Essai – Lapierre OVERVOLT AM 8.6 – Une Alternative au GLP2

Chez Lapierre en 2021, on a tous entendu parler du GLP 2 mais il y a un autre modèle de VTTAE d’Enduro qui complète cette série :  l’Overvolt AM. Il correspond à l’évolution des Overvolt AM des années précédentes avec une nouvelle forme de cadre et de cinématique qui suivent logiquement les grandes lignes du GLP 2.

On retrouve donc des points communs mais il diffère sur quelques points de géométrie et notamment par l’intégration d’une batterie en 625Wh… Sur le papier, le Lapierre OVERVOLT AM 8.6 a donc tout pour plaire ! Qu’en est-il sur le terrain ? Pour qui, pour quoi faire ? On vous dit tout sur VTTAE.fr !

Lapierre OVERVOLT AM 8.6 

Usage : All mountain/Enduro

Cadre aluminium : Overvolt 160mm travel integrated Bosch Supreme 5 alloy boost 

Fourche : Fox 38 Float Factory 29” boost 15×110, 160mm travel, 44mm offset / 3-position lever

Amortisseur : Fox DPX2 Float Factory Trunion 205x60mm Comp Adjust

Débattement : 160 mm

Dérailleur arrière : Shimano XT, 12s

Manettes : Shimano SLX 12s

Cassette : Shimano SLX 10-51T

Freins : Shimano XT 4 pistons

Roues : Lapierre eAM+ alloy 32H, Microspline driver

Pneu : Maxxis, EXO+ 3C Maxxterra TR. Avant : 29×2.5 Assegai /Arrière : 27.5×2.8 Minion DHR II

Pédalier : E13 E-spec+ alloy 160mm (S/M) / 165mm (L/XL) + E13 alloy Ring 34T

Potence : Lapierre alloy, Ø: 31.8mm, L: 40mm (S/M), 45mm (L/XL)

Cintre : Lapierre alloy 6061DB, Width: 760mm, Rise: 15mm (S/M), Width: 780mm, Rise: 30mm (L/XL), Ø: 31.8mm

Tige de selle : JD dropper “Rad travel adjust”, Ø: 31.6mm, travel: 125mm (S), 150mm (M), 170mm (L/XL)

Batterie : 625Wh PowerTube

Moteur : Bosch Performance CX Gen4

Console : Kiox display / support Lapierre bracket

Tailles : S, M, L, XL

3 modèles : Overvolt AM 6.6 : 4899€ / AM 7.6 : 5399€ / AM 8.6 : 6399€ (modèle testé)

Poids du modèle testé : 24.9kg sans les pédales en S

Lien : www.lapierrebikes.com

Quand on m’a proposé de tester ce Lapierre Overvolt AM 8.6, ma première réflexion a été: « Tiens, mais c’est lequel ce vélo ? ». Personnellement, je n’avais pas vraiment entendu parler de ce modèle cette année tellement tout le monde était focalisé sur le GLP2. Et je n’étais pas la seule dans ce cas là, à entendre les réflexions de mon entourage.

À première vue, ce VTTAE est parfaitement équipé avec de belles pièces haut de gamme et un profil sportif très intéressant. La comparaison avec le GLP2 ne peut pas être évitée puisque nous avons, pour une même marque, deux modèles de vélos typés enduro qui se ressemblent beaucoup. 

Bien sûr, il est évident qu’on ne joue pas dans la même catégorie. Le GLP2, en carbone avec sa batterie externe de 500Wh, très typé, se destine plutôt à des pilotes confirmés, des compétiteurs, qui cherchent la performance. Il n’y a d’ailleurs pas de vélos “bon marché” pour ce modèle. 

C’est donc autour d’un cadre en aluminium intégrant un moteur Bosch et une batterie en 625Wh que les Overvolt AM ont été élaborés tout gardant la même philosophie du modèle phare de la marque afin de proposer une gamme de vélo plus “grand public”, plus abordable et peut être tout aussi performant ?! 

La géométrie

Vous l’avez donc compris, la géométrie de ces Overvolt AM est typée enduro. C’est une géométrie moderne avec des angles de direction de 66°C et de tube de selle de 75.5 pour la taille Small. (Ce dernier évoluant de 0.5°C pour chaque taille).

Le stack pour le small est à 617mm et le reach à 425mm. Ils sont dans une bonne moyenne pour un vélo s’orientant pour l’enduro et le All Mountain. À cela s’ajoutent des bases courtes à 440mm pour toutes les tailles ce qui limite l’empattement du vélo et devrait le rendre joueur au pilotage.  Cette géométrie centre bien la position du pilote entre les deux roues, légèrement à l’attaque mais pas trop pour gagner en assurance en descente.

À noter que le vélo est légèrement plus haut que le GLP 2 avec un boîtier de pédalier à -20mm et est équipé de manivelles en 160 mm pour le taille Small. 

Les composants

Le modèle testé est le plus haut de gamme. Les pilotes aimant le beau matos seront ravis. Côté motorisation, on retrouve le Bosch performance CX dernière génération avec d’origine une console Kiox et une batterie intégrée de 625Wh.  

Niveau suspension, c’est du haut de gamme de chez Fox avec une 38 Float Factory 29 pouces en 160mm et un amortisseur DPX2 Float Factory, tout deux en kashima.

Souvent associée à cette marque de suspension, on retrouve une transmission et des freins shimano XT avec manette et cassette SLX. Pas grand chose à dire à ce niveau. Tout fonctionne bien. Je trouve juste que les freins shimano XT sont irréguliers lors des très longues descentes.

La tige de selle télescopique est une JD dropper avec la particularité de pouvoir réduire le débattement pour une même hauteur de tige de selle (même empattement). Personnellement, je n’y vois pas beaucoup d’intérêt mais cela peut convenir à certaines personnes. En tout cas, elle fonctionne très bien ! La manette est une Shimano.

Cette dernière est surmontée d’une selle Lapierre assez creuse qu’il faudra bien orienter en fonction de son bassin (attention de ne pas la trop la positionner en arrière pour pouvoir bien se mettre sur le bec de selle dans les montées raides). Elle est assez ferme et le confort s’en fait ressentir lors des longues sorties.

Enfin, Lapierre fournit le reste de l’équipement (cintre, potence, roues eAM+). Mais à ce niveau là, on ne cherche pas la légèreté. Les roues sont équipées de pneus Maxxis Exo+ 3C TR. À l’avant, nous avons un Assegai 29×2.5 et à l’arrière, c’est un Minion DHR II 27.5×2.8 qui demandera à être renforcé par une mousse pour les terrains accidentés si l’on veut éviter les pincements.

Sur le terrain

Mes premières impressions ! 

Passant du GLP 2 à ce Lapierre OVERVOLT AM 8.6 très proche, je me suis sentie directement très bien dessus. La position est un peu plus mixte entre le All Mountain et l’Enduro. Le pilote est bien centré sur le vélo et moins en arrière que sur le GLP 2. 

Lors de ma première sortie sur un terrain pas trop engagé pour la prise en main, j’ai été bluffée par ses capacités  à monter. Je l’ai même trouvé plus compétent que son grand frère qui est déjà un très bon grimpeur. Le fait d’avoir la batterie positionnée davantage sur l’avant tout en conservant un même angle de tube de selle permet de mieux garder la roue avant collée au sol. 

En descente, ce VTTAE met en confiance et avale bien les difficultés. L’équipement haut de gamme y est forcément pour quelque chose mais le comportement général du vélo semble également très sein. Tout ceci est de bon augure pour la suite de ce test longue durée.

Et après 1000 km…

J’ai pu rouler l’Overvolt AM 8.6 pendant un peu plus de 2 mois sur divers terrains, des Alpes-Maritimes au Vaucluse, en passant par le Champsaur et la Drôme. Un terrain de jeux vaste et idéal pour tester ce vélo sur des sentiers variés et plus ou moins engagés !  

Pour grimper

Mes premières sensations se sont plus ou moins confirmées dans le temps. L’Overvolt AM 8.6 est agréable à piloter en montée. D’autant plus qu’avec une bonne hauteur de boitier de pédalier et des manivelles courtes, je ne frottais pas les pédales. On se sent donc bien en équilibre au pédalage sur la plupart des chemins.

Par contre, en partant un peu plus à l’aventure sur des sentiers escarpés et techniques, je me suis retrouvée plusieurs fois déstabilisée quand j’arrivais à mes limites techniques. Je m’explique. Dans des virages compliqués, ou des parties raides et piégeuses, je m’y engageais mais à la moindre erreur, j’étais déséquilibrée sans m’y attendre et je ne pouvais rien faire que de poser un pied. 

Je pense que l’association hauteur de boîtier de pédalier, orientation du moteur en diagonal et poids de la batterie de 625Wh dans le tube principal placent le centre de gravité du vélo un peu haut et l’effet de levier se fait ressentir dans ce type de passage technique à faible vitesse.  

Cependant, la grande majorité des pratiquants ne s’engagent pas dans ce type de terrain si compliqué. Pour une utilisation classique mais toujours sportive, Overvolt AM 8.6 est un bon VTTAE, surtout avec une roue de 29” à l’avant qui aide forcément au franchissement.

Pour dévaler

En descente, l’Overvolt Am 8.6 est un offensif tranquille. On peut tout faire (ou presque tout faire en fonction de son niveau) avec ce vélo mais ce n’est pas une bête de course. En effet, son angle de direction et ses bases courtes confèrent une bonne attitude à l’Overvolt. On peut s’engager dans des portions raides et techniques en ayant confiance.

Une fois dans la pente, on peut prendre de la vitesse tout en étant bien stabilisé. Le vélo reste bien collé au sol et la cinématique couplée à une bonne qualité de suspension fonctionne très bien dans les passages techniques. Les freins de qualité à quatre pistons aident à maîtriser sa monture en assurant un freinage efficace.

Enfin, les virages s’enchaînent bien du fait d’un empattement contenu. J’ai juste eu l’impression de virer de bord en dérapant assez souvent.  

En fait, j’ai presque retrouvé les sensations que j’ai sur le GLP 2 mais en plus lourd et en un peu moins nerveux. Attention, c’est loin d’être un VTTAE “pataud”. C’est juste son poids supérieur et ses petites différences de conception qui ne permettent pas d’avoir un pilotage aussi proche d’un enduro classique qu’au guidon de son grand frère – et ceci malgré de nombreuses similitudes.

Et à part ça !

Manipulation de la batterie

Au niveau de la conception, je trouve la manipulation de la batterie vraiment pas pratique. En effet, elle se glisse par dessous le vélo dans le tube diagonal au moyen d’une grosse poignée en plastique vissée à l’une des extrémités de celle-ci. 

La mise en place n’est pas aisée. Il faut placer la batterie sous le vélo dans l’axe du tube diagonal. Puis, il est nécessaire de la pousser doucement dans celui-ci tout en étant attentif que les bords de la poignée soient bien centrés par rapport au cadre (sinon, l’un des deux passe à l’intérieur et bloque l’ensemble).  

Un fois en place, le système de blocage utilise un axe munie d’une clef (ajustée parfaitement pour éviter de la casser lors de manipulation) pour sécuriser le montage.

Si la batterie n’est pas parfaitement enclenchée dans le tube (et il faut forcer un peu pour y arriver), l’axe ne s’enfonce pas totalement dans son logement et la clef ne tourne pas. Il faut vraiment prendre le coup de main pour y arriver aisément sans jamais forcer sur la clef par risque de la tordre.

Pour compléter le tout, cet axe est “horriblement” lourd et n’allège donc pas un vélo déjà pas très “light” ! De même, la poignée étant sous le vélo, elle est exposée à la boue. On se pourrit donc les gants ou les mains par temps pluvieux. Et enfin, attention, de ne pas la faire tomber la batterie en la manipulant par risque de casser la poignée ce qui pourrait immobiliser le vélo. 

Pour rouler avec 2 batteries

La poignée étant vissée, il est impossible de transporter une deuxième batterie avec sa poignée montée dans un sac.

Au pire, il faudra dévisser deux petites vis pour passer la poignée d’une batterie à l’autre. Au mieux, (je vous donne là ma petite astuce), il faudra mettre du scratch adhésif sur les parties en contact entre la poignée et la batterie pour remplacer les visses. C’est bien plus rapide et aide la manipulation.

De même, mettez également un peu de graisse dans les rails de la batterie, cela permet de mieux la faire coulisser. 

Il faudra, par contre, bien mettre une cale en plastique sur le long de la deuxième batterie pour la caler dans le tube diagonal. 

Autres détails

Sachez qu’il est possible de mettre une batterie en 500Wh mais cela nécessite d’acquérir une rallonge spéciale Lapierre (et la petite cale en plastique vue précédemment).

Un autre point sur ce vélo porte sur le support de l’étrier du frein arrière. Pensez à vérifier le serrage de la vis interne de celui-ci (on n’a pas l’habitude d’avoir une vis à ce niveau là). La mienne s’est desserrée au bout de 300km, venant du coup frotter le disque. Je n’ai rien abîmé car je m’en suis rendue compte de suite mais cela peut vite endommager le disque.

Dernier détail, le clin d’œil de Lapierre pour les amateurs de bière. On trouve sur le serrage de la roue arrière démontable un ouvre-bouteille, histoire de pouvoir bien finir les sorties autour d’une bonne mousse ! C’est sympa !

La concurrence

Comme je connais très bien le GLP2 et que c’est  une référence actuellement en termes de VTTAE d’enduro 29/27.5, il m’est assez facile de prendre le GLP 2 Elite comme vélo concurrent du Lapierre OVERVOLT AM 8.6.

Leur prix sont très proches avec 6399€ pour l’ AM 8.6 (le dernier de la gamme) et 6299€ pour l’Elite (le premier de la gamme), il faudra donc faire un choix sur d’autres critères. Pour moi, ces 2 vélos sont assez proches dans les grandes lignes et même dans leur comportement pour une utilisation classique. Donc soit on préfère privilégier l’équipement au détriment du poids pour l’Overvolt AM 8.6 soit on préfère un vélo plus léger avec 500Wh (je vous le rappelle). Donc tout dépend vraiment de sa pratique. 

Sachez que le GLP 2 a été conçu pour la compétition mais il satisfait aussi des non compétiteurs tandis que le Lapierre OVERVOLT AM 8.6 répond parfaitement à une pratique plus “courante” du VTTAE avec une 625Wh et une position un peu moins typées enduro à l’attaque. Certes l’AM 8.6 est moins performant pour faire tomber les chronos en montée et en descente mais son pilotage est plus simple et moins exigeant que le GLP 2 !

Les points positifs

+ Equipement haut de gamme (suspension, transmission)

+ Moteur bosch avec une console Kiox d’origine et batterie de 625 Wh

+ Vélo assez silencieux (moteur, bruit interne, chaine)

+Très polyvalent

+ Cinématique

+ Hauteur de pédalier

+ Finitions soignées (passage des cables, fixation des fils)

Les points négatifs

Poids et centre de gravité un peu haut

Système d’installation de la batterie pas pratique

Cache prise difficile à fermer

Pneu arrière à renforcer

Protection du moteur et poignée en plastique cassantes en cas de gros choc

Verdict

Les Overvolt AM font partie des vrais VTTAE d’enduro polyvalent. Orienté grand public “sportif”, ces enduros ont été développés en s’inspirant du GLP2, vélo de référence et de compétition de chez Lapierre. Géométrie, train de roue asymétrique et cinématique suivent donc les mêmes grandes lignes pour que le Lapierre OVERVOLT AM 8.6 profite de l’expérience et des performances du modèle phare de la marque tout en s’articulant autour d’un cadre en aluminium légèrement adapté et intégrant la batterie de 625Wh. Cette personnalisation permet de lui donner un caractère plus tranquille et plus adéquat à une pratique moins poussée de l’enduro pur et dur.

Le Lapierre OVERVOLT AM 8.6 quant à lui est en plus parfaitement équipé. C’est donc pour moi un excellent compromis pour les pilotes qui veulent gravir et dévaler des sentiers en privilégiant les bonnes sensations et le plaisir sans avoir pour objectif d’aller toujours plus vite ou de vouloir repousser ses limites à tout prix. 

  1. Bonjour Nadine,

    Je constate qu’en point négatif, tu as également souligné la protection moteur en plastique trop fragile.

    Pour ma part j’ai également cassé celui de mon premier VAE CUBE STEREO 160 2021, que je viens tout juste de remplacer par une protection en alu type AVS.

    Au delà du fait qu’il est trop fragile (celui en plastique), je me pose beaucoup de questions quant à la façon de piloter un VAE contrairement à mes habitudes à VTT. Je remarque que je touche/tape BEAUCOUP trop facilement le bloc moteur à des endroits où normalement il n’est pas du tout nécessaire de faire des bunny up pour passer… (et je parle même pas des pédales qui touchent malgré de multiples réglages et modifications)

    Ma question du coup, penses tu que c’est un défaut récurent à tous les VAE de ce type ? (cad à grosse batterie / VAE de 24 kg).

    Car pour moi, cela révèle un gros souci de conception et je réfléchis à peut être revendre mon gros VAE pour acheter un ORBEA RISE ou un LAPIERRE E-ZESTI qui peut-être n’aurait pas ce souci du fait de leur poids bien plus contenu (17kg) et peut être plus proche d’un VTT en terme de pilotage et garde au sol.

    J’espère que tu pourras me répondre stp.

  2. Merci pour cet essai. La gamme Lapierre Overvolt est vraiment intéressante pour le VTTAEiste non compétiteur.
    Dommage que ça soit malheureusement juste “virtuel” vu que la dispo de ces Lapierre est assez hasardeuse en ce moment 😀 😀

    Blague à part, est ce que les modèles plus accessibles financièrement vont vraiment pâtir de l’équipement inférieur ?

    1. Salut AC, un équipement inférieur a tendance à être un peu moins durable dans le temps et un peu moins efficace mais le comportement du vélo reste le même.
      A+ Nadine

    2. Je confirme (comme l’avais démontré déjà un essai de Nadine) que le Cube (stereo action Team 160) a une fâcheuse proportion à taper le bas moteur et les pédales..Les roues de 27,5 en 2.4 explique aussi une petite garde au sol…Je suis passé depuis sur Scott Genius 920 et le fait de passer sur du 29 arrange déjà bien la chose!

  3. Bonjour, je me pose la même question que Najib , et j’en rajoute une: le Rise ou un glp2 nécessitent-ils un pédalage plus speed (trop speed ?) pour être utilisés correctement en regard de cet Overvolt?
    Perso je ne suis pas bien a l’aise au delà de 70,75 rpm. Serait -ce un problème ?
    Parce que finalement moi non plus le gros vtt de 25 kgs ne me fait plus trop rêver.
    On sent bien que tu n’as pas pris un pied de fou Nadine 😊
    Après comme dis AC tout ça c’est virtuel, il n’y a apparemment plus rien en stock, ni chez Lapierre, ni chez Orbea (Ha si, le modèle à 9999 boules)

    1. Bonjour Antoine,

      voici mon petit retour suite à 2 jours de ride avec teste de mon nouveau sabot en alu

      En gros et pour faire rapide, le sabot en alu type AVS est une excellente alternative à celui d’origine. Au delà du simple fait qu’il est forcément bien plus solide, j’ai constaté à ma grande surprise que je n’ai touché à aucun moment le bloc moteur ce week-end, même (et surtout) aux endroits où habituellement je touchais/tapais avec celui d’origine. Je pense que c’est dû au fait que la forme du sabot en alu est mieux conçu avec un angle mieux adapté et plus proche du moteur, ce qui permet de gagner de précieux millimètres !

      Enfin, là où depuis le début je prenais beaucoup de précaution pour essayer de ne pas toucher sans succès… suite à ma sortie de samedi matin celà m’a donné bien plus confiance en mon VAE et donc ce dimanche je me suis surpris à ne plus hésiter à tenter des franchissement qui me posaient des soucis jusqu’à présent à cause de l’ancien sabot en plastique “mal taillé” à mon avis…

      Pour l’autre problème des pédales qui frottent un peu trop souvent avec ce VAE CUBE STEREO 160, je vais changer mes pneus pour des 2.6 voir 2.8 et changer mes pédales pour les plus fines possibles afin d’optimiser la garde au sol au maximum.

      Voilà, si ça peut t’aider si tu es le ou les mêmes soucis, pour ce qui est du fait que c’est un gros VAE, oui c’est un enclume passé les 25 km/h, donc c’est très difficile de tirer le vélo au-delà, par contre niveau puissance en montée et pour faire des grosses sorties en un minimum de temps (exemple samedi matin, 37km et 12 spéciales, le tout en 2h en EMTB, en VTT il me faut environ 4 à 5 heure minimum sur ce spot, certes assez petit, mais assez technique pour s’entrainer, en moyenne montagne type Vosges, tu peux facilement faire 6 spéciales pour également moitié moins de temps au minimum…)

      Bref, je pense que les deux type de VAE sont intéressants, tout dépend du type d’utilisation. (VAE à 25kg = top pour l’enduro en mode EMTB / VAE à 17kg = tu peux tout faire mais avec moins de puissance et en faisant attention à la gestion de l’effort/batterie)

      A+ 🙂

    2. Bonjour Antoine, Tu as le même moteur sur les 3 vélos donc le pédalage est le même pour tous. Après tout dépend de ta pratique comme d’habitude. Là, moi, je viens de faire encore 300km avec l’Overvolt AM 8.6 ce WE dans le Vaucluse. Aucun portage, des beaux petits sentiers techniques mais pas extrêmes et ce vélo était juste parfait pour ça. Je me suis régalée! Donc ne dites pas ce que je n’ai pas dit. C’est un bon vélo d’enduro avec un 625Wh, bien équipé qui conviendra à certains bien mieux qu’un GLP2.

      Sur un VTTAE, le poids se fait vraiment ressentir lors des franchissements délicats ou à grande vitesse en descente. Après il suffit d’adapter son pilotage.
      Après, on est bien d’accord, avoir un VTTAE à 20kg, c’est mieux qu’à 25 tout comme un VTT d’enduro à 11kg plutôt qu’à 15! C’est le prix et sa pratique après qui décident.
      Nadine

  4. Merci pour cet essai bien documenté.
    J’ai un AM 7.6 2020, pour ma part.
    Pour enlever la batterie, le plus simple est de coucher le vélo : on voit mieux ce qu’on fait, et on n’est pas gêné alors par le poids de la batterie qui la fait tomber ce qui complique la manipulation si on le laisse en position verticale.
    Par ailleurs, je n’ai pas mis l’axe avec clef. J’utilise l’autre axe sans clé fourni lors de l’achat du vélo : cela me semble plus simple, il faut juste une clef BTR pour le sortir, et je crois que le risque de se faire voler une batterie intégrée est limité.

    1. Ah mince, Lapierre ne me l’avait pas envoyé cet axe supplémentaire. C’est bien, ça évite les mauvaises surprises quand on oublie la clef!

  5. Bonjour,
    il semblerait que le AM compense son léger surpoids, par une meilleure autonomie, grâce au 25% de capacité supplémentaire ?
    La gamme Lapierre est très cohérente. Avec un haut de gamme, très abouti, et ce modèle, plus conventionnel. On sent que Lapierre est allé chercher dans l’ADN du GLP2, avec une cinématique du train arrière très proche, et un montage 27.5/29.
    Une bonne alternative à la concurrence vosgienne, nettement plus rependue 🙂
    Bravo.

    1. Ma question était peut être mal formulée. Mais, j’ai lu que ce modèle avait une meilleure autonomie que le GLP2. Ce qui reste assez logique. Je souhaitais donc savoir si les 125 Wh supplémentaires apportaient réellement beaucoup plus. Sachant que le poids supplémentaire est toujours source de fatigue en plus, en montée, comme en descente. Et que tout le monde ne roule pas en dual batteries, ce qui change aussi la donne 🙂

      1. Par rapport au GLP2, je ne sais pas…
        Mais avec mon ancien FS700 et sa batterie de 500Wh j’avais une autonomie de 50/55km, maintenant avec mon AM 7.6 et sa batterie de 625Wh c’est 60/65km au minimum.

      2. Salut, ce sont de bonnes questions!
        Sachez que pendant quelques mois, François (qui fait 3 ou 4 kg de plus que moi seulement) et moi, nous avons roulé en GLP2 et je consommais un peu moins que lui (5%). Puis j’ai roulé avec cet Overvolt AM 8.6 (Batterie de 625Wh). Nous avions tous les 2 une 2ème batterie dans le sac (François une 500 et moi une 625 donc + lourde). Du coup, finalement nos poids totaux (pilote, sac, VTTAE) étaient très proches. Nous avons alors constaté, qu’en fin de batterie de François, il me restait souvent entre 10 et 20% de batterie suivant la technicité du parcours avec ma 625Wh.
        Bref, pour un même pilote, la différence sera peut être un moins mais on va forcement plus loin et plus haut avec une 625Wh.
        Et en ce qui concerne le poids du vélo, tout dépend du type de parcours. S’il est roulant et pas trop raide, je ne trouve pas que la différence de poids est si significative que ça en électrique. Par contre, quand cela devient trialisant ou technique en montée, voire même en cas de poussage, la différence de poids est alors plus ressenti. Tout dépend donc du niveau du pilote et de sa pratique!
        Au plaisir
        Nadine

        1. Salut Nadine.
          Oui, l’autonomie est un sujet très complexe !!
          Il y a aussi le rendement du bike qui rentre en compte.
          Merci beaucoup pour cette intéressante analyse.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *