Rise vs Wild FS, le match des VTTAE Orbea

Lequel choisir ?

Par Chris Caprin

Dans ce face-à-face vidéo mettant en scène les Orbea Rise et Wild FS, nous avons choisi de présenter deux modèles différents qui ont chacun leur charme. Sans les opposer, mais plutôt en les comparant, nous avons essayé de comprendre leurs philosophies différentes. De savoir à quels pratiquants ils s’adressaient, ce que l’on pouvait attendre d’eux et quelles étaient leurs éventuelles limites. Alors, assistance light ou full power ? Petite ou grosse batterie ? Poids plume ou poids moyen ? Installez-vous dans votre fauteuil et bon visionnage !

Orbea Wild FS M-Team

  • Usage All Mountain / Enduro
  • Roues de 29 pouces
  • Débattement  160 mm AV/AR
  • Cadre en carbone Fiber Link
  • Reach 455 mm et Stack 630 mm en taille L, déport de fourche 44 mm
  • Motorisation Bosch Performance Line CX 250 watts, 85 Nm avec Extended Boost
  • Batterie de 625 Wh + Range Extender de 500 Wh en option
  • Console : oui, Bosch Kiox
  • Modes d’assistance : 4 (Eco, Tour, e-MTB, Turbo) + assistance à la marche
  • Application pour réglages personnalisés : non
  • Pneus Maxxis Minion DHF/DHR 29×2.50
  • 3 tailles (S/M, L, XL)
  • 4 modèles à 5 999, 7 299, 8 299 et 9 299 euros + 4 autres modèles FS H entre 4 599 et 6 299 euros
  • Prix du modèle testé : 8 299 euros
  • Poids vérifié : 23,15 kg (sans pédales, en taille L)
  • Disponibilité immédiate : www.orbea.com
Autonomie

En mode eMTB, le moteur Bosch Performance Line CX Gen4 ne pioche pas trop fort dans les réserves et permet à l’Orbea de très bien se positionner dans le classement des VTTAE les moins énergivores.

De plus, avec son cadre en carbone et ses très bonnes roues DT Swiss Hybrid HX 1501, l’excellent rendement du Wild FS aide le petit moteur à consommer le moins possible…

Niveau sobriété, on n’est pas loin ici de la référence du moment dans la même catégorie de vélo, à savoir le Commençal Meta Power AM. 

Du côté des chiffres, avec 1 400 m de dénivelé positif, 65 km et quasiment 3h45 de VTT pour un pilote de 70 kilos qui roule à 70 % en eMTB, à 20 % en Eco et 10 % en Turbo, l’Orbea Wild FS s’en sort donc très bien.

Qu’en penser ?

L’Orbea Wild FS version 2021 est un VTTAE très réussi. Un gros all mountain proche de l’enduro qui se veut malgré tout accessible à tous. En ressort un bike extrêmement polyvalent aussi bon en montée qu’en descente.

Si l’on fait abstraction de son prix élevé qui ne le destine malheureusement pas à toutes les bourses, je le conseille néanmoins à ceux qui désirent un VTTAE facile, à la fois sécurisant, bien équipé et très performant. De plus, la motorisation Bosch s’accorde particulièrement bien avec la partie-cycle du Wild FS et on a entre les mains un vélo vraiment dynamique au pédalage.

Points forts / points faibles

Points forts

+ Polyvalence

+ Tenue de piste

+ Performances en montée

+ Dynamisme

+ Efficacité en descente

+ Confortable pour un carbone

+ Autonomie

Points faibles

Léger manque de vivacité

Boîtier de pédalier un peu bas

Efficace mais pas très joueur

Autonomie

Orbea Rise

  • Usage Trail et randonnée sportive
  • Roues de 29 pouces
  • Débattement 150 mm AV/140 AR
  • Cadre en carbone
  • Reach 450 mm et Stack 613 mm en taille M, offset (déport de fourche) 41 mm
  • Motorisation Shimano EP8 RS Concept 250 watts, 60 Nm
  • Batterie de 360 Wh (+ batterie additionnelle de 252 Wh en option)
  • Console et commande : Shimano E7000 et console E8000 (en option)
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Boost) sur deux profils différents, + assistance à la marche 
  • Système E-Tube téléchargable sur smartphone
  • Pneus Maxxis Dissector/Rekon 29×2.40
  • tailles (S, M, L, XL)
  • 4 modèles à 6 299, 7 999, 9 299 et 9 999 €
  • Prix du modèle testé : Rise M-Team à 9 299 €
  • Poids vérifié : 18,20 kg (sans pédales, en taille M)
  • Disponibilité immédiate : www.orbea.com
Autonomie

Avec sa version RS de l’EP8 à 60 Nm de couple seulement et une batterie de 360 Wh, l’Orbea Rise semble partir avec un handicap… Mais en utilisant le profil Sport avec moitié Eco, moitié Trail et quelques petits coups de Boost, sur un parcours plutôt technique et assez cassant, comptez 35 km pour environ 900 m de dénivelé positif… Ce qui n’est quand même pas si mal et représente environ 2h15 de ride pour un pilote de 70 kilos.

Avec la batterie additionnelle de 252 Wh supplémentaires, on augmente considérablement l’autonomie et sur le même type de sentiers et en profil Sport, on arrive à 55 km et 1 280 m de D+. Le Range Extender se vide en premier et c’est ensuite la batterie principale qui prend le relais pour nous mener aux chiffres indiqués plus haut. Dans cette configuration, sur le profil Eco, on peut donc tabler sur plus de 60 kilomètres et au moins 1 400 m de dénivelé positif.

Qu’en penser ?

On ne peut évidemment que saluer l’arrivée d’une marque dynamique comme Orbea sur le marché du VTT à assistance légère. Pour un coup d’essai, le Rise semble vraiment réussi et son gabarit – qui n’est pas sans rappeler celui de l’Occam – nous a séduits autant par son look que par ses qualités sur le terrain. Alors évidemment, comme c’est le cas pour la (faible) concurrence, les tarifs peuvent faire tiquer et inciter le consommateur à se poser cette question : est-ce bien raisonnable de payer plus cher pour en avoir moins ?

Ce à quoi j’aurais tendance à répondre que disposer d’un objet différent n’est pas forcément négatif, bien au contraire… Surtout quand les performances sont au rendez-vous !

Points forts / points faibles

Points forts

+ Vivacité

+ Nervosité

+ Rendement

+ Pédalage naturel

+ Assistance douce et progressive

+ Sensations proches d’un VTT sans moteur

+ Légèreté

Points faibles

Autonomie moins importante

Vitesse réduite en montée

Le doute persiste ? Vous hésitez encore entre les deux ou à franchir le pas du Rise ? Et bien sachez qu’Orbea vient tout juste de lancer une grande campagne de Demo qui vous permettra de découvrir et tester le Rise sur réservation via certains revendeurs !

Infos > https://www.orbea.com/fr-fr/demo/distributeurs/

  1. Salut Chris, Salut Quentin,

    Tout d’abord, un gros bravo et merci.
    C’est que du bonheur, ce combo ‘article / comparo’ assorti d’une MEGA vidéo.

    Pour la partie lecture, rien à redire. C’est sommaire, mais complet.
    Pour la partie vidéo, par contre …. Ha bah non, rien à redire non plus. Si ce n’est : “OMAGAD!” comme on dit de nous jours !
    La première partie (briefing) est impecc.
    Puis on a droit au roulage / test de chaque engin, qui permet de bien détester (en toute cordialité) Chris, pour la chance qu’il a !
    Parce qu’entre le cadre, les plans / prises de vue et le montage : on en prend plein les mirettes ! Sans parler de la chance de rouler autant de bikes variés (dont le Rise, vu que pour poser ses fesses dessus pour un test, lorsque on n’est pas du métier … dur dur !!!)
    Puis vient l’entretien / échange, très inspiré et bien plus sympa qu’un simple énuméré d’avis / retour / critique / etc.
    (coquille éventuelle : je crois qu’à un moment Chris parle de 160W pour l’extender, au lieu de 252W : à vérifier. C’est vers la fin et là, YT refuse de charger. C’est l’heure de pointe, sur internet!).

    En gros, le format est juste excellent.

    Par contre, on espère la suite (et notamment que la concurrence se réveille sur les VTTAE light ou semi light, comme le RX / RE 375 de rotwild) pour avoir droit à d’autres petits bijoux de journalisme.

    Je vous épargne les émotes crétins et les pouces levés, mais vous m’aurez compris !

    Chapeau les artistes !

    PS : sur une note plus personnelle, dans la catégorie remarque à deux euros la tonne : les rumeurs sur d’autres marques se lançant dans le VTTAE light, notamment pour les MY2022, ce serait tiptop pour nous, pauvres mortels. Cela nous donnerait peut-être une chance d’anticiper, pour un test ou même acheter. Merci !

    1. Salut Vince,
      Effectivement, j’ai dit une connerie pour la batterie additionnelle… En plus, j’ai bien écrit 252 Wh dans la fiche technique ! Désolé…

  2. J’ai essayé le RISE le 26 mai, vélo assez étonnant, très léger, très efficace, pourrait être parfait avec une autre interface logicielle, les deux profils de l’EP8 le permettent, une roue AR en 27,5, une ouverture à d’autres marques de GPS que certains Garmins pour dialoguer avec le moteur. J’espère une mise à jour allant dans ce sens dans un avenir plus ou moins proche, cela peut faire un carton plein.
    Dernière très bonne surprise 620 m de dénivelée et plus de 25km n’ont pas consommé 20% de batterie, technologie Tesla, respect.

    Le wild FS ne m’attire pas, trop conventionnel.
    Un Rise en version mullet et un EP8 normal, on approche la perfection à mon avis.

  3. Tiens, une autre remarque : Lorsque la puissance des moteurs de VAE sera normée, je me demande si calculer un truc comme les Nm/kg de vélo, ce ne serait pas (in)intéressant. Je m’y suis amusé dernièrement, et on a de drôle de surprise. Sachant qu’en plus, on peut agréger le poids du pilote et que la puissance fournie par le pilote détermine le niveau d’assistance, non ?
    A vérifier auprès des forts en méca/physique et as du cycle … si cela a le moindre intérêt.

  4. Bonjour, j’ai actuellement un rise m10 qui pèse 19kg (avec gros pneus minion, tubeless, tds telesco et fox 36 + dhx2, à préciser) et je fais actuellements 60km de moyenne avec environ 1100/1300m de D+.
    L’appli permet de bien ajuster ses modes d’assistance et donc d’optimiser son fonctionnement, et donc son autonomie.
    Je voulais mettre ce commentaire car le rise se destine à une clientèle BIEN SPECIFIQUE, plus sportive, qui se rapproche plus du musculaire. vous, monsieur Chris, êtes plutôt amateur de gros couple, ce qui fait que le rise vous correspond moins 🙂
    Le comportement est du coup beaucoup plus près d’un musculaire que d’un vttae conventionnel et c’est top! Mais encore une fois, il se réserveà une clientèle plus sportive, car vélo plus exigeant..!

    1. Oui, Monsieur Max… mais si c’est pour répéter ce que je dis, forcément, je vais tomber d’accord avec vous !

  5. essai vraiment sympa , tant par la forme vidéo + article , que par un comparatif bien traité en profondeur . Je suis vraiment preneur pour d’autres essais de ce style , et une bonne note a la musique qui accompagne la vidéo.

  6. Bonjour,
    Merci de ce test une nouvelle fois très intéressant!
    Un petit mot de comparaison entre le Rise et le Levo SL que Chris a testé également?
    Il me semble que l’autonomie du Levo SL est quand même plus grande, mais aussi moins puissant je suppose… ?
    Au plaisir de vous relire et revoir
    Uli

  7. Bonjour,
    Je reste toujours interloqué par les autonomies annoncées. Dans ce test comme dans d’autre. Comme j’habite en Valais, je ne connais pas de tour de 65 km avec 1400m de D+. Chez moi c’est plus 35 km pour 2200 de D+. Dans ce genre de configuration il faut s’attendre à quoi en comme autonomie ?
    Je précise qu’étant 100% musculaire pour l’instant je n’ai aucun moyen de comparaison.

    Sinon très bon magazine

    1. Bonjour

      Pour répondre à Greg qui vient du musculaire je donne ma vision d’utilisateur du Rise en montagne depuis le 15 avril (la chance).
      Pour prendre le contre pied de monsieur Chris adepte du VAE que je qualifierais de “mobylette”, le Rise se roule très bien sur le profil 1 (le plus faible).
      Pour illustrer je dirais que le mode Echo réglé au mini se roule sans être, ni une punition, ni juste un mode qui compense l’inertie du VAE (retour de mon année en Bosh CX Gen 4 qui ne correspondait pas à mon attente).

      Pour un usage plus “Dré dans le pentu” soit du déniv sur peu de kil ou l’on compte plus en dénivelé qu’en kilomètre, je constate 300 m pour 20 % (1 segment / 5) de batterie de 360 Wh en roulant sur le profil 1, en Echo dès que sa roule, en Trail en montée plus soutenue et en Boost pour les montées impossibles (pour moi avec un niveau physique bien loin du niveau Transvésubienne).

      Ce Rise a une vrai capacité de roulage proche du musculaire en montée ou descente et l’assistance semble à ton service par opposition au Bosch ou j’ai eu l’impression d’assister le moteur pour qu’il trouve son régime optimum.

      Comme le disent nos hôtes (merci à eux de nous laisser nous exprimer et de susciter le débat constructif) c’est différent…
      Mais allons plus loin, en arrêtant de les comparer aux “mobylettes” et savourons le fait de pédaler avec des jambes de feux ou de jeune et d’arriver beaucoup moins entamé pour la descente où l’on oublie que l’on est sur un Ebike.

      Un dernier point sur le prix certes prohibitif, mais ou je n’ai pas la désagréable sensation d’être volé sur la qualité des composants (gros effort sur la formulation). Avec le Rise M10, c’est le premier vélo ou je n’ai rien à changer en disposant de suspension au top pour 1000 à 1500 € de plus qu’un musculaire de même niveau de cadre.

      Espérons que ce type de vélo devienne une nouvelle alternative avec une offre plus large.

      1. Merci beaucoup pour cet avis très constructif.
        Ce type de vélo semble bien être mon futur choix. En fait, le Rise ne coche juste pas un critère impératif pour moi : pouvoir extraire la batterie pour la stocker au chaud durant la saison froide (très froide chez nous). Donc pour l’instant il n’y a que le Rotwild… Mais je fais le pari que le marché va se développer d’ici quelques années.

  8. Bonjour Chris, bravo pour ce test rondement mené, je suis un afficionados de votre site, je vais être un peu hors sujet, mais roulant souvent dans le var ( rayon… ), que préconises tu comme monte pneumatique ( trek rail 9)?
    Autre point, ça pourrait être sympa peut-être de faire des live sur des thèmes spécifiques afin de pouvoir communiquer avec l’équipe de vttae.fr

    1. Salut Philippe,
      Perso – et ça n’engage que moi – je préconise les pneus Schwalbe spécifiques e-bike… Eddy Current Rear Gravity à l’arrière et Magic Mary Gravity Soft à l’avant. Les deux en 2.60
      Pour les Live, ce n’est pas d’actualité… Mais on peut communiquer via les commentaires, la preuve ! Bon ride avec tes nouveaux pneus.

  9. Salut Chris,

    une vrai reussite ce Rise apparement, quand est ce que tu nous prévois une confrontation impartiale avec le Turbo Levo?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *