons à César etc….

  28. Bonjour Chris,
    j’ai complètement oublié de te poser la question de savoir si effectivement il y a un bruit de “cliquetis” en descente avec le moteur Shimano EP8? Est-ce que tu as remarqué cela ou pas?
    Pourrais-tu (nous) m’éclairer à ce sujet?
    Merci d’avance.

    1. Salut Eric,
      Non, pas de cliquetis sur les trois Shimano EP8 que j’ai eu l’occasion de rouler…
      Remarque, sur les Bosch Gen4, il m’a fallu attendre le test du Moustache Trail en décembre pour entendre ce fameux cliquetis dont beaucoup m’avaient parlé… Auparavant, j’avais testé au moins six vélos à moteur Bosch et rien.
      Donc on ne sait jamais, ça peut arriver avec un Shimano dans les mois qui viennent !
      A +

      1. Salut Chris,
        pour ton info je viens de me commander un RX-375. Ton article et ton enthousiasme m’ont vraiment poussé à me décider; je m’étais dit que mon prochain VTTAE serait dans le style d’un Levo SL (qui ne m’avait pas spécialement emballé), car je suis plutôt du genre à économiser la batterie en roulant en “Off”, Eco et un peu trail. Ici je sens que je vais prendre mon pied.
        Je me suis dépêché, car vu les problèmes de production je devais me décider très vite.
        Merci à toi.

  29. Merci pour cet essai qualitatif et précis. Il faudrait que la marque améliore sa distribution en France.
    Quelle taille de pneu (Maxxis) à tu mis en remplacement? Bien cordialement

    1. Salut Jean-François,
      J’ai monté un Shorty en 2.40 à l’avant et un Dissector Double Down à l’arrière… Résultat : moins de 400 g supplémentaire sur la balance, un grip extraordinaire et… plus de crevaison ! Bon ride

  30. Bonjour Chris
    Quelle chance de pouvoir essayer tous ces vélos, contrairement à beaucoup d’entre nous. Pour mes deux premiers VTTAE en prenant le Turbo Levo je ne me suis pas trop trompé en prenant une valeur sûre (pas trop embêté avec et sinon un SAV qui assure)
    Etant léger 60kg 1.68m je suis souvent en limite taille S et M et ai pris toujours du M
    J’envisage de changer de vélo et je suis tenté par ce type de vélo pour gagner en agilité. Penses tu que le gap est important avec le turbo levo?.En cette période compliquée et du peu de disponibilité, un taille M pourrait être dispo . Leur site indique taille S jusqu’à 1.72 et le M à partir de 1.70
    Quelle taille me conseillerais tu ?
    Merci d’avance et au plaisir de te lire

    1. Salut Thierry,
      Le Rotwild R.X375 et le Specialized Turbo Levo sont des VTTAE qui ne taillent pas très grand… Je pense donc que tu serais un peu à l’étroit sur un S et comme le vélo est maniable et vif, le M restera joueur quoiqu’il arrive. Pour tout te dire, ma compagne mesure 1,68m également et s’est sentie parfaitement à l’aise sur le Rotwild en M (son vélo perso est un Levo en M aussi). J’espère avoir répondu à ta question ! Bonne chance pour trouver un vélo et bon ride.

  31. Merci pour ta réponse, et que pense ta compagne du vélo / levo ? Est ce pour elle aussi un coup de coeur qui pourrait déclencher un achat . Pour moi et toi peut- être pour elle pour la St Valentin…?

    1. Oui, un vélo plus léger avec une autonomie suffisante pour faire deux heures de vrai VTT sans avoir à emporter une batterie additionnelle, ça l’a bien branché !

  32. C’est bien tentant effectivement , je roule avec une 500w qui me suffit largement ,je pense que 375w me suffirait pour la majorité de mes sorties et peut-être une de plus pour rouler en groupe de vttae speed ou pour des sorties plus hard.Ce vélo comme tu l’as écrit semble combiner tous les avantages de la production actuelle.Je te remercie encore pour tes réponses bons rides à toi aussi et je pense que je vais craquer pour ce vélo …il ne faudrait pas lire tes articles…

    1. Bonjour Thierry,
      moi aussi je mesure 1.68m et j’ai également commandé un R.X375 de taille M (difficile pour nous en étant entre 2 tailles!). Je roule sur un Rocky Mountain Altitude Powerplay de taille M et je m’y sens bien. Il y a 2 ans j’avais eu l’occasion de tester à Houffalize le Rocky Mountain Instinct Powerplay (roues 29″) d’abord en taille S et ensuite en taille M, le S était trop petit pour moi alors que je me sentais merveilleusement bien sur le M. Ce vélo est vraiment très proche de la géométrie du Rotwild, je n’ai donc pas hésité pour le M. De toute façon je prends toujours mes vélos en taille M et ça me convient parfaitement, mieux que le S en tout cas! Effectivement c’est la faute à Chris (on peut le dire) si on se retrouve tous les deux à commander un R.X375, comme tu as si bien dit: il ne faudrait pas lire ses articles.

      1. Bonjour Eric,
        Un revendeur me conseille plutôt un S
        Si je regarde la géométrie du rocky instinct / Rotwild et / turbo levo en M que j’ai
        (uniquement longueur tube de selle et longueur du tube supérieur)
        rocky I M 432 et 599 S 394 et 575
        Rotwild M 440 et 610 S 410 et 590
        Turbo levo M 410 et 600

        Avec mon entrejambe le rotwild en M passerait mais plutôt limite en hauteur de selle et je prends 11mm de plus sur la longueur du tube supérieur
        Le rotwild en S a la même hauteur de selle que le mien et 10 mm de moins sur la longueur du tube supérieur (qui pourrait être éventuellement compensé par une potence plus longue) Ce qui conforterait mon choix pour du S

        Je pense aussi que je serais à l’étroit sur le Rocky I en S (575/600)
        L’altitude en M fait 457 / 603 , la longueur du tube de selle me semble trop pour mon entrejambe de 79cm
        Quelle est ton entrejambe et à quelle hauteur est ta tige de selle / tube de selle?.
        Tu devrais être vraiment en bas ou alors il y a quelque chose qui m’échappe

        Pour finir le S serait peut être disponible cet été …le M courant mars ou avril… donc ton retour pourrait me conforter dans mon choix de taille

        1. Salut Thierry,
          Méfiance… Les chiffres et le ressenti terrain n’ont pas forcément la même valeur.
          Je persiste donc à dire que pour le Rotwild RX.375 – qui est quand même bien sloping – pour 1,68 m, le S est un peu petit…
          Après, hein, c’est vous qui voyez, comme dirait l’autre !

        2. Bonsoir Thierry,
          oui je te comprends parfaitement, mais toi et moi on est vraiment très très proche niveau mensurations et je peux t’assurer que je me sentais à l’étroit sur le Rocky Mountain Instinct Powerplay en taille S, il n’y a qu’un cm de différence question tube supérieur (interviennent également l’angle du tube de selle, l’angle de chasse et longueur potence… plus certain de cette longueur, mais certainement pas en dessous de 5 cm).
          Comme pour toi, le vélociste me conseillait un S, MAIS ayant déjà eu un Rotwild en S (conseillé également par le vendeur à l’époque) et je me suis toujours senti étriqué dessus.
          Concernant mon entrejambe il est de 78 cm (1 cm en moins que toi!), la sortie de selle de mon Rocky Altitude Powerplay M est de +/-24.5cm et la distance entre l’axe de pédalier et le dessus de ma selle est de 70 cm … je t’assure que ça ne parait pas ridicule … tu peux trouver la photo de mon vélo actuel ici même sur VTTAE.FR puisqu’un article parle de ma GTMC, tu verras par toi-même (https://vttae.fr/recit-gtmc-a-vttae-eric-nous-raconte-sa-grande-traversee-de-clermont-a-la-mer/)
          C’est à toi de décider bien-entendu, mais je pense que tu dois écouter Chris et choisir le M, tout comme moi d’ailleurs et en ce qui me concerne il est déjà commandé et je ne doute pas pour la taille choisie.
          Encore une chose à ne pas négliger: pour revendre un S il faut vraiment trouver LA bonne personne aussi, un M sera plus facile à trouver acheteur.

  33. Je valide donc la taille M , malheureusement je viens d’avoir l’info ,le modèle qui aurait été disponible est le pro , avec une deuxième batterie je ne suis pas encore prêt à mettre un tel prix dans un vélo aussi bien soit il . Soit j’attends une dispo du core (quand ?) ou bascule sur un autre vélo qui me plait bien aussi , le lapierre GLP2,la version elite est attendue fin mars , qui avec un budget plus raisonnable… me laisse pas mal d’améliorations possibles (surtout en ayant une batterie 500W compatible)

    Réflexion en cours …

  34. Le futur sans presque aucun revendeur proche , ça risque de ne pas aller bien loin…
    Je suis un peu lassé de tout ces essais certes intéressants, complets et bien rédigés (mention spéciale à Chris Caprin en particulier), mais qui concernent souvent des vélos sans réseau, sans support technique ou commercial sur lequel un client pourra donc s’appuyer, vélos avec lesquels on va se retrouver un peu coincés dès qu’un problème va survenir.
    La grande mode de la vente directe n’est apparemment pas une réussite, car Canyon (à peu près) mis à part, des marques comme Commencal ou YT font des scores de satisfaction clientèle… on va juste dire pas terribles, et d’autres marques comme Santa Cruz ont des réseaux tellement peu développés qu’on à pas envie de se retrouver dans la même situation si on n’habite pas à Paris ou dans le sud-est…
    Pourtant les articles concernant ces marques et modèlessont souvent assez dithyrambiques. Seul problème, l’essayeur du jour se fait plaisir, teste un vélo mais ne vit pas avec au long terme (enfin c’est rare), et n’à pas à subir (heureusement pour lui) ce qu’un lambda vivra en terme de relations souvent douloureuses avec un SAV absent ou peu responsif.
    Après ce n’est pas parce qu’on paye un vélo beaucoup plus cher apparemment et que celui-ci dispose d’un réseau que ça va mieux apparemment, j’ai aussi lu des expériences assez douloureuses à propos de Trek (ou de Santa cruz).

    Bref je vais pour ma part peut être aller acheter une bonne paire de chaussures de rando au lieu d’un nouveau vélo, car entre les prix des vtt électriques ou musculaires qui montent toujours, pas un constructeur ou presque qui ne glisse pas même à 8000 euros quelques composants indignes au milieu d’une belle fiche technique, il n’y à finalement pas que le prix qui compte, ni la fiche technique elle-même (surtout celle du futur), mais plutôt le plaisir qu’on aura (ou pas), et le lot de problèmes qu’on aura avec (ou pas).

    Conclusion perso : j’aimerai beaucoup que ces paramètres entrent en ligne de compte dans la rédaction de vos (excellents) articles pour lesquels je vous remercie.

  35. Bonjour
    Bravo à Antoine pour ce commentaire bien tourné.
    Jeune retraité sportif, roulant 2 fois semaine, en vidant bien la batterie de mon cannondale moterra 1 de 25 kg avec pédales de 2 ans. En vae je m éclate maintenant à la montée dans les chemins techniques, que je descendais en vtt, en plus je ne suis plus dans le rouge, avant de commencer mes descentes, que du bonheur! De plus, en sortie club, je peux continuer à suivre les cadors, sans les retarder à la montée.
    j ai cherché un revendeur autour de Grenoble, car ce vélo correspondrait enfin à 100% à ma pratique, il est fréquent que de petits portages se présentent , lors de nos sorties. Vu les galères de collègues roulant en Canyon musculaire, pour l entretient en cas de problème, comment envisager de n avoir qu’ un distributeur à plusieurs centaines de kilomètres, pour un vae qui vieillira bien moins biens qu’ un vtt? Totalement rédhibitoire!!!!
    De plus les prix ont totalement explosés tant en vtt et vae ces dernières années, plus vendus au prix que certains sont prêt à mettre, plutôt que ce qu’ ils valent vraiment. On trouve facilement un scooter électrique équivalent 125 cc pour moins de 5000 euros, cherchez l’erreur!!!
    Petite question: Cannondale, bien représenté à Grenoble, ne vous prête pas de vélo à essayer?
    Merci de continuer à nous faire rêver ou “baver” , avec ces beaux vélos aux prix exorbitants.

    1. Salut François,
      Je suis tout à fait d’accord, l’absence d’un magasin valable et de confiance qui représente la marque de vélo que l’on souhaite acheter dans un périmètre raisonnable autour de chez soi est rédhibitoire…
      Et pour Cannondale, j’ai testé le Moterra 5 (premier prix et assez bas de gamme) l’automne dernier et depuis… plus rien !
      C’est la pénurie. Plus de VTTAE à vendre et donc plus de VTTAE à tester non plus.
      On attend donc avec impatience l’arrivée des prochains modèles… au mieux à l’automne prochain. Patience.
      A +
      Chris

  36. Salut Chris,

    j’ai une petite question en retard, plus en lien avec ROTWILD qu’avec le modèle testé.
    Peut-on espérer un test prochain des RX750 et / ou RE750, les flagships de la marque en AM / enduro ?
    Je crois que cela permettrait de remettre pas mal de choses en perspective, notamment vis à des du R375 (à usage / destination équivalents), mais pas que ! Comparer à l’intérieur d’une même marque, tout comme on peut le faire entre le levo SL et le levo tout court … J’ai hâte !

    Cordialement,

  37. Oh, encore moi …
    Au chapitre des requêtes abusives ou presque : Quid d’un grand test / comparo de modèles uniquement motorisés par Brose ?
    Du genre Levo / fantic / BH / rotwild (il y en a certainement d’autres, que j’oublie ou ne connais pas).
    J’avoue que le tableau pourrait être des plus alléchant …

    Merci d’avance

    1. Salut Vince,
      Pour les Rotwild, malheureusement, j’ai bien l’impression que le distributeur n’a guère de vélos à sa disposition pour les tests presse… Sinon, effectivement, c’est une bonne idée !
      Et concernant un comparo avec des VTTAE motorisés par Brose, ça serait sympa, effectivement… Je vais essayer de me pencher sur la question et, qui sait, d’en récupérer au moins trois ?
      A +
      Chris

  38. Salut Chris,

    Je me demandais si tu avais eu la chance de poser tes fesses sur la version enduro de ce magnifique vélo, depuis la réalisation de ce test ?
    Tu te montres en effet dithyrambique à propos des qualités de descendeur du modèle all-mountain, ce qui me rend d’autant plus curieux des qualités de la version enduro du RE 375.
    C’est que j’aimerais procéder au test, mais il n’y a rien à se mettre sous la dent (misèreuh!).

    Bon ride !

    Vince

    1. Salut Vince,
      J’ai demandé à tester ce vélo, mais j’attends toujours de savoir si c’est possible !
      Bientôt j’espère… Reste branché !
      A +

  39. Salut Chris,
    je reviens ici pour te confirmer que j’ai bien reçu mon R.X375 suite à ton présent article qui m’avait vraiment emballé et poussé à franchir le pas pour me commander ce vélo.
    J’ai maintenant presque 300 km au guidon du R.X375 et je peux t’assurer qu’il me convient à merveille, c’est vraiment le vélo que j’attendais et il dépasse toutes mes espérances!
    Pour ma pratique c’est le vélo parfait.
    Je ne peux que confirmer tout ce que tu as écrit dans cet article et la batterie de 375 Wh est + que suffisante vu que ce vélo roule tellement facilement que le moteur est presque “superflu”, j’exagère peut-être un peu en disant cela mais en ce qui me concerne je ne suis pas loin de la vérité.
    Merci à toi.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *