Les Canyon Neuron:On 9 et Spectral:On CF 9 face-à-face

Lequel choisir ?

Pour ce face-à-face, nous avons choisi de mettre en lumière les deux plus beaux modèles Neuron:On et Spectral:On de chez Canyon. Un Trail en 130 au tarif raisonnable et un all mountain en 150, plus cher, mais extrêmement bien équipé. Sans tenir compte outre mesure de la question du prix, nous avons surtout cherché à savoir à quel public ces deux machines s’adressent… Après de nombreux kilomètres passés à leur guidon, nous pouvons désormais vous guider avec sérénité vers l’un ou l’autre de ces VTTAE. Lequel choisir ? Réponses ! 

Par Chris Caprin – Photos : Laurence Faure

A ma gauche, le plus abordable, celui qui semble le plus sage aussi : je vous présente le Neuron:On 9. A ma droite, le poids plume, le plus sportif, la boule de nerfs : j’ai nommé, le Spectral:On CF 9.

Pour le premier, on sent que l’accent a été mis sur la polyvalence et le côté accessible au plus grand nombre. D’abord, il y a le tarif assez exceptionnel (même pour un VTTAE vendu en ligne) de 4 399 euros. Mais ce n’est pas tout, car avec des composants tout à fait à la hauteur, le Neuron:On 9 est loin d’être un vélo au rabais. Et puis avec ses 130 mm de débattement et ses roues de 29 pouces, on se doute bien que l’on tient là un sacré client capable de séduire une grande majorité de pratiquants.

Du côté du Spectral:On CF 9, avec 150 mm de débattement et un montage de roues dépareillées en 29/27,5 pouces, on passe sur un modèle plus sportif, plus joueur et censément plus performant. Plus léger, aussi, et évidemment plus cher avec son cadre en carbone et ses composants haut de gamme. A 7 599 euros le morceau, pour un Canyon, on peut même trouver que le prix est élevé… Mais en jetant un œil attentif sur l’équipement général et la qualité de la finition de ce beau petit VTT à assistance électrique, on constate qu’il se situe malgré tout entre 1 000 et 1 500 euros moins cher que la plupart des concurrents qui jouent dans la même catégorie.

On peut donc dire que, sur le papier, tout ou presque les oppose… C’est logique, ils ont été conçus avant tout pour être complémentaires. Reste plus qu’à savoir à qui ils s’adressent vraiment et quelles sont leurs limites.

Ce qui les lie…

Bien sûr, le Spectral:On et le Neuron:On bénéficient du même système de suspension cher à Canyon, à savoir le Triple Phase, dont les principaux arguments dans l’ordre de l’enfoncement de l’amortisseur sont : sensibilité, stabilité et progressivité… Mais hormis ça, les deux modèles disposant de la même motorisation et d’une batterie de 630 Wh, nous allons attaquer ce test par une présentation globale et une analyse des performances du système Shimano EP8…

Moteur et batterie

Le nouveau moteur Shimano EP8 possède un rapport poids/puissance qui le situe parmi les meilleurs du marché et contribue à le rendre un peu moins énergivore. En effet, la réduction des frictions donne davantage d’autonomie à la batterie quand l’assistance est enclenchée, et un pédalage plus fluide, sans résistance, quand le moteur est coupé ou se débraye au-dessus des 25 km/h. 

La nouvelle motorisation EP8 est également plus silencieuse, alors qu’un assemblage d’engrenages plus précis et un faisceau de câbles mieux agencé participent plus efficacement au refroidissement du moteur en cas de fortes chaleurs ou quand l’assistance est sollicitée au maximum.

Quant à la batterie intégrée de 630 Wh, couplée à l’EP8, nous verrons à l’usage quelle autonomie elle nous réserve avec chaque modèle, mais ce qui est certain, c’est que l’on sait déjà que l’ensemble Shimano s’en sort toujours plutôt bien quelle que soit la marque du vélo.

Connectivité

Parallèlement à l’application E-Tube Project (voir plus bas dans le chapitre “Comportement moteur”), une nouvelle mise à jour de l’E-Tube Ride permet aux vététistes de garder un œil sur leurs informations via l’écran de leur smartphone. Celui-ci affiche diverses options, comme le nombre de kilomètres parcourus sur les différents modes Eco, Trail ou Boost, ainsi que de nouvelles fonctionnalités, comme l’historique des sorties ou des cartes interactives. Tout cela dans des interfaces plus ergonomiques et plus agréables à utiliser.

Les deux applications sont téléchargeables sur iPhone et Android et sont entièrement compatibles avec le système Shimano EP8.

Comportement du moteur

Ce qui est assez surprenant, c’est qu’en accusant deux kilos supplémentaires sur la balance et en ayant une roue arrière de 29 pouces censément un peu plus difficile à mettre en mouvement à cause de l’inertie plus importante, le Neuron n’est pas collé pour autant… Au contraire, grâce à une paire de pneus légers (mais fragiles) et une géométrie moins radicale, les performances du moteur Shimano EP8 sont carrément au niveau de celles que l’on trouve sur le Spectral… Le Neuron pédale bien – même sans assistance – et son dynamisme pour un 29 pouces à cadre en aluminium est carrément impressionnant.

Et au final, avec les mêmes réglages de paramètres, grâce à un caractère vif et particulièrement joueur, on profite autant des qualités de la motorisation EP8 que sur le Spectral.

Pourtant, dans ce registre, avec sa roue arrière de 27,5 pouces, son cadre en carbone très rigide et ses 21,7 kg, ce dernier est un sacré concurrent. Mais si l’on sent forcément une différence de comportement entre les deux VTTAE, cela n’implique pas le moteur, qui semble aussi performant sur l’un que sur l’autre. Et au final, comme l’énergie consommée n’est pratiquement pas plus importante sur le Neuron que sur le Spectral, on a la bonne surprise de s’apercevoir que l’assistance ne compense pas l’inertie en brûlant davantage de Wh… La preuve que le design, la répartition des masses et la géométrie du châssis sont particulièrement réussis.

Comment ça se règle ?

Via l’application E-Tube Project (version 4.0), tous les modes et les paramètres sont entièrement personnalisables, aussi bien chez vous que pendant votre balade à l’aide de votre smartphone. Cela permet à l’utilisateur d’adapter le système à son niveau, comme aux terrains sur lesquels il évolue. Ainsi, les modes Eco, Trail et Boost peuvent être personnalisés chacun sur 10 niveaux différents, alors que le couple moteur peut être réglé au choix entre 20 et 85 Nm.

Il existe également 5 paramétrages possibles du mode de démarrage de l’assistance qui peuvent tous être enregistrés sous différents profils d’utilisateurs et pour différents types de sorties, comme par exemple une simple balade ou, au contraire, une séance engagée sur terrain très accidenté. Toutes ces informations peuvent être sauvegardées comme préférences personnelles du pilote, avec un profil “Eco” qui permet d’économiser davantage la batterie et un autre “Sport” plus adapté aux terrains techniques et aux montées raides. L’utilisateur peut ainsi basculer facilement d’un profil à l’autre via l’écran de contrôle. Ci-dessous, voilà les différents réglages de paramètres que je préconise sur les Canyon Neuron:On et Spectral:On pour une utilisation soit  sportive, soit plus économique.

Profil 1 (Sport) :

Puissance : Eco Niveau 6, Trail Niveau 7, Boost Niveau 10

Couple : Eco 49 Nm, Trail 70 Nm, Boost 85 Nm

Force au démarrage : Eco 4 sur 5, Trail et Boost 5 sur 5

Profil 2 (Eco) :

Puissance : Eco Niveau 3, Trail Niveau 4, Boost Niveau 6

Couple : Eco 27 Nm, Trail 42 Nm, Boost 63 Nm

Force au démarrage : Eco 3 sur 5, Trail 3 sur 5, Boost 4 sur 5

Autonomie

Sur le Neuron:On, grâce à sa géométrie réussie, le vélo roule bien malgré un poids assez élevé et une paire de roues assez moyenne. Avec la batterie de 630 Wh, cela permet quand même de parcourir 61 km et 1 300 m de dénivelé positif. Pas mal du tout. Je précise que j’ai obtenu ces chiffres avec un pilote de 70 kilos, en utilisant 10 % le mode Boost, 60 % le Trail et 30 % l’Eco, le tout sur un terrain très vallonné, cassant et plutôt technique dans le Sud-Est de la France. 

Enfin, contrairement à la console EM 800, sur la E7000 avec écran noir et blanc, la dernière diode ne clignote pas et ne prévient donc pas le pilote qu’il arrive sur les dernières centaines de mètres d’autonomie… Ça coupe direct et au niveau de l’utilisation, c’est donc moins pratique et moins confortable.

Avec le Spectral:On, plus léger et équipé d’un meilleur train roulant, par rapport au Neuron, on gagne légèrement… Pas beaucoup, mais on arrive à 64 km et 1 380 m de D+. Cette mesure de l’autonomie s’est faite sur un parcours identique, en utilisant à 5 % le mode Boost, 70 % le mode Trail et 25 % le mode Eco.

Ajoutons que lorsque la dernière diode se met à clignoter, il ne faut pas compter effectuer plus de quelques centaines de mètres en montée ou un petit kilomètre sur le plat… Le tout en mode “survie”, avec une assistance au minimum – bien en-dessous de l’Eco classique – gérée automatiquement par la cartographie du moteur.

Heureusement, sur les deux modèles, ça pédale plutôt bien sans assistance (même très bien avec le Spectral) et rentrer en Off sur plusieurs kilomètres de plat n’est vraiment pas un problème !

Canyon Neuron:On 9

  • Usage Marathon / Trail
  • Roues de 29 pouces
  • Débattement 130 mm AV/130 mm AR
  • Cadre en aluminium
  • Reach 435 mm, Stack 625 mm en taille M, offset (déport de la fourche) 44 mm
  • Motorisation Shimano EP 8 250 watts, 85 Nm
  • Batterie de 630 Wh
  • Console et commande : Shimano E7000
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Boost) + assistance à la marche
  • Système pour réglages moteur personnalisés et connectivités : oui, avec l’applicationShimano E-Tube téléchargeable sur smartphone
  • Pneus Schwalbe Hans Dampf et Nobby Nic SuperTrail (Blue) 29×2.60
  • 4 tailles (S, M, L, XL)
  • 3 modèle à 3 699, 3 999 et 4 399 €
  • Prix du modèle testé : 4 399 €
  • Poids vérifié : 24,16 kg
  • Lien : www.canyon.com
Ce que l’on en dit…

Lors d’un précédent test réalisé il y a deux ans, l’ancienne version du Neuron:On nous avait particulièrement séduits. Sur le modèle 2022, l’ensemble est encore plus homogène et gagne en polyvalence grâce à la motorisation Shimano EP8 et à une batterie de 630 Wh. En taille M, le vélo est assez compact, avec une hauteur de boîtier de pédalier de 335 mm, des bases de 440 mm et un angle de tube de selle de 74,5°. Heureusement, les roues de 29 pouces compensent plutôt bien un angle de fourche de 67,5° seulement et un empattement de 1 174 mm. Enfin, pour un VTTAE de Trail, le cintre de 760 mm de largeur et la potence de 60 mm correspondent parfaitement au programme du vélo.

Côté finitions, même si ça reste basique, nous avons noté un passage de la câblerie assez soigné, des protections de bases efficaces et une selle Canyon SD:On très confortable en totale adéquation avec la pratique du VTTAE.

J’ai également pu constater la belle résistance aux chocs et aux divers impacts des jantes Canyon Iridium 30. Par rapport aux AlexRims montées précédemment et bien plus fragiles, un progrès réel a donc été fait dans ce secteur. En revanche, le pneu Schwalbe Nobby Nic en 2.40 à l’arrière n’a pas tenu le choc longtemps sur les sentiers pierreux varois… Alors que le Hans Dampf en 2.60, lui, est loin d’être un exemple en termes d’accroche sur l’angle à l’avant !

Enfin, côté composants, pour le prix, c’est une sacrée affaire, avec entre autres, une transmission et un système de freinage Shimano XT, ainsi que des accessoires Canyon de bonne facture.

Suspensions

Sur le Neuron:On, on trouve des suspensions basiques, mais parfaitement adaptées à une pratique Trail. A savoir une RockShox Pike Select + en 130 mm de débattement et un amortisseur RockShox DeLuxe DebonAir en 130 mm également… 

Une fois le réglage des Sag effectués (30 % environ), il faut ensuite affiner légèrement en fonction des différentes options disponibles. Comme d’habitude, au départ, je privilégie des suspensions plutôt libres et me contente des réglages de base avant d’affiner progressivement au fur et à mesure des sorties.

Pour un pilote de 70 kilos, même s’il n’y a pas grand-chose à faire, je conseille donc les settings suivants :

Fourche Pike Select + 130 : 

• 70 psi en pression d’air et quatre cales dans le plongeur gauche pour un Sag autour de 25 %.

• Compression hautes vitesses : – 12 du plus fermé (sur 18 clics)

• Rebond : – 14 du plus fermé (sur 18 clics)

Amortisseur DeLuxe DebonAir 130 :

• 140 psi de pression d’air pour un Sag autour de 30 %.

• Rebond : – 5 du plus fermé (sur 8 clics)

Sur le terrain

Moi qui adore les petits VTTAE à cadre alu en 130 ou 140 mm de débattement et roues de 29 pouces, on peut dire que le Neuron:On possède toutes les qualités pour me séduire. Et une fois dessus, j’ai retrouvé des sensations bien agréables, comme un pédalage efficace – même avec l’assistance coupée – et une belle facilité à mettre le vélo sur la roue arrière, avec ou sans coup de pédale.

Bien calé sur une selle confortable avec son petit dosseret, j’ai cependant noté que la position du tube de selle assez inclinée vers l’arrière demandait à ce qu’elle soit avancée presque au maximum sur le chariot pour être bien assis entre les deux roues et au-dessus du boîtier de pédalier. Une fois cela fait, je me suis senti prêt à partir sans arrière-pensées pour une première longue balade.

Le vélo est sain et les suspensions RockShox, bien qu’un peu moins sensibles sur les petits chocs que du Fox en 150, se révèlent parfaitement à la hauteur dès que l’on pénètre dans les sentiers. La transmission Shimano XT est douce et précise, les freins XT sont très efficaces et même si les pneus trop fragiles à la gomme bien dure n’offrent pas un grip extraordinaire, le diamètre des roues compense un peu le manque d’adhérence et de confort. Globalement, tout cela est donc très positif au moment d’entrer dans le vif du sujet.

À la montée

Avec son excellent équilibre, sa capacité à rester dans la trajectoire qu’on lui impose et son dynamisme lié à sa géométrie, mais aussi à l’efficacité de la motorisation Shimano EP8, le Neuron:On est un avion en montée. A la fois vif et précis, il ne demande pas plus d’efforts que ça au pilote et on peut même dire qu’il lui facilite la tâche. Une fois que l’on a bien compris quel braquet choisir en fonction du mode d’assistance utilisé, du pourcentage de la pente et de son niveau de difficulté, le vélo se comporte à merveille, ne révélant aucun défaut notable, si ce n’est la qualité médiocre des pneus sur des parcours en tout-terrain sérieux…

Il est vrai que ces Schwalbe un peu “légers” ne conviennent pas aux sentiers cassants du Sud-Est de la France. Mais une fois changés pour des modèles plus adaptés (Magic Mary AV, Eddy Current AR) et sans pour autant plomber plus que ça le vélo, on ressent encore mieux les nombreuses qualités du Neuron. Celles qui l’aident à gravir les sentiers les plus raides et franchir des obstacles tout de même assez conséquents avec autant d’aisance. Pour un modèle à un tarif aussi abordable, ce n’est quand même pas si courant.

 Ce qui est encore plus surprenant, c’est qu’en dépit des mêmes manivelles en 165 de long et d’une hauteur de boîtier quasiment identique (335 contre 330 mm), le Neuron s’en sort nettement mieux dans les montées techniques que le Spectral… Plus stable, il passe pratiquement partout sans avoir les pédales qui traînent par terre, sans cabrer de manière inopinée et en limitant au maximum les dérobades de l’arrière. Bien sûr, il a une roue de 29 pouces et un amortisseur diablement efficace lorsqu’il s’agit de trouver à la fois de l’adhérence et du maintien. Alors forcément, sur les terrains cassants ou glissants, ça aide !

Globalement, on dirait même que la suspension Triple Phase fonctionne mieux avec un amorto RockShox basique en 130 qu’avec un Fox DPX2 Factory en 150… En tout cas, le Super DeLuxe s’enfonce moins sur les petits chocs, ce qui permet forcément de conserver une garde au sol légèrement plus importante – et donc de moins taper les obstacles qui jalonnent les sentiers. Tout cela en donnant la sensation de disposer d’un plus grand confort… Paradoxal, mais intéressant.

En descente

Il ne faut pas se tromper. Que recherche-t-on sur un VTTAE en 130 mm de débattement ? Plutôt de la polyvalence et un certain potentiel au niveau du rendement et des capacités de roulage. Bref, un vélo qui pédale bien et qui n’est pas trop collé au sol !

Par conséquent, dès que l’on attaque les descentes, il faut prendre en compte les aptitudes du Neuron:On et ne pas trop lui en demander non plus. Car même s’il s’en sort bien dans la plupart des cas de figures, il est bon de se rappeler que l’angle de fourche de 67,5° n’est pas énorme et pardonne moins les erreurs de trajectoires dans la pente négative. Il ne faut pas oublier non plus que les pneus d’origine ne correspondent pas du tout à un terrain cassant ni à un pilotage un peu trop à l’attaque sur l’angle.

Il s’agit donc d’être raisonnable et de s’adapter au programme du vélo en jouant sur la finesse et en évitant le côté bourrin ! Et si l’on applique ces règles, on s’aperçoit très vite qu’il y a moyen de bien s’amuser en descente avec ce petit vélo sympa. Que les 130 mm de débattement sont amplement suffisants – même quand ça tape pas mal – et que si l’on respecte un tant soit peu le terrain et le potentiel du bike, on est loin de se sentir limité ou d’avoir l’impression de rouler au-dessus de ses pompes ! Que ce soit au niveau du comportement des suspensions (certes très basiques, mais néanmoins agréables) ou du freinage, le vélo n’est jamais pris en défaut.

Et si, en plus, on a la bonne idée de changer le train de pneus pour un autre qui convient davantage à une pratique sportive, là, on augmente tout de suite d’un cran le potentiel de ce petit VTTAE. En clair, grâce à sa géométrie réussie, son excellente répartition des masses et ses roues de 29 pouces, le Canyon Neuron:On parvient toujours à s’en sortir comme il faut en descente. Car si la sensation de sécurité que l’on a souvent en disposant de débattements plus importants est forcément moins présente, il n’empêche que le confort du cadre en aluminium associé au diamètre des roues permet néanmoins de compenser ce léger manque.

Et si l’on a l’habitude de piloter plutôt en finesse, je peux même dire que l’on s’y retrouve, y compris si on le compare à un Spectral:On CF, beaucoup plus rigide et qui, forcément, pardonne nettement moins les erreurs… Bref, vous aurez compris que j’ai adoré le Neuron et qu’en adaptant légèrement mon pilotage, j’y ai vraiment trouvé mon compte – que ça monte ou que ça descende. A ce prix-là, c’est impressionnant !

Points forts / points faibles

Points forts

+ Position de pédalage

+ Vivacité

+ Stabilité

+ Suspension AR

+ Rapport qualité/prix/accessoires

+ Capacités en franchissement

Points faibles

Angle de fourche à 67,5°

Pneus fragiles avec peu de grip

Serrage de la tige de selle

Canyon Spectral:On CF 9

  • Usage All Mountain
  • Roues de 29 pouces (AV) et 27,5 (AR) avec jantes Reynolds carbone TR 367
  • Débattement 150 mm AV et 150 mm AR
  • Cadre en carbone, triangle arrière en aluminium
  • Reach 445 mm et Stack 625 mm en taille M, offset (déport de fourche) 44 mm
  • Motorisation Shimano EP8 250 watts, 85 Nm
  • Batterie de 630 Wh
  • Console et commande : Shimano E8000
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Boost) + assistance à la marche
  • Système pour réglages moteur personnalisés et connectivités : oui, avec l’applicationShimano E-Tube téléchargeable sur smartphone
  • Pneus Maxxis Minion DHF 29×2.50 (AV) et Minion DHR II Exo+ 27,5×2.60 (AR)
  • tailles (S, M, L, XL)
  • 4 modèles à 4 699, 5 199, 5 999 et 7 599 €
  • Prix du modèle testé : 7 599 €
  • Poids vérifié : 21,76 kg (sans pédales, en taille M)
  • Lien : www.canyon.com
Ce que l’on en dit…

Désormais équipé lui aussi du moteur Shimano EP8, le Spectral:On reste inchangé par rapport à l’ancienne version. A savoir un VTTAE plutôt orienté all mountain, très accessible, maniable et facile à prendre en main, avec toujours 150 mm de débattement à l’avant comme à l’arrière et un montage en roues dépareillées 29/27,5 pouces.

Côté géométrie, ça reste relativement sage également… On trouve un angle de fourche de 66,5° plutôt passe-partout, une hauteur de boîtier de pédalier très raisonnable de 330 mm (attention aux manivelles dans les montées techniques et cassantes !) des bases courtes de 435 mm, un angle de tube de selle assez incliné vers l’arrière (74,5°) et un empattement de 1 197 mm en taille M. Tout cela indique donc un vélo compact, maniable, au comportement nerveux.

Un VTTAE rigide, aussi, avec un cadre “full carbone” équipé d’une paire de roues avec jantes Reynolds du même “métal” et d’un combo cintre/potence (780 mm/35 mm) signé Canyon, en carbone lui aussi.

Pour le prix, par rapport au Neuron, il est évident que l’on a affaire à de l’équipement haut de gamme. Même au niveau du système d’assistance, on a droit à une console E8000 en couleur, bien plus sympa et agréable à utiliser…

Sinon, la qualité est au rendez-vous à tous les étages, avec des freins et une transmission complète Shimano XTR, une tige de selle Fox Factory Kashima (comme les suspensions), une selle Canyon SD:On, des pneus Maxxis Minion DHF et DHR II Exo + et une intégration du faisceau particulièrement soignée. Bref, pour 7 599 euros, on peut dire que le client est gâté !

Suspensions

Comme je viens de le dire, du côté des suspensions, on a une fourche Fox 36 Factory Kashima E-Bike avec cartouche Grip2 en 150 mm de débattement et un amortisseur Fox DPX2 Factory Kashima en 150 mm également… En termes de fonctionnement, d’efficacité, de sensibilité et de grip, difficile de trouver mieux.

Une fois le réglage des Sag effectués (30 % environ pour la fourche, plutôt 25 % pour l’amorto), il faut ensuite affiner légèrement. Pour un pilote de 70 kilos, je conseille donc les réglages suivants :

Fourche 36 Factory Kashima Grip2 150 : 

• 70 psi en pression d’air et trois cales dans le plongeur gauche pour un Sag autour de 30 %.

• Compression basses vitesses : – 8 du plus fermé (sur 16 clics)

• Compression hautes vitesses : – 5 du plus fermé (sur 8 clics)

• Rebond basses vitesses : – 10 du plus fermé (sur 16 clics)

• Rebond hautes vitesses : – 6 du plus fermé (sur 8 clics)

Amortisseur Float DPX2 Factory 150 :

• 175 psi de pression d’air pour un Sag de 30 % minimum.

• Rebond : – 9 du plus fermé (sur 14 clics)

Sur le terrain

Lorsque l’on descend du Neuron pour monter sur le Spectral, on sent immédiatement que l’on n’a pas affaire du tout au même vélo. Avec la roue arrière de 27,5 pouces, la position de pédalage est encore plus sur l’arrière et le poste de pilotage de type Combo hyper rigide nécessite une période d’adaptation. Sur ce cadre full carbone aux bases très courtes, la rigidité est bien au rendez-vous et la sensation est encore amplifiée par les jantes Reynolds en carbone. Léger, nerveux et maniable, tels sont les premiers mots qui viennent à l’esprit lors de ce galop d’essai initial.

Mais ce qui surprend le plus, c’est qu’en dépit de ses 21,7 kg, de sa roue de 27 et demi à l’arrière et de sa grande rigidité, au pédalage, la différence avec le Neuron n’est pas si flagrante. En effet, avec l’assistance, en quelques tours de manivelles, on est tout de suite entre 15 et 20 km/h… Ce qui permet littéralement de compenser l’inertie supplémentaire d’une paire de roues en 29 pouces et d’un train roulant plus bas de gamme. Mais aussi de ne pas donner un avantage plus important que ça au Spectral une fois sur le terrain. Nous aurons le temps de revenir là-dessus, car en attendant, j’ai juste envie de retenir le caractère joueur et la sensation de légèreté qui se dégagent lorsque l’on évolue au guidon de ce petit VTTAE all mountain en 150 de débattement.

À la montée

Un cadre rigide et compact, une roue arrière de 27,5 pouces, des jantes en carbone et un poids en dessous des 22 kilos… Sur le papier, le Spectral:On CF 9 a tout pour être une petite bombe au pédalage et dans les montées. Et du moment que l’on n’évolue pas trop sur des sentiers cassants et truffés de pierres, de rochers et de marches, sur le terrain, c’est exactement le cas ! En mode Eco vitaminé, il réagit au moindre coup de pédale et une fois passé les 25 km/h, sur le plat et les pistes roulantes, il est relativement facile de maintenir la cadence et de rester au-dessus de la vitesse à laquelle l’assistance s’arrête.

Même dans les côtes un peu plus raides, plus techniques, avec de la bonne terre et du grip, un petit coup de Trail et le vélo s’envole à l’assaut de la pente. Donc, si vous roulez habituellement sur ce type de terrain, vous allez clairement vous régaler.

Mais là où ça devient un peu plus délicat et exigeant au niveau du pilotage, c’est sur les sols secs et très pierreux… C’est dans ces conditions que l’on commence à ressentir les petits “inconvénients” d’un cadre full carbone, d’un combo cintre/potence hyper rigide et d’un train roulant très réactif qui a tendance à taper sur les obstacles – surtout avec une roue de 27 et demi à l’arrière et des pneus un peu légers, pas mal gonflés et à gomme dure.

C’est malheureusement le genre de terrain que l’on rencontre le plus souvent en Provence et je dois dire que j’ai eu un peu de mal à me faire au comportement inconfortable et forcément un peu remuant de ce Spectral. Que j’ai regretté le confort assez exceptionnel du Neuron et sa précision dans les enchaînements de pierriers et de marches à franchir. Pourtant, j’ai rapidement changé le pneu arrière pour un Maxxis Dissector Double Down plus adapté. Mais malgré tout, il m’a fallu prendre l’habitude de maîtriser le vélo, ses petites dérobades de l’arrière et sa tendance à cabrer davantage dans les passages très raides et techniques (le tube de selle incliné vers l’arrière et la petite roue y sont forcément pour quelque chose). Sans oublier une petite tendance qu’ont les manivelles à taper régulièrement sur les obstacles. En faisant gaffe, ça passe, mais il est clair que la hauteur de boîtier de 330 mm ne permet pas de régler le Sag de la suspension arrière à plus de 25 %. Et si ça renforce le dynamisme de l’ensemble (ce dont le Spectral n’a pas vraiment besoin), cela n’aide pas vraiment à augmenter légèrement le confort (ce qui, en revanche, est plutôt regrettable).

Alors attention, je ne veux pas trop noircir le tableau et si le pilote est tonique avec un bon coup de guidon, l’engin reste redoutable en montée. Mais personnellement, sur la plupart de mes parcours de test, je l’ai trouvé un peu fatigant sur la longueur et, au final, moins efficace que le Neuron:On sur un circuit identique… Surtout sur la fin, quand le physique est bien entamé !

En descente

Vous devez bien vous douter que les remarques que je viens de faire à propos du comportement en montée de ce Spectral:On CF s’appliquent aussi dès que la pente s’inverse. Car encore une fois, tout dépend du terrain sur lequel on roule. Sur une piste en terre bien tracée, avec un bon flow et des obstacles de type bike park light, j’ai énormément apprécié la maniabilité et la vivacité du vélo. De même, quand ça se corse un peu et que quelques rochers ou racines viennent se mettre sous vos roues, avec ses 150 mm de débattement, le Spectral encaisse plutôt bien les chocs et parvient à gommer comme il faut les diverses aspérités du sol. Dans les épingles serrées, grâce à sa roue arrière en 27 et demi et son angle de fourche pas très prononcé, il s’en sort également très bien.

Seulement voilà, le revers de la médaille, c’est que sur les sentiers cassants et dans les pierres, on constate rapidement le manque de confort évident du bike. Sa tendance à vous secouer un peu comme un prunier dès que l’on lâche un peu trop les freins… Et à moins de s’appeler Fabien Barel – double champion du monde de DH et pilote/metteur au point maison –, on se fatigue vite en tentant d’encaisser les chocs et en essayant de rester dans la bonne trajectoire !

Alors attention, je suis le premier à dire que l’on s’habitue et que si le terrain est plus facile, plus souple, tout rentre dans l’ordre. Mais bon, ayant eu l’occasion de tester dans le même laps de temps un Specialized Turbo Levo carbone en 29/27,5 également et 160/150 de débattement, j’ai bien dû me rendre à l’évidence  que le Canyon était nettement moins confortable. Qu’il pardonnait moins les erreurs, aussi. Et ça, face à un VTTAE qui joue pourtant à fond dans la même catégorie…

Mieux, sur les mêmes parcours – et sans remettre en question les qualités du Spectral – il m’est souvent arriver de préférer le Neuron avec ses roues de 29 pouces et ses 130 mm de débattement seulement. Y compris en descente, où le côté sécurisant et confortable (même avec 20 mm de débattement en moins) ont su séduire les quelques riders avec qui je roule régulièrement le week-end. Des potes qui ont davantage subi le carbone en 150 dans les parties vraiment défoncées.

Ce qui tend à confirmer que même si le Spectral:On CF 9 est un bon vélo, il n’en reste pas moins relativement exigeant physiquement dans la caillasse. Et à moins d’être bien gainé ou d’avoir une grande habitude du “full carbone” (ou les deux !), j’aurais tendance à conseiller le modèle CF 8 avec ses roues DT Swiss en aluminium que l’on chaussera de pneus costauds plus faciles à descendre un peu en pression. J’ai d’ailleurs essayé le CF 9 avec un train roulant de ce type et ça change évidemment pas mal de choses dans le comportement et le confort de l’engin

Dans le même registre et si j’ai fini par m’y faire malgré tout, je n’ai pas apprécié plus que ça le combo cintre/potence et l’impossibilité de régler l’inclinaison du guidon. Sans parler de l’extrême rigidité de l’ensemble qui n’arrange rien quand ça tape fort.

Bref, si j’ai aimé le côté ludique, joueur et léger du Spectral:On CF 9, pour les gars du Sud-Est de la France, choisissez plutôt le CF 7 avec son poste de pilotage classique et ses roues en alu… En revanche, pour les autres, ceux qui roulent dans la terre, le sable, la boue et l’herbe, je pense que le 9 est le choix le plus judicieux – à condition d’en avoir les moyens financiers, bien sûr !

Points forts / points faibles

Points forts

+ Vivacité

+ Rigidité

+ Maniabilité

+ Caractère joueur

+ Fourche Fox 36 Factory

+ Qualité des composants

Points faibles

Pas très confortable

Exigeant physiquement dans le cassant

Qu’en penser ?

Ce qui ressort de ce face-à-face réunissant deux VTT à assistance électrique différents mais complémentaires au sein de la gamme Canyon, c’est avant tout qu’ils sont particulièrement réussis et dotés d’un énorme potentiel. Que ce soit pour le Neuron:On et son rapport qualité/prix/performance quasiment inégalable ou pour le Spectral:On, plus sportif, plus exigeant, mais aussi plus cher car plus haut de gamme, la barre a été placée très haut.

Mais ce que nous avons surtout essayé de savoir, c’est à quelles pratiques et à quel type de pratiquants s’adressent ces deux VTT à assistance électrique… Sur le papier, ça paraît simple. Sur le terrain, ça l’est déjà beaucoup moins.

En effet, si l’on fait abstraction du prix qui place le Neuron largement en tête, on se rend compte que le potentiel de ce dernier est tout bonnement exceptionnel. C’est à mon avis le VTTAE le plus polyvalent, le plus performant, le mieux équipé et le moins cher qui existe sur le marché. Avec son système d’assistance Shimano EP8, sa batterie de 630 Wh, ses composants XT et sa fourche RockShox Pike, on peut dire qu’il a tout ce qu’il faut où il faut ! Mais ce qui fait la vraie différence, c’est avant tout le cadre en alu à la géométrie réussie, la cinématique de suspension parfaitement en accord avec l’amortisseur RockShox et les roues de 29 pouces – sans oublier l’excellente répartition des masses qui ne plombe pas l’avant du vélo. Le résultat : un modèle quasiment irréprochable parfaitement taillé pour ses 130 mm de débattement et qui n’a pas son pareil dans cette catégorie pour mettre le pilote à l’aise dans la majorité des conditions et sur les parcours les plus cassants.

Mieux, grâce à ses très nombreuses qualités, il se permet même de venir taquiner des VTTAE full carbone en 150 avec montage en 29/27,5… Comme le Spectral:On CF 9 qui coûte la bagatelle de 3 000 euros de plus ! Il faut dire aussi que si ce vélo est une vraie barre d’énergie qui conviendra davantage à un pilotage nerveux, tonique et solide techniquement, il est évidemment bien plus exigeant sur la longueur d’une sortie – a fortiori si les sentiers sont truffés de pierres, de cassures et de rochers à franchir en montée comme en descente. Je le conseillerai donc plutôt à des pratiquants assez jeunes qui n’ont pas peur de se faire secouer et aiment les évolutions aériennes. Ou alors à tous ceux qui privilégient le rendement et la vivacité au pédalage et empruntent habituellement des chemins roulants, parfois techniques, mais toujours relativement propres. Avec le Spectral, ils auront un sacré outil entre les mains qui leur permettra de déposer plus facilement leurs potes lors de la sortie dominicale…

En gros, avec le Neuron :On et le Spectral :On, vous avez le choix entre la raison et la passion. La sagesse et la fougue. Le côté sécurisant qui vous amène à bon port ou la facilité de sauter de bosse en bosse comme un cabri sous acide. On vous aura prévenu, alors ne vous trompez pas de machine !

Vis-à-vis de la concurrence ?

Sur le marché du VTTAE de Trail en 29 pouces avec un cadre en aluminium et un tarif raisonnable, deux modèles que j’ai testés auparavant sortent du lot.

Un peu plus “costaud” avec ses débattements  autour de 140 mm, le Commençal Meta Power Trail Ride à 5 500 euros est également un sacré VTTAE. Motorisé par Shimano comme le Canyon Spectral:On, il a lui aussi une partie-cycle parfaitement adaptée à son assistance au pédalage. Une référence dans la catégorie.

Avec sa fourche RockShox Recon, ses débattements de 130 à l’avant et 120 à l’arrière, sa transmission Shimano Deore et, surtout, son moteur haut de gamme SyncDrive Pro, le Giant Stance E+ 1 Pro à 4 650 euros est un vrai VTTAE sportif dans l’esprit du Neuron:On… Et dans la même fourchette de prix, en plus. Une bonne affaire aussi !

Du côté de la catégorie All Mountain carbone en roues dépareillées, j’en ai relevé trois…

Il y a d’abord la référence en 160/150 de débattement. Le vélo qui coche quasiment toutes les cases et dont le seul défaut est le prix particulièrement élevé… J’ai nommé le Specialized Turbo Levo Expert Carbon à 10 200 euros.

On peut citer également le Santa Cruz Heckler C XT à 9 999 euros. Très polyvalent aussi et équipé d’un moteur Shimano EP8 presque aussi sympa que le Brose/Specialized, le Santa Cruz a su me séduire lors d’une récente prise en main… Je l’ai cependant senti plus confortable, mais nettement moins vif et maniable que le Spectral:On CF. Avec les avantages et les inconvénients que cela comporte, évidemment !

Et puis bien sûr, comme j’ai tendance à le faire à chaque fois que l’occasion se présente, impossible de ne pas mentionner à nouveau le Lapierre GLP2 Team à 7 999 euros. Certainement le vélo qui se rapproche le plus de l’esprit du Spectral, mais dans un autre style. Avec un comportement nettement moins exigeant et un confort bien plus notable…

Les gammes

Neuron:On 2021

Dans ce millésime, il existe seulement deux modèles en plus du Neuron:On 9 de notre face-à-face…

Neuron:On 7 à 3 699 euros (RockShox Judy, transmission/freins Shimano Deore/MT420)

Neuron:On 8 à 3 999 euros (RockShox 35 Silver, transmission/freins Shimano Deore/MT420)

Neuron:On 2022

Neuron:On 6 à 3 999 euros (RockShox 35, transmission/freins Shimano Deore 10 V/MT420)

Neuron:On 7 à 4 499 euros (Fox 34 Rhythm, transmission/freins Shimano Deore 12 V/MT420)

Neuron:On 8 à 4 899 euros (Fox 34 Performance, transmission/freins Shimano XT/XT)

Neuron:On 9 à 5 699 euros (RockShox Pike Select, transmission/freins Sram GX Eagle AXS/Code R, roues DT Swiss H1900)

Spectral:On 2021

Outre le Spectral:On CF 9, on trouve trois autres modèles à un tarif plus abordable.

Spectral:On CF 6 à 4 699 euros (RockShox Yari RC, transmission/freins Shimano XT/Deore)

Spectral:On CF 7 à 5 199 euros (RockShox Lyric Select transmission/freins Shimano XT/SLX)

Spectral:On CF 8 à 5 999 euros (Fox 36 Performance transmission/freins Shimano XT/XT)

Les Canyon Neuron:On 9 et Spectral:On CF 9 face-à-face en vidéo

  1. Merci pour cet essai.
    Pour autant, je ne comprends pas. La gamme 2022, comme écrit à la fin de l’article, fait état d’un Neuron-on 9 à 5699€, confirmé par le site Canyon. Cela signifie-t-il que le Neuron-on aurait pris 1400€ d’un millésime à l’autre ? Toujours sur la question des prix, en se penchant sur les gammes 2022, il semble que les Spectral-on soient plus intéressants que les Neuron-on, non ?
    Une fois encore, dans le monde encore très immature du VTTAE, on peut se poser des questions sur la justification de prix demandés.

    1. Salut !
      Explication : c’est la différence de prix entre la gamme qui arrive et celle qui reste (peu de disponibilité) !
      Quant à savoir lequel des deux vélos est le plus intéressant, ce n’est pas vraiment une question de prix, mais plutôt de savoir quel genre de VTTAE on pratique. La lecture complète de l’essai devrait te donner les réponses !
      A +

  2. Bonjour Chris !
    Toujours excellents (et très honnêtes) articles !
    Un plaisir de vous lire.
    J’ai par contre quelques doutes quant au prix du Neuron:On 9. Sur le site de Canyon, ce vélo est affiché à 5499 Euros, soit 1100 euros de plus (!) qu’annoncé dans l’article. Ce qui rend du coup ce modèle moins attractif, sauf à partir sur du Fox 34 en fourche pour être à peu près dans le tarif que vous donnez (Neuron:On 8). Et une fourche en 34 sur des vélos électriques … Quelquefois du mal à comprendre les constructeurs ..
    Mystères …

    1. Salut !
      C’est la différence de prix entre la gamme qui arrive et celle qui reste (peu de disponibilité) !
      J’ai eu le Neuron le plus cher en fin d’année 2021 et sur la nouvelle gamme, il y a un vélo en plus légèrement mieux équipé…
      D’où la différence de tarif (en plus des augmentations liées au problème d’approvisionnement).
      C’est la raison pour laquelle j’ai rajouté les tarifs des Neuron On 2022 à la fin de l’article ! A +

  3. Bonjour

    Super comparatif…qui tombe à point pour moi qui hésite entre les deux modèles !
    Et surtout…bien détaillé…et bien expliqué. Merci Beaucoup

    Vous avez l ‘air de dire beaucoup de bien de la suspension de Neuron On en Rockshox. J’ai tendance ( à tort peut être ) à être amateur de suspension Fox (après qques deboires en Rockshox il y a qques années)

    Que pensez vous du combo Fox 34 en fourche avec Fox Float en arrière du modèle Neuron ON 8 ?
    La fourche 34 ne serait elle pas un peut plus légère que la Pike ? notamment dans la caillasse.

    Et dernière…

    Est ce que les roues du Neuron On 9 “DT Swiss H1900” sont intéressantes ? ou vaut il mieux prendre le modèle 8 et l’Upgrader.

    Merci d’avance 😉

    1. Bonjour à tous, je roule avec un Spectral:on 7.0 depuis un an et pour corriger ce qu’Chris a remarqué j’ai upgradé ma rockshox en 170 (réglage un token et un SAG à 30%), Roues Mavic E-Deemax. Le plus gros reproche,qui sera peut-être corrigé au prochain millésime, les fils ne sont pas intégrés au niveau bras oscillant (accrochés et coupés déjà 3 fois!). Bon ride à tous

  4. Hello Chris, merci encore pour ce super comparatif !
    J’hésite beaucoup entre le spectral que tu as essayé et le turbo Specialized levo Comp Carbon.
    Niveau équipement il n’y a pas photo le Canyon est au-dessus, selon toi cette différence est-elle compensée par les qualités du cadre et moteur du Specialized ?

    1. Salut !
      Difficile de répondre à ce genre de question…
      Les qualités du cadre et du moteur – ainsi que le comportement qui en découle – sont différents, mais pas forcément moins bien. Ça dépend des goûts, en fait !
      C’est donc juste une question de feeling, de ce que l’on attend d’un VTTAE et de la région où l’on roule.
      En ce qui me concerne, habitant dans le Var (terrain pierreux et très cassant), je choisirais plutôt le Turbo Levo.
      Pour un autre endroit en France moins extrême, la réponse serait forcément moins tranchée ! A +

    1. Désolé JC, je ne suis pas du tout de cet avis…
      Au contraire, heureusement qu’il a une roue de 29 pouces à l’arrière !
      Si tu lis bien l’article, tu comprendras mieux ce que je veux dire…
      A +

      1. oui , mais je n’ai pas beaucoup d’experience sur le sujet et tres certainement un ressenti à des années lumieres du tien !!mais j’ai du mal à comprendre pourquoi 2 roues de 29 sur un neuron c’est mieux alors que tu dis que sur un spectral ou un glp2 un mix 29/27.5 c’est mieux ? il me semblait que du 27.5 à l’AR donnait une meilleure traction ….

        1. Non, en fait, c’est un peu l’inverse… Le 27,5 pouces donne un peu plus de dynamisme, de vivacité au pédalage et de maniabilité, alors que le 29 apporte davantage de motricité et a tendance à mieux survoler les petites aspérités du sol.
          Les roues de 29 sont également un atout pour des VTT qui ont des débattements réduits, avec le diamètre plus important qui offre un petit confort supplémentaire.
          C’est la raison pour laquelle – même si un enduro en 29 pouces fonctionne aussi très bien – on retrouve davantage de 29/27,5 en descente et sur les plus grands débattements (Spectral, GLP2) et beaucoup plus souvent du full 29 sur les petits en 120/130 (Neuron).
          Voilà, j’espère t’avoir aidé à mieux saisir la différence…
          Sachant que selon les goûts et le style de pilotage de chacun, il y aura toujours des inconditionnels de l’un ou de l’autre – peu importe la logique établie !!! A +

    1. par contre et pour info en ayant chargé le pdf du Neuron sur le site on se rend compte que pour la taille S , les roues sont en 27.5 et la batterie une 504Wh donc à savoir pour ceux qui font moins d’1m72 …..

  5. Bonjour Chris
    Tout d’abord merci pour ton travail j’adore lire tes tests
    Je vais très certainement craquer pour un neuron on 9 le souci concerne la réponse de canyon au sujet de la taille conseillée en M
    Je mesure 174 avec un Ej de 82
    Je roule actuellement avec un orbea occam taille L j’avais longtemps hésité avec taille m
    Finalement je me trouve pas mal dessus
    Quel est ton avis sachant à force de te lire que tu aimes plutôt les machines taillant petit
    Par avance merci

    1. Salut Michel !
      Pour être honnête, vu ton gabarit, je te conseille sans hésitation de prendre un M…
      Je mesure 1,80 m et sur le Neuron On en M de l’essai, j’étais vraiment bien dessus.
      Donc franchement, tu peux y aller pour un M aussi !
      A +

  6. J’ai longuement hésité pour m’acheter un vélo qui me correspondrait, en faisant le tour de pas mal de marques, et c’est cet article test hyper complet qui m’a permis de me décider pour prendre un Canyon Neuron On.
    4 mois plus tard, je suis hyper satisfait de mon choix, je trouve que cet article décrit parfaitement la réalité, en plus merci pour les réglages moteur c’est top.
    En résumé, bravo et merci de m’avoir orienté sur un choix qui me correspond totalement. Good ride !

    1. Salut !
      Ravi d’avoir pu t’orienter vers un vélo qui te plait…
      C’est pour ça qu’on bosse et quand ça marche, c’est cool !
      A +

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.