Présentation de la gamme Norco VLT 2022

Du vrai changement

Pour 2022, Norco a décidé de rebattre complètement les cartes en proposant une plateforme VTTAE remaniée en profondeur. Nouvelle position de l’amortisseur, motorisation Shimano EP8, batterie de 900 Wh intégrée… Sur le papier, ça cause ! Lors d’une présentation bien agréable à domicile, nous avons eu la chance d’effectuer une petite prise en main des trois modèles de la gamme VLT, le Fluid en 130, le Sight en 150 et le Range en 170. Compte-rendu de la journée… En attendant mieux.

Par Chris Caprin

Ce qui change…

Tout d’abord, précisons que si le distributeur a choisi de monter des batteries de 900 Wh – poussé par une demande de la clientèle qui en veut toujours plus, même si ce n’est pas forcément utile –, il existe aussi des modèles en 540 Wh et 720 Wh. Car sur la balance, déjà que les nouveaux Norco VLT ne sont pas particulièrement légers (plus de 25 kilos en moyenne, même pour les versions carbone), la batterie de 900 Wh et ses 4,5 kg n’arrange rien… En effet, elle pèse 700 g de plus que la 720 Wh et… 1,3 kg de plus que la 540 ! Alors sur le papier, si l’on ne prévoit pas d’effectuer des sorties de plus de trois heures, avouez que ça ne fait pas forcément rêver de se voir imposer la 900 Wh d’office. Mais bon, avant de s’emballer, attendons de voir l’impact que tout cela aura en action sur le terrain.

J’ajouterai également que pour pouvoir glisser la batterie à l’intérieur du tube principal par le dessous et ainsi rigidifier l’ensemble du triangle avant, le moteur a été positionné incliné vers l’arrière. Ceci devrait aider aussi à une meilleure répartition des masses, mais cela sera-t-il suffisant pour compenser le surpoids de la batterie de 900 Wh qui monte jusqu’en haut du tube ? Pas sûr…

Pour démonter l’ensemble, une clé spéciale avec trois embouts Allen s’emboîte dans une encoche située à l’intérieur du socle de la batterie.

Au niveau de la géométrie, avec le Ride Align Geometry, Norco revendique une position de pilotage plus au-dessus du boîtier de pédalier, ce qui, sur un VTTAE, est très pertinent et peut éviter au pilote (surtout s’il est grand) d’être trop incliné sur l’arrière dans les montées raides. En revanche, concernant la vivacité et la maniabilité, j’ai un sérieux doute sur les bases de 462 mm… Même si, avec un moteur au milieu du cadre et une roue de 29 pouces à l’arrière, il n’est pas toujours aisé de raccourcir les bases comme on le souhaiterait, j’en connais malgré tout (Commençal, pour ne pas les citer) qui y sont parvenu ! Et en action, on a souvent pu constater que ce genre de détail change beaucoup de choses sur l’aspect joueur et nerveux d’un VTTAE. Côté positif, précisons également que sur toute la gamme VLT, pour offrir naturellement une position de pilotage moins couchée sur l’avant, la douille de direction a été rallongée.

Enfin, toujours du côté des nouveautés, hormis la motorisation Shimano EP8 sur tous les modèles, Norco a décidé de positionner son amortisseur à l’horizontale, sous le top tube, tout en conservant le concept et la cinématique Horst-Link. Cela permet d’offrir plus d’espace pour placer le moteur dans le cadre, mais aussi de pouvoir installer facilement un bidon de grande taille. On notera malgré tout que selon le type d’amortisseur (à ressort, X2 à chambre négative ou classique à air) et sa marque (RockShox ou Fox), le comportement de la suspension a tendance à varier sensiblement. Mais nous en reparlerons plus tard…

Maintenant, place à la prise en main détaillée de chaque modèle.

Norco Fluid VLT A1

  • Usage Trail / randonnée sportive
  • Roues de 29 pouces
  • Débattement  140 mm AV / 130 AR
  • Cadre en aluminium
  • Reach 470 mm et Stack 618 mm en taille L, offset (déport de fourche) 44 mm
  • Motorisation Shimano EP8 250 watts, 85 Nm
  • Batterie de 900 Wh
  • Console et commande : Shimano EP8 et EM800
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Boost) + assistance à la marche
  • Système pour réglages moteur personnalisés et connectivités : oui, avec l’application Shimano E-Tube téléchargeable sur smartphone
  • Pneus Maxxis Dissecior EXO + 29×2.40 (AV et AR)
  • 4 tailles (S, M, L, XL)
  • 2 modèles A1 et A2 à 5 899 et 6 399 €
  • Prix du modèle testé : 6 399 €
  • Poids vérifié : 26,40 kg (sans pédales, en taille L)

Premières impressions

Si le Sight représente sans conteste le cœur du marché en VTTAE chez Norco, lors de ce premier contact , j’avoue finalement avoir eu un petit faible pour le Fluid, le modèle Trail de la gamme. En tout cas, avec ses 130 mm de débattement à l’arrière et sa fourche en 140, il s’est avéré certainement le plus passe-partout et, surtout, le plus amusant des trois… Car avec un angle de fourche de 65°, un tube de selle assez droit à 76,2° et un empattement relativement important, mais raisonnable (1 256 mm), le Fluid A1 reste définitivement le VLT qui possède le tempérament le plus joueur.

Bien sûr, on peut toujours regretter les bases de 462 mm, qui, si elles aident à la stabilité (surtout en montée), n’en ont pas moins une fâcheuse tendance à rendre difficile les évolutions de type bunny-ups et autres manuals. Surtout avec une batterie de 4,5 kg qui plombe encore un peu plus l’avant du vélo… Mais malgré tout, la fourche légère (dans tous les sens du terme) et la position de pilotage offrent un petit côté joueur que l’on a plus de mal à retrouver sur le Sight et forcément sur le Range.

Honnêtement, une fois le vélo pris en main, après une petite heure de roulage, je me suis bien fait plaisir avec le Fluid. En allant même jusqu’à trouver des qualités à l’amortisseur RockShox Select DeLuxe, basique, certes, mais particulièrement bien adapté d’origine à ce modèle de VTTAE. Assez ferme à la montée, il aide au dynamisme, alors qu’en descente, il encaisse sans broncher des chocs, qui, parfois, auraient pourtant pu le dépasser ! Et comme les freins Shimano MT 420 4 pistons en disques de 203 mm font plutôt bien le job sur la longueur d’une bonne descente – en puissance, comme en endurance –, globalement, ce petit Trail en 130 m’a semblé capable de passer partout avec une certaine aisance.

Au bout du compte, il n’y a donc guère que les pneus un peu fragiles qui viennent freiner les ardeurs du pilote dans les passages cassants et très pierreux. Pour les autres types de terrains, le montage Maxxis Dissector EXO + en 2.40 à l’avant et à l’arrière fera l’affaire…

Enfin, même si le poids sur l’avant du vélo est un peu trop important et demande de travailler plus physiquement en pilotage pour évoluer de manière un peu plus aérienne, le Fluid VLT reste cependant le plus joueur et le plus maniable de la gamme. Tout est relatif, bien sûr, mais c’est à son guidon que l’on sent le moins la présence de bases un peu trop longues qui ont tendance à freiner quelque peu le dynamisme du vélo au pédalage et lorsqu’il faut lever la roue avant.

Norco Sight VLT A1

  • Usage All Mountain / Enduro
  • Roues de 29 pouces
  • Débattement 160 mm AV / 150 AR
  • Cadre en aluminium
  • Reach 485 mm et Stack 634 mm en taille L, offset (déport de fourche) 44 mm
  • Motorisation Shimano EP 8 250 watts, 85 Nm
  • Batterie de 900 Wh
  • Console et commande : Shimano EP8 et EM800
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Boost) + assistance à la marche
  • Système pour réglages moteur personnalisés et connectivités : oui, avec l’applicationShimano E-Tube téléchargeable sur smartphone
  • Pneus Maxxis Double Down Assegai 29×2.50 (AV) et Dissector 29×2.40 (AR)
  • 4 tailles (S, M, L, XL)
  • 4 modèles (deux en carbone et deux en alu) entre 6 999 et 9 999 €
  • Prix du modèle testé : 7 899 €
  • Poids vérifié : 26,80 kg (sans pédales, en taille L)

Premières impressions

Bon, je ne vais pas vous le cacher, ayant aimé l’ancien modèle C2, j’attendais beaucoup du Norco Sight 2022… Peut-être trop, d’ailleurs. Surtout en termes de polyvalence, justement.

Pourtant, avec sa nouvelle géométrie tout de même assez agressive, j’aurais dû me douter que le Sight allait certainement être plus descendeur que rouleur ou grimpeur. Et en effet, c’est bien ce que j’ai ressenti lors de cette brève prise en main. Confortable, silencieux, stable et extrêmement bien suspendu (même si l’on a seulement 150 mm de débattement à l’arrière), en descente, le vélo est nettement supérieur à la version 2021. Mais là où le bât blesse, c’est au niveau de la vivacité et de la nervosité. Je m’attendais à quelque chose de plus joueur, de moins pataud, d’un peu moins collé au sol. De moins lourd aussi…

Bref, de plus efficace au pédalage, même si la nouvelle motorisation Shimano EP8, bien au-dessus du Steps E8000, permet en grande partie de compenser la chose. Seulement voilà, avec plus de 26 kilos pour la version alu haut de gamme, une batterie de 900 Wh, des pneus costauds (mais parfaitement adaptés au programme du vélo) et des bases un peu longues, il ne peut pas non plus y avoir de miracles.

Avec le Sight 2022, apparemment, Norco a clairement fait le choix de sortir un VTTAE qui serait une arme en descente et se débrouillerait correctement en montée… Au premier abord, ça ne m’a que partiellement convaincu.

Heureusement, j’ai la chance d’avoir pu garder à la maison le haut de gamme carbone que nos amis de Norco France avaient eu la bonne idée d’emmener dans leurs bagages ! Je vais donc pouvoir me lancer dans un vrai test grandeur nature comme j’aime avec ce vélo et effectuer tranquillement les réglages qui vont bien pour le mettre à ma main… Je vous donne donc rendez-vous dans quelques mois pour plus de détails sur le VTTAE de la marque canadienne, qui, sur le papier, représente le modèle le plus polyvalent de la gamme. A moi de m’adapter à la philosophie du bike et d’essayer d’en tirer le meilleur pour vous expliquer à quel type de pratiquants il s’adresse et comment s’en servir. A bientôt sur le Sight, donc !

Norco Range VLT C2

  • Usage Descente, Freeride et bike park
  • Roues de 29 pouces
  • Débattement 180 mm AV / 170 AR
  • Cadre en carbone, bases en aluminium
  • Reach 475 mm et Stack 641 mm en taille L, offset (déport de fourche) 44 mm
  • Motorisation Shimano EP8 250 watts, 85 Nm
  • Batterie de 900 Wh
  • Console et commande : Shimano EP8 et EM800
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Boost) + assistance à la marche
  • Système pour réglages moteur personnalisés et connectivités : oui, avec l’applicationShimano E-Tube téléchargeable sur smartphone
  • Pneus Maxxis Assegai Double Down 29×2.50 (AV et AR)
  • tailles (S, M, L, XL)
  • 4 modèles entre 7 299 et 9 999 €
  • Prix du modèle testé : 8 499 €
  • Poids vérifié : 26,60 kg (sans pédales, en taille L)

Premières impressions

Avec le Range VLT, on entre vraiment dans la catégorie des gros vélos de montagne. Du type de ceux qui sont taillés pour le Freeride, les gros sauts, la pratique en bike park ou même les descentes permanentes en station. Disponible avec cadre alu ou carbone, on se doute que le modèle d’entrée de gamme à 7 299 euros, déjà très bien équipé, fera le bonheur des loueurs et de tous ceux qui souhaitent acquérir un VTTAE costaud, capable de dévaler les pentes de toutes sortes, de défoncer les appuis, d’attaquer les relevés collé au sol, d’affronter les zones de freinages les plus cassantes, mais aussi de remonter tranquillement en haut des pistes de nombreuses fois grâce à une batterie de 900 Wh à l’autonomie généreuse.

Avec ses 170 mm de débattement à l’arrière et sa fourche RockShox ZEB en 180 mm à l’avant, le Range est un vélo à la fois confortable, stable, sécurisant et, malgré tout, performant, qui encaisse tous les types de terrains sans broncher. Sur le modèle en carbone C2 que j’ai eu l’occasion de tester rapidement, j’ai apprécié toutes les qualités citées plus haut, mais également le côté “gros 4×4” en montée. Même quand ça tape et que les racines ou les marches se succèdent, assis et bien calé sur la selle WTB Volt, l’assistance sur Boost, on grimpe sans problème !

Il faut dire qu’avec son angle de fourche à 63° et son tube de selle très droit (76,9°), la stabilité en descente, comme dans le dénivelé positif, facilite sacrément la tâche au pilote. Et là où sur le Sight, on peut éventuellement regretter un certain manque de vivacité et de nervosité, avec le Range, la philosophie “100 % gravity” du vélo s’adapte parfaitement à la géométrie très montagnarde revendiquée par la nouvelle plate-forme VLT de Norco.

En clair, les habitués des gros VTT typés Descente ne seront pas vraiment perturbés par l’embonpoint supplémentaire et le côté un peu encombrant du Range, qui leur permettra d’envoyer du gros sur les sauts en toute confiance, sans pour autant les empêcher de balancer du whip pour le fun. Le Range est donc pile-poil dans la cible et parfaitement adapté pour une pratique VTTAE engagée à la montagne. Un vrai Canadien, quoi !

La gamme VLT

Pour le Fluid en 130, elle se compose de deux modèles seulement, exclusivement avec un cadre en aluminium. Le A2, le plus abordable (amortisseur X-Fusion, freins Tektro, pneus Good Year…) à 5 899 euros, et le A1, un peu plus cher mais mieux équipés (amortisseur RockShox, freins Shimano et pneus Maxxis) à 6 399 euros.

Du côté du Sight, le best-seller de la gamme, celui qui représente le cœur du marché dans le domaine du VTTAE, on a quatre modèles. Deux en alu et deux en carbone (A1 : 7 899 euros, A2 : 6 999 euros, C1 : 9 999 euros et C2 : 8 499 euros). Pour les composants, rien à redire, compte tenu de la qualité des cadres, ça reste correct par rapport au tarif de chaque vélo.

Enfin, pour les amateurs de gros vélos typés freeride, le Range se décline lui aussi en quatre versions. Deux en aluminium (A1 et A2, 7 999 et 7 299 euros) et deux en carbone (C1 et C2, 9 999 et 8 499 euros). A noter que tous les Norco VLT distribués sur le marché français sont livrés avec des batteries de 900 Wh… Les 540 Wh ne sont pas importées, mais heureusement, quelques 720 Wh seront éventuellement disponibles via le réseau des revendeurs.

  1. Bonjour,
    Effectivement je pense que la course aux batteries “gonflées” (et poids en +) n’est pas le bon chemin à prendre. Pour quelques sorties par an de + de 100 km, il ne me paraît pas intéressant, du moins pour moi, d’avoir un surpoids tout le reste de l’année sur les sorties moyennes de 45-50km. Autant mettre un extendeur quand on en a besoin ou une batterie dans le sac pour un complément de km. Ce sera intéressant quand il y aura une nouvelle génération de batteries beaucoup moins lourdes, mais à quel prix ?
    Bon ride à toutes et à tous
    Sylvain

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.