9
9/10

En décidant de remanier complètement le design et la conception de son nouveau casque d’Enduro, Urge perd un peu de sa personnalité, mais gagne en modernité. En effet, finis les formes douces et les petits trous d’aération tout ronds, place désormais à un modèle plus léger, plus racé : le Urge Lunar. Et à l’usage, ça donne quoi ?

 

179€
750 g (en taille S/M)
In Mold
EPS recyclé
PET recyclé
rigide en ABS recyclé
clip
15
S/M (54-57 cm) et L/XL (57-59 cm)
blanc, noir, vert

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes


 

 

Est-ce pertinent ?

Depuis des années, les casques Urge nous avaient habitués à un look original et décalé. Seulement voilà, ce qui faisait leur charme et leur permettait de se démarquer visuellement de la concurrence n’était pas forcément au goût du grand public.

C’est ainsi que, petit à petit, Zoobab, le designer en chef, s’est vu obligé de revoir sa copie en rentrant légèrement dans le rang, tout en conservant néanmoins l’ADN de la marque et son engagement écoresponsable.

Au programme : plus d’aérations et moins de poids. Et le fait est que depuis quelque temps, la gamme évolue régulièrement dans ce sens, que ce soit sur les modèles typés Descente ou ceux au profil plus All Mountain et X-country. Restait donc à travailler sur un nouveau casque d’Enduro, la discipline de référence chez nos amis de Tribe Sport Group. Et lorsque l’on observe attentivement le Lunar, on peut dire que la plupart des cases sont aujourd’hui cochées.

 

 

Qu’en est-il sur le terrain ?

Effectivement, avec ses lignes plus agressives, sa coque In Mold, ses 15 aérations et son poids très raisonnable, le dernier né de chez Urge se positionne d’emblée comme une future référence dans le domaine du rapport qualité/poids/prix. En tout cas, il se démarque vraiment de son prédécesseur, l’Archi Enduro, non seulement visuellement, mais aussi techniquement.

La fibre de verre et la fibre de lin laissent place à de la mousse EPS recyclée, ce qui, associé aux sangles PET et à la visière ABS, font du Lunar un casque composé à 80 % de matériaux recyclables qui ne pèse que 750 g (en taille S/M). Soit tout de même 300 g de gagné par rapport à l’ancien modèle !

Et en action, ça se sent. Enfin, non, disons plutôt qu’il sait se faire oublier et qu’après quelques kilomètres, on ne le sent plus, justement. Car l’une des grandes qualités de ce Lunar, c’est vraiment son poids plume.

Honnêtement, une fois enfilé, la différence avec un bon casque All Mountain ouvert n’est pas énorme et avec sa grande ouverture faciale, on respire parfaitement… y compris avec un masque. En effet, c’est à mon avis l’un des casques intégraux les plus confortables du marché si l’on souhaite porter des lunettes type motocross. La place généreuse pour les loger permet de ne jamais avoir l’arête du nez comprimée, tout en préservant un maximum de la buée. Ce qui n’est pas toujours le cas avec d’autres modèles de casques du même genre.

Lorsqu’il fait chaud, j’ai trouvé que les 15 aérations remplissaient parfaitement leurs fonctions et que les ouvertures sur la mentonnière offraient la sensation de ne rien avoir devant le menton.

Enfin, au niveau du confort, le Lunar tient vraiment bien en place et une fois la bonne épaisseur des mousses choisie, même sans réglage occipital pour un ajustage plus fin, il ne bouge pratiquement jamais sur la tête.

J’ai noté également que, même si elle n’était pas réglable, la visière avait l’avantage d’être idéalement placée. Pas trop basse pour éventuellement obstruer une partie du champ de vision quand on veut regarder loin, elle l’est suffisamment pour protéger du soleil rasant – surtout en hiver.

 

 

Est-ce utile ?

En tout-terrain, l’usage d’un casque intégral est fortement recommandé et même si, en utilisation balade, un modèle ouvert peut s’avérer suffisant, dès que l’on commence à s’orienter vers une pratique engagée, cela devient presque obligatoire.

Et sur un VTTAE, comme je le dis souvent, avec une vitesse plus importante en montée et la meilleure aération qui en découle, c’est encore plus facile de l’adopter. Personnellement, depuis deux ans, je ne porte quasiment plus que ça et – comme c’est aussi le cas pour les genouillères et les coudières – une fois habitué, on n’y fait même plus attention.

 

 

Quelle durée de vie ?

Celle d’un casque ! A savoir une paire d’années, trois au maximum… En prenant bien soin de le nettoyer régulièrement et, surtout, de le changer en cas de grosse chute, même s’il ne paraît pas avoir été endommagé par un impact.

 

 

Ce qui peut progresser ?

Allez, même si globalement le produit est réussi, on va chercher la petite bête et dire qu’il pourrait être intéressant pour Urge de travailler sur trois points spécifiques.

Le premier serait de rajouter une taille et ainsi de pouvoir, par exemple, avoir le choix entre S (53/55), M (56/58) et L (59/60).

Le deuxième, de proposer éventuellement des mousses un peu plus épaisses à l’intérieur de la coque… Cela rendrait le Lunar encore plus confortable et ça ne pourrait être que mieux.

Et, enfin, de rajouter un grip de maintien pour le masque sur l’arrière de la coque.

 

 

Vis-à-vis de la concurrence ?

Dans le même registre de prix, par rapport à ce que je connais et ai déjà essayé, il y a deux modèles qui me viennent à l’esprit.

D’abord, le Leatt DBX 4.0, d’un volume assez réduit, qui, pour 199 euros propose quatre tailles différentes et une boucle de fermeture magnétique. Un peu plus lourd que le Lunar (850 g), il possède 22 aérations et est équipé également de la technologie 360° Turbine, qui, par rotation, limite l’énergie directe de l’impact.

Ensuite, il y a le IXS Trigger FF à 199 euros également, avec une boucle magnétique, un grip pour maintenir le bandeau du masque et une visière réglable. Il possède aussi 22 aérations, mais celles-ci n’apportent pas forcément beaucoup plus d’agrément que les 15 du Lunar… En revanche, avec 100 g de moins, même si ce n’est pas vraiment sensible, il est évident que cela ne peut pas nuire au confort d’utilisation.

 

 

Est-ce que ça les vaut ?

Concernant le rapport qualité/prix, à 179 euros, le Lunar est plutôt bien placé et l’on peut affirmer que pour un vététiste qui cherche à investir dans un nouveau casque ou simplement passer à l’intégral, c’est un choix judicieux et point trop onéreux.

Test - Casque Urge Lunar
Conclusion
En plus de réduire l’impact écologique en proposant une coque, une visière et des sangles en matériaux recyclés, le nouveau Urge Lunar se révèle un excellent casque intégral d’enduro. A la fois léger et très bien aéré au niveau de la mentonnière pour pouvoir respirer convenablement au pédalage, il est également doté d’un champ de vision particulièrement large. A 179 euros, on peut lui prédire un beau succès auprès de tous ceux qui recherchent un maximum de protection pour un minimum de poids.
Pertinent ?
9
Pratique ?
8
Utile ?
10
Durable ?
9
Abouti ?
9
Concurrentiel ?
10
Bon marché ?
9
Principales qualités
Look
Légèreté
Large ouverture faciale
Bonne aération
Principaux défauts
Mousses de la coque pas très épaisses
Deux tailles seulement
9
9/10

Article lu 3 057 fois. Merci !