Nouveauté 2021 – Moteur EP8, le futur selon Shimano

Ça fait longtemps qu’on en parlait, un an qu’on l’attendait, mais voilà, ça y est, le nouveau système d’assistance électrique pour VTTAE signé Shimano est enfin disponible. Les constructeurs qui ont choisi la marque japonaise vont désormais bénéficier d’un argument de poids pour promouvoir leurs modèles 2021… En attendant de pouvoir le tester dans les plus brefs délais, voici en détail à quoi ressemblent les composants, le moteur et le logiciel du Shimano EP8…

Photos : Shimano

Shimano EP8

Si la première version du moteur Shimano Steps E8000 commençait un peu à dater vis-à-vis d’une concurrence de plus en plus dynamique, il faut tout de même souligner qu’à sa sortie, le système complet conçu par le géant japonais avait de sacrés atouts. A commencer par un bloc quasiment le plus léger du marché, dont l’encombrement minimum permettait de le loger plus facilement dans différents châssis, mais aussi d’une connectique éprouvée entre les différents composants de même provenance, de la possibilité de personnaliser les réglages facilement via l’application E-Tube, ou d’une certaine réputation de fiabilité qui s’est développée au fil des années… Sans parler de l’énorme réseau de distribution et de l’efficacité du SAV. Bref, comme la plupart des produits Shimano, c’était du sérieux.

Il est donc évident que si cette seconde génération de motorisation VTT regorge de nouvelles fonctionnalités qui placent l’EP8 à un niveau de performance inédit dans l’histoire des systèmes VAE développés par Shimano, la base, elle, reste du même calibre.

Parmi les caractéristiques uniques du Shimano EP8, on trouve un moteur EP800 à la fois plus puissant et plus léger, avec une fluidité de pédalage, une intégration discrète et une motorisation plus silencieuse, qui parvient également à limiter la surchauffe, tout en améliorant le dynamisme du vélo.

Sur le papier, le nouveau système reste donc fidèle à la philosophie de Shimano en matière de VAE, à savoir offrir une sensation de pédalage naturelle avec une assistance parfaitement contrôlable, qui délivre sa puissance quand le pilote en a besoin – le tout grâce à un système complet parfaitement intégré. De l’unité motrice à la transmission et aux freins, tout a été pensé par Shimano pour que la cohésion de l’ensemble soit parfaite. Sans parler des deux applications mobiles E-Tube Ride et E-Tube Project remaniées, qui offrent aux pilotes plus d’options d’affichage et de personnalisation du système.

L’unité motrice

Le nouveau moteur EP800 fournit un couple allant jusqu’à 85Nm pour affronter de manière encore plus sereine les sentiers les plus techniques et les montées les plus raides. Ce couple accru de 21% (+15Nm) par rapport à son prédécesseur, le Steps E8000, s’accompagne d’une réduction de poids de 300g (-10%) – soit 2,6kg – grâce à ses carters en magnésium. Cette réduction de poids et ce couple plus puissant en font l’un des meilleurs systèmes dans sa catégorie en termes de rapport poids/puissance.

Ce rapport accru s’accompagne, paraît-il, d’une performance supérieure au niveau de la batterie. En effet, les frictions liées à la rotation de l’axe du moteur – particulièrement sensibles lorsque l’on roule avec l’assistance débrayée – ont été réduites de 36% comparé au E8000, ceci grâce à une attention supplémentaire portée au niveau des joints d’étanchéité, ainsi qu’à une conception optimisée des engrenages du moteur. Cette réduction des frictions donne davantage d’autonomie à la batterie quand l’assistance est embrayée, et un pédalage plus fluide, sans résistance, quand le moteur est coupé ou se débraye au-dessus des 25 km/h. La réduction de ces frictions et le mécanisme d’embrayage plus perfectionné offrent également une coupure plus douce lorsque l’on atteint les 25km/h.

Mais l’augmentation du couple moteur ne s’est pas faite au détriment d’un volume sonore plus élevé… C’est même tout l’opposé, puisque la nouvelle motorisation EP800 est plus silencieuse, procurant un volume sonore identique au moteur E7000. A cela s’ajoute le nouveau bloc plus compact en magnésium qui a pour propriété de mieux dissiper la chaleur. De plus, la structure interne composée d’un meilleur assemblage d’engrenages et de nouveaux câbles participe plus efficacement au refroidissement et maintient les bonnes performances du moteur quand l’assistance est fortement sollicitée à un couple élevé et sur de longues montées particulièrement difficiles.

EP8 – Les caractéristiques techniques

  • L’unité motrice EP8 offre un Q-facteur (distance entre les deux manivelles) de 177mm avec des manivelles dédiées, disponibles en longueur 160mm (en plus des 165/170/175 mm).
  • Le système est idéalement couplé à l’une des transmissions Shimano 12 vitesses XTR/XT/SLX/Deore avec trois options de plateaux (34, 36 et 38 dents) équipés de la technologie Dynamic Chain Engagement + (12 V).
  • De façon à ce que les constructeurs puissent utiliser le même design de châssis avec des motorisations Shimano différentes, le moteur EP800 utilise les mêmes points d’ancrage que les versions Steps E8000 et E7000.
  • Le système Shimano EP8 est compatible avec les transmissions mécaniques (9, 10, 11 et 12 vitesses) et les transmissions électroniques Di2 (11 vitesses).
  • Un nouveau guide-chaîne est aussi disponible. Son design conçu pour mieux évacuer la boue améliore la stabilité de la chaîne. Grâce à un meilleur dégagement entre le patin et cette dernière, il est compatible avec les transmissions 11 et 12 vitesses pour des lignes de chaîne de 56,5mm ou 53mm.

Commandes et écran de contrôle

Le nouvel écran de contrôle du système EP8 ressemble extérieurement beaucoup au compteur E8000, mais intègre de nouvelles fonctionnalités pour permettre notamment au pilote de sélectionner son profil. L’écran de 1,6 pouce en couleurs est lisible même par forte luminosité, mais aussi compact, fin et très peu exposé aux chocs, ce qui convient parfaitement à un pur usage VTT.

Le compteur communique sans fil avec l’application E-Tube Project via Bluetooth permettant ainsi aux pilotes de changer les caractéristiques de la motorisation sur le terrain. L’écran de contrôle peut aussi être associé à un compteur GPS via une connexion ANT+ pour afficher les vitesses et le niveau de batterie.

Pour activer l’assistance électrique EP8, le pilote peut utiliser la nouvelle commande SW-EM800-L. Celle-ci permet de jongler entre les modes Off, Eco, Trail, Boost, ainsi que le Walk Assist (assistance à la marche). La manette dispose d’une forme plus ergonomique, avec des boutons de forme concave et une surface d’appui plus large qui les rendent plus faciles à actionner lors d’une utilisation en terrain difficile. Cette commande comprend aussi une fixation Shimano I-Spec qui la rend parfaitement compatible avec la manette de tige de selle télescopique Shimano – ou d’autres.

L’assistance à la marche a également été mise à jour pour le système EP8 et couplée aux transmissions mécaniques. En appuyant deux fois sur la commande d’assistance, les manivelles sont entraînées et emmènent le vélo à 4 km/h, et ce quel que soit le pignon utilisé.

Les batteries

La gamme de batteries inclut les nouveaux modèles Shimano dévoilés en mai 2020, à savoir deux batteries de 630Wh – une externe BT-E8016 et une interne BT-E8036 – et la batterie interne de 504 Wh, avec moins de capacité mais à charge rapide. Tout comme les versions précédentes, toutes les batteries Shimano présentent une très longue durée de vie, et conservent 60 % de leur capacité, même après 1 000 cycles de recharge complets, ce qui revient dans la majorité des cas à changer de vélo bien avant de remplacer sa batterie.

Le logiciel EP8

Pour garantir une sensation de pédalage naturel, l’autre élément de la recette Shimano réside dans les améliorations apportées au logiciel EP8. Pour ce faire, il a fallu repenser le fonctionnement et la personnalisation des trois modes d’assistance…

  • Le plus puissant (Boost) peut délivrer à présent un couple maximal de 85 Nm, pendant que le pilote, lui, produit un couple minimal.
  • Le mode Trail peut aussi atteindre les 85 Nm, mais il est également plus réactif en fonction de la force exercée sur les pédales. Cela permet soit d’économiser plus de batterie avec un couple faible, soit de délivrer une puissance maximale et un couple de 85Nm à partir du moment où le pilote produit au moins 60Nm. C’est bien mieux que sur le Steps E8000 et cet algorithme de ratio d’assistance plus intelligent rend le mode Trail extrêmement polyvalent, au point que l’on peut même le conserver dans la majeure partie des cas.
  • Enfin, le couple maximal pour le mode Eco est de 30Nm. Outre une plage d’utilisation accrue, le mode Eco peut être utile en phase d’échauffement ou en sortie d’entraînement pour les pilotes les plus sportifs.

De plus, via l’application E-Tube Project (version 4.0.0), tous ces modes sont entièrement personnalisables, aussi bien depuis chez vous que pendant une sortie, ce qui permet au pilote d’adapter le système à son niveau et à son terrain. Les modes Boost, Trail et Eco peuvent être personnalisés sur dix paliers différents et le couple moteur peut être réglé comme on le souhaite entre 20 et 85 Nm. Il existe aussi cinq paramétrages possibles du mode de démarrage et ceux-ci peuvent être enregistrés sous différents profils d’utilisateurs pour différents types de sorties (rando, entraînement ou parcours extrêmes). Toutes ces informations peuvent être sauvegardées en tant que préférences dans le profil du pilote comme, par exemple, un mode rando qui permet d’économiser la batterie et un mode performance plus adapté aux terrains techniques et pentus. Les pilotes peuvent ainsi facilement basculer d’un mode à l’autre via l’écran de contrôle.

Parallèlement, une mise à jour de l’application E-Tube Ride permet aux vététistes de garder un œil sur leurs informations via l’écran de leur téléphone mobile. L’écran affiche diverses options comme les kilomètres effectués sur les modes Eco, Trail et Boost, ainsi que de nouvelles fonctionnalités comme l’historique des sorties ou des cartes interactives, le tout dans des interfaces plus ergonomiques.

Les deux applications, E-Tube Project et E-Tube Ride, sont téléchargeables dès le 1er septembre sur iPhone et Android et sont entièrement compatibles avec le système Shimano EP8.

Qu’en penser ?

Au bout du compte, selon Shimano, toutes ces caractéristiques aboutissent à un système EP8 qui offre un pédalage encore plus naturel et une puissance accrue, avec un moteur plus puissant, plus léger, compact, silencieux, qui génère moins de frictions et offre une autonomie améliorée de 20%. Intéressant, non ? Mais ça, évidemment, c’est sur le papier… Nous attendons donc avec impatience notre premier VTTAE de test qui sera équipé de la motorisation EP800 pour vérifier tout cela sur le terrain comme il se doit. A suivre !

      1. Apparement non (à la lecture des information sur le net et les revues spécialisées) même si les fixations sont identiques, seul les constructeurs pourront l’adapter sur un produit neuf (Il n’y a pas que le moteur à changer).
        Si c’est possible, qui le fait (Où ?: quel vélociste, coût?( avec une garantie professionnel, vu le prix du moteur.
        Merci de votre réponse (j’ai un E8000, ça peut m’intéresser si mon moteur casse)
        Cordialement

  1. La Société Annad va produire son VTTAE basé sur ce moteur et il sera produiit en France dans les Hautes Alpes. Donc vous pourrez librement choisir votre configuration sur notre base cadre Carbone.

  2. Salut, est-ce que vous avez une des infos sur le prix et la disponibilité du bloc moteur seul..? Pour remplacer mon “vieux steps”…
    Merci.

    1. Non, désolé, pas d’infos sur le prix et la disponibilité du moteur EP800 seul…
      Dès que j’apprends quelque chose, je vous donne une réponse !

  3. Stop aux arguments marketing (nécessaires pour vendre des vélos et faire vivre la presse spécialisée!).
    On nous parle “moteur”, mais ce n’est qu’une assistance électrique qui se coupe à 25kmh, et ça c’est super important. Plus de couple égale: plus rapidement à 25 kmh…..et donc coupure!! n’oublions jamais que le vrai moteur est votre “caisse”!!
    les points importants: rendement, autonomie (deux batteries une de 500 et une de 400 dans le sac à dos), géométrie et comme pour tous les autres vtt les périphériques, le reste c’est “pipo”.
    Un moteur de 2018 quel qu’il soit!, si tu as les jambes, de bons pneus, de bons freins, et de bonnes suspensions, tu seras le roi du monde!! pas besoin de changer tous les ans et de succomber aux sirènes des constructeurs!

    1. Oui, bien sûr, tous vendus…
      D’un autre côté, on peut aussi faire du VTT sans moteur et c’est très bien !
      Seulement aujourd’hui, les VTTAE progressent tellement vite d’année en année qu’il est forcément intéressant de parler des nouveautés et des solutions qui arrivent… Du VTTAE sportif, j’en fais depuis huit ans et dans mes sentiers favoris, la coupure à 25 km/h ne m’a jamais gêné… Trop techniques et sinueux pour dépasser cette vitesse en montée et en descente, on s’en moque ! Tout dépend donc de l’utilisation que l’on fait de son VTT à assistance électrique. Et en ce qui me concerne, je ne refuse pas le progrès. Surtout lorsqu’il permet de repousser encore davantage ses propres limites !
      Et puis nous n’avons jamais demandé à nos lecteurs de changer de monture tous les ans à grands coups “d’arguments marketing”… Nous les tenons juste informés de ce qui arrive régulièrement sur le marché. Le journaliste ne dicte rien. Il informe. Point barre.

      1. Hello, tout à fait d’accord avec vous, le plaisir de l’électrique est beaucoup dans les montées raides et techniques, banane au pilotage ! Par ailleurs, je viens d’acheter un beau “musculaire” d’occasion pour me mettre dans le rouge dans les montées, et la encore, peu de chance d’éclater les 25 km/h ! 😆 Mais ce sera bien complémentaire… Cordialement, Loïc

      2. Bonjour,
        Merci pour votre message, il a le mérite d’être clair, je pratique le VTTAE depuis près de 10 ans et ceci après avoir fait de l’enduro moto, là je ne dérange personne et je peux faire 70 à 80 kms dans une demi-journée (500 à 600 m de dénivelé maxi) alors qu’avec mon vtt classique je ne dépasse pas 50 kms, à près de 70 ans je m’amuse encore grâce à cette nouvelle technologie, alors si vous n’avez plus vos jambes de 40 ans n’hésiter pas à investir dans un VTTAE et sans debridage c’est largement suffisant pour s’amuser.
        Cordialement.
        Francis

        1. Un commentaire positif qui fait plaisir ! Merci d’avoir partager votre expérience avec nous… Continuez encore longtemps à vous amuser en tout-terrain et sur deux roues.
          Chris

  4. Des chiffres très proches de ceux de Bosch. Un format de batterie également dans les standards actuels. La grosse question, très difficile à répondre, sera donc… qui consomme le moins ?
    Et puis, évidemment, un autre point très important, et encore plus compliqué à répondre, celui de la fiabilité. Bref, nos journalistes vont avoir du pain sur la planche, pour départager les motoristes !!

  5. C’est une bonne chose que l’assistance à la marche soit rapidement opérationnelle avec les transmissions mécaniques.
    Dans les Alpes quand on pousse pour atteindre les cols, c’est indispensable.

  6. J’avais un vittae:Giant fulle+0 pro de 2017 batterie de 500 w. JE me suis acheté un Moustache trial 8 avec batterie de 625 w et sur les mêmes sorties je rentre presque à sec donc le moteur Bosch 2020 consomme plus Que le moteur Yam, l’ideal serai un cadre Moustache avec un moteur Yam, qui est plus silencieux.

    1. Ce qu’il faudrait, c’est un format standard d’ancrage moteur, qui laisserait le choix en tan qu’accessoire, comme pour tous les autres périphériques. Mais là, je rêve complètement, ce n’est surement pas près de se faire un jour.

  7. Je me suis trompé, le moteur bosch est plus silencieux, je roulais principalement en mode écho 100% d’assistance, avec le Giant, le bosch je suis obligé de rouler en mode tour 140% car en mode écho seulement 60% et oui j’ai 71 ans.

    1. C’est bien là tout l’avantage de pouvoir programmer le pourcentage d’assistance de chaque mode –ou autres – via une application… ce qui n’est malheureusement toujours pas possible chez Bosch. Un jour, peut-être ? 😉

  8. Visiblement, problème de production et délais de disponibilité jusqu’à la fin de l’année 🙁
    Beaucoup de retour dans la presse à propose d’un bruit de cliquetis dans le moteur. Hâte d’avoir votre retour sur cette question.
    @+

  9. M’étonnerait que vous ayez un retour, rien sur les casses à répétition du Bros S Mag, rien sur l’erreur 504 du Bosch.
    L’arrêt de la production n’est pas du aux cliquetis que Shimano considèrent comme normal, mais à la faiblesse d’un composant interne.
    Vous ne verrez pas d’EP8 avant début 2021.

    1. Des faits, rien que des faits…
      Monsieur Mortier,
      Je ne critique pas le côté farce de votre commentaire, mais pour le fair-play, y’aurait quand même à redire… Le recul que j’ai sur la fiabilité des moteurs que je teste se limite uniquement au nombre de kilomètres que j’ai parcouru avec. Et entre 4 et 500 bornes effectuées en moyenne au guidon de chaque VTTAE, je suis certainement l’un des journalistes qui roule le plus les vélos.
      Partant de là, je me contente de parler des problèmes éventuels que j’ai rencontrés… Pas de ceux qui font les bonnes feuilles des forums, blogs ou autres réseaux sociaux. Car pour moi, cela ne peut pas être considéré comme des faits avérés. Ce sont juste des rumeurs.
      Et la rumeur, Monsieur Mortier, j’ai pour principe de m’en méfier. En revanche, comme apparemment vous paraissez particulièrement bien informé, merci de nous avoir donné la date de disponibilité du moteur EP8 que même nos interlocuteurs de Shimano France nous ont avoué ignorer à ce jour.
      A moins, évidemment, que, comme certains, vous ne colportiez qu’une… rumeur !

  10. Ce qui serait le top c’est de trouver un comparatif
    Effectué sur un banc d’essai donc dans les mêmes conditions pour tous les moteurs et batteries afin d’avoir un test représentatif
    De la consommation, puissance….

  11. L’essayer c’est l’adopter!
    A 75 ans je m’eclate sur mon vttae,sortie moyenne de 45 km et 1000 m de dénivelé,ayant pratiqué beaucoup le trial mais jamais le vtt je ne n’aurai jamais pensé pouvoir encore prendre autant de plaisir à mon âge.les médecins devraient le prescrire,il y aurait moins de malade!
    Toutefois il faut du très bon matériel,et c’est très cher,mais largement compensé par le plaisir.
    Une batterie de 750w serait l’ideal.

  12. Puis-je faire adapter le moteur EP8 en remplacement du moteur actuel “qui freine” sur mon vélo BMC alpenchallenge AMP 2019???

  13. Et toujours uniquement 3 modes 🙁
    Il manque clairement au moins un mode supplémentaire un peu comme fait Yamaha avec un éco+ et un éco pour pouvoir gérer sa batterie sur de grosses sorties.

    1. Désolé Steven, mais je ne suis pas de ton avis…
      En effet, si l’on prend en considération toutes les possibilités de réglage des différents paramètres (puissance, couple, démarrage de l’assistance) et les deux profils Eco et Sport accessibles sur le terrain via la console, ça fait deux fois trois – soit six modes et six façons de les configurer en fonctions de sa pratique, de la durée de sa sortie et du niveau du groupe avec lequel on roule… Partant de là, pour moi, y’a largement de quoi faire ! CQFD

      1. Personnellement m’arrêter pour changer mon mode éco en low ou middle. Bof bof, quand je roule, je roule et j’ai bien souvent le besoin de passer du éco low à l’éco middle sur mon Devinci équipé d’un e8000. J’ai bien l’impression que ca va être identique avec ce nouveau moteur. Pas pratique, c’est dommage.

  14. J’aime le côté modulation des modes que propose Shimano, mais devoir sortir le smartphone pour les changer c’est bien trop long et cela casse complétement la ballade. Un mode supplémentaire réglerait ce problème surtout que ce n’est qu’une couche logiciel. De plus quand on regarde aujourd’hui ce que propose la concurrence avec parfois jusqu’à 7 modes, je ne comprend pas ce choix de Shimano de rester sur 3 modes.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *