Présentation du Orbea Urrun

Séquence découverte !

Si un VTTAE semi-rigide n’est pas forcément l’arme idéale sur les sentiers cassants de la Provence, il reste cependant très performant dans la plupart des autres régions. C’est en partant de ce principe que les ingénieurs de chez Orbea ont décidé de concevoir le Urrun, un modèle sans suspension arrière moderne, équipé d’un cadre en aluminium et de la motorisation Shimano EP8 RS à assistance modérée. La marque annonce un vélo léger et passe-partout… Présentation.

Par Chris Caprin

Orbea Urrun 

  • Usage XC marathon/Trail
  • Roues de 29 pouces à l’avant et à l’arrière
  • Débattement 120 mm AV
  • Cadre en aluminium semi-rigide
  • Reach 405 mm et Stack 628 mm en taille M, offset (déport de fourche) 44 mm
  • Motorisation Shimano EP8 RS 250 watts, 60 Nm
  • Batterie de 540 Wh
  • Commande : Shimano E7000, pas de console
  • Modes d’assistance : 3 (Eco, Trail, Boost) + assistance à la marche
  • Système pour réglages moteur personnalisés et connectivités : oui, avec l’applicationShimano E-Tube téléchargeable sur smartphone
  • Pneus Maxxis Rekon 120 TPI EXO+ 29×2.40 AV et AR
  • 4 tailles (S, M, L, XL)
  • Deux modèles à 3 799 et 4 799 €
  • Disponibilité : mai/juin 2022
  • Lien : www.orbea.com

L’Orbea Urrun intègre la technologie RS que l’on retrouve depuis deux ans sur le Rise, le modèle tout-suspendu à assistance légère. Un VTTAE, qui, comme son nom l’indique (Urrun signifie “loin” en basque), est destiné à emmener son propriétaire à la découverte de nouveaux horizons.

Grâce à des technologies innovantes (motorisation RS, batterie compacte de 540 Wh, cadre en aluminium spécifique et intégration soignée), avec l’Urrun, Orbea propose une nouvelle génération de VTTAE à la fois légers, vifs, maniables et plutôt abordables au niveau des tarifs. En effet, le premier des deux modèles disponibles est annoncé à 3 799 euros pour des composants (fourche Marzocchi Bomber Z2, transmission Shimano SLX, freins Magura MT 30, roues Orbea tubeless ready…) qui semblent bien adaptés à la pratique du tout-terrain en électrique… Manque juste la tige de selle télescopique que l’on retrouve cependant sur le modèle du dessus à 1 000 euros de plus, équipé, lui, d’une Fox 34 Performance, d’une transmission XT et d’une paire de roues Race Face.

Un cadre alu novateur

Orbea a mis au point un cadre poids plume de la plus haute qualité qui vient se positionner parmi les produits les plus légers du marché. Il est en effet 15 % moins lourd et 30 % plus rigide que son prédécesseur, le Wild HT, sorti il y a quelques années. Cette légèreté est obtenue par un processus d’hydroformage développé par Orbea, mais aussi grâce à l’utilisation de tubes à triple épaisseur. Des techniques qui permettent d’optimiser la finesse des parois en certains points du cadre afin de gagner en poids, tout en renforçant les zones les plus sollicitées. De plus, les soudures bénéficient d’un traitement de polissage qui leur confère une finition impeccable et améliore les performances du cadre.

A noter que le triangle avant vraiment compact, avec un reach de 405 mm (en taille M), des bases assez longues – même pour une roue de 29 pouces à l’arrière – et un angle de fourche plutôt ouvert pour 120 mm de débattement (66°), laissent augurer un comportement relativement sage et sécurisant. En gros, sur le papier, l’Urrun paraît nettement plus randonneur que sportif.

L’intégration du moteur Shimano EP8 RS dans le cadre a également fait l’objet d’études internes poussées. Le “Gravity Casting Interface” (interface de moulage par gravité) permet d’intégrer le moteur de façon épurée et compacte dans le cadre tout en le protégeant complètement. Dans la partie inférieure, Orbea a conçu un protecteur spécifique pour contrer tout impact ou incident imprévu. 

Dernière caractéristique frappante de l’Urrun : l’intégration de la câblerie sur l’avant. Orbea a en effet développé un guidon et une potence qui intègrent tous les câbles et gaines. Les fils de l’affichage et des commandes passent à l’intérieur du guidon, tandis que la durite du frein arrière et la commande de la tige de selle télescopique sont guidées à travers une ouverture dans la potence.

Motorisation Shimano EP8 RS

L’Urrun est équipé du moteur Shimano EP8 RS (pour Rider Synergy), développé en collaboration avec la marque japonaise et qui a séduit et bouleversé le marché avec le Rise. Sur le système Rider Synergy, la puissance, le poids, l’interface et l’autonomie sont considérés comme un tout.

Ainsi, Orbea a travaillé sur le micro-logiciel du moteur afin d’offrir l’assistance la plus naturelle et la plus efficace possible, en éliminant la résistance et le délai dans la fourniture de puissance souvent observés sur les vélos électriques conventionnels. Le moteur est également optimisé pour offrir une assistance maximale à une fréquence de pédalage entre 75 et 95, soit la cadence à laquelle le corps humain pédale le plus efficacement, mais aussi celle que nous adoptons normalement instinctivement sur les modèles sans assistance. 

Cela signifie que plus vous pédalez fort, plus le Rise répond en délivrant davantage de puissance instantanée, pour une sensation d’assistance très naturelle. Comme pour les modèles Rise, le moteur EP8 RS de l’Urrun est configurable via l’application Shimano e-Tube Project et compatible avec la RS ToolBox, permettant ainsi d’afficher différentes données sur votre dispositif Garmin. 

L’équipe d’ingénieurs de chez Orbea a associé ce moteur à la batterie de 540 Wh utilisée pour la première fois sur les modèles Rise en aluminium, et dont la densité énergétique est optimisée grâce à des cellules 21-700. En d’autres termes, elle condense plus d’énergie dans un volume moins important. Son intégration complète dans le cadre réduit le poids de l’ensemble tout en améliorant la rigidité, ce qui se traduit par une maniabilité accrue du vélo. 

Légèreté et autonomie

En concevant le VTT à assistance électrique comme un ensemble d’éléments homogènes, Orbea promet une efficacité imbattable et une autonomie exceptionnelle, qui, selon la marque, pourrait monter jusqu’à 3 500 m de dénivelé positif et quasiment huit heures de pédalage. L’association du nouvel écosystème électrique léger et compact, de l’efficacité du moteur EP8 RS et de la nouvelle génération de cadres plus légers et rigides rend cette gamme de VTT électriques extrêmement efficace, multipliant l’autonomie disponible par une fois et demie.  

L’Urrun peut également accueillir un prolongateur d’autonomie (Range Extender) de 252 Wh. En d’autres termes, le vélo offre une capacité cumulée de pas moins de 792 Wh, ce qui, multiplié par le facteur 1,5, donne un résultat de 1 188 Wh. Prometteur !

Enfin, pour charger la batterie interne ou le Range Extender, il suffit de brancher le chargeur intelligent (Smart Charger) développé également par Orbea. Ce chargeur possède la particularité de prolonger la durée de vie de la batterie jusqu’à 30 % en adaptant la charge à 2 ou 4 ampères en fonction de différents facteurs tels que la température, l’état des cellules ou les cycles de charge effectués. Intéressant.

Comme à chaque fois qu’une marque nous présente un produit en vantant ses nombreuses qualités, il faudra valider tout cela par un test poussé sur le terrain… Et même si le semi-rigide n’est pas l’engin le plus adapté à la région où je roule, j’avoue que le concept m’intéresse et que j’attends avec impatience de recevoir un Urrun… Rouler en rigide, ça me changera un peu !

    1. Non, la batterie n’est pas amovible… Comme sur le Rise.
      Et pour le poids, il n’est pas annoncé par Orbea, mais par rapport au Rise alu, je pense qu’on peut tabler entre 17 et 18 kilos. A +

  1. curieux de voir le test. je roule sur un maxmax power commençal et même si le défoncé me pose parfois problème, ce type de vélo permet vraiment de faire de belle sortie, loin d’être totalement ridicule face au tout mou. Vélo plutôt léger (moins de 21kg en pédales auto et 27*2.8), gros rendement sur le roulant et relativement performant dans le technique en montée, et tout ça en e7000. Alors bravo à orbea pour ce simple semi rigide, à la géométrie passe (bien) partout. hâte de pouvoir l’essayer si possible, haha.

  2. sympas !
    je m’interroge sur l’utilisation d’un tel velo, pour qui , pour quoi ? angle tres ouvert ? cross country assiste ? capable quand meme dans les singles un peu pechus en descente ?

    il me plait !!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.