Prise en main – Canyon Neuron:ON 7.0

En passe de devenir l’un des plus gros vendeurs de vélos dans le monde, Canyon ajuste son viseur et élargit sa gamme de VTTAE dans l’objectif de répondre au plus grand nombre de pratiques… ou de pratiquants !

Le Canyon Neuron:ON voit le jour dans ce contexte. Ses ambitions semblent claires. De notre coté, nous le présentions il y a peu et depuis, nous l’avons essayé !

C’est au coeur des Vosges, à deux pas des bureaux de Canyon France, que nous profitons d’une journée pour le découvrir. Une prise en main dans des conditions automnales, mais révélatrice…

 


Temps de lecture estimé : 8 minutes


 

 

[divider]Canyon Neuron:ON 7.0[/divider]

[column size=one_half position=first ]

  • Destiné à l’usage Trail
  • Roues en 29 pouces
  • 130/130mm, Fox 34 Perf. + Fox DPS Perf.
  • Triangle avant et arrière alu
  • Reach de 455mm en taille L, offset normal
  • Motorisation Shimano Steps E8000
  • 25km & 1000m D+ env. Boost/I2+ perso

[/column]

[column size=one_half position=last ]

  • AlexRims EM30, Alu 30mm
  • Schwalbe 29×2.6 Hans Dampf/Nobby Nic
  • Shimano XT, en 180/180mm
  • 3 modèles, 5 tailles, 3299 à 4299€
  • 22,2kg, M, sans pédales, tubeless
  • Dispo immédiate 
  • Fiche du vélo sur www.canyon.com

[/column]

 

Frères jumeaux ?

Il en était question lors de notre présentation : l’air de famille est flagrant, Canyon affiche désormais et sans retenue sa nouvelle identité mais, au fond, le Canyon Neuron:ON et le Spectral:ON ne se ressemblent que d’un point de vue esthétique

En effet sur le papier, les géométries, les débattements et les tailles de roues diffèrent. L’orientation en terme de pratique aussi. Quand le Spectral:ON se veut clairement dédié à l’Enduro, le Neuron:ON tend vers l’All Mountain. Et des détails le montrent :

 

La marque allemande l’affiche donc comme le vélo de montagne par excellence, prêt pour de longue virée comme pour un rapide tour après le travail. Mais comment, en bon VTTAE limité par son autonomie, peut-il prétendre à de plus grandes virées que son grand frère ? Il doit donc se démarquer sur d’autres aspects. Mais lesquels ?

 

 

Prise en main

En fait, avec moteur et batterie équivalents et un poids commun pour un VTTAE, ce n’est pas sur l’autonomie que le Neuron:ON risque de se démarquer. Pour déterminer sa pratique cible, on l’attend donc ailleurs : dans sa position, son confort, son dynamisme, son comportement, etc. Et effectivement, notre prise en main le confirme…

[toggler title=”Position” ]

Une fois les composants ajustés à mon goût, j’enfourche le Canyon Neuron:ON pour les premiers tours de roues. Je suis rapidement à l’aise dessus. Tout tombe sous la main !

La position est confortable : ni couchée avec tout le poids sur le cintre, ni trop droit avec tout le poids sur la selle. On se trouve aussi centré sur le vélo entre la roue avant et la roue arrière. La position est finalement assez neutre mais clairement confortable.

Cette position est aussi rassurante pour le pilote dans la manière dont elle facilite les mouvements. On reste serein en toute situation. Le Canyon Neuron:ON est véritablement bienveillant, il ne surprend pas : à aucun moment il nous prend en défaut à partir en glisse imprévue, à se retrouver trop sur l’avant, à basculer violemment en arrière, etc. Et quelques détails y participent :

 

[/toggler]

[toggler title=”Confort” ]

Outre sa position et son ergonomie qui le rendent confortable et facile, les suspensions jouent aussi leur rôle dans cette caractéristique. Avec une suspension conçue plus linéaire que son grand frère, le Canyon Neuron:ON n’hésite pas à utiliser tout son débattement arrière.

D’une part en début de course, il est sensible et onctueux. Puis d’autre part, en fin de course, il s’affermit pour éviter de talonner trop brusquement tout en restant capable d’utiliser la totalité des 130mm qu’il offre. Mais ce comportement n’a-t-il pas son incidence ailleurs ?

[/toggler]

[toggler title=”Rendement” ]

En effet, la volonté de Canyon d’offrir un VTTAE confortable, les a poussé à avoir un début de course sensible. Cet aspect entraîne un peu de pompage de la suspension lorsque l’on pédale.

De ce fait, le rendement du Canyon Neuron:ON en pâtit en montée : dans les successions de trous, à l’impact, il s’affaisse très légèrement sous l’effort de pédalage.

Il est donc bon de jouer avec le blocage de l’amortisseur : soit en position fermée lorsque le terrain est lisse, soit en position intermédiaire lorsque le terrain est plus accidenté. C’est bon à savoir puisqu’il retrouve ainsi un rendement digne d’un bon VTTAE d’All Mountain.

[/toggler]

[toggler title=”Dynamisme” ]

Alors qu’en est-il lorsqu’il faut jouer avec le terrain : pomper, tirer sur le guidon, pousser dans un virage, etc. !? Est-il dynamique ? L’est-il trop ou pas assez ? Le comportement de sa suspension nous laisse penser qu’il s’écrase facilement, qu’il absorbe et finalement consomme notre énergie. Cependant, sur le terrain, c’est une autre histoire !

Avec un poids commun pour un VTTAE, le Canyon Neuron:ON parait dynamique pour la plupart d’entre nous, son train roulant – les pneus Schwalbe en gomme dure Addix Speedgrip – aidant fortement. Malgré tout, il ne rechigne pas à nous aider lorsqu’on souhaite jouer avec le terrain.

Même si les plus expérimentés pourraient lui reprocher de manquer un peu de soutien hydraulique à l’arrière, il reste de bon ton pour un VTTAE et convient amplement lorsqu’on souhaite jouer avec le terrain.

[/toggler]

[toggler title=”Si on en veut plus !” ]

Ceux qui recherchent un VTTAE All Mountain sont servis, mais qu’en est-il pour ceux qui sont parfois à la limite de l’Enduro ? Ceux qui veulent repousser les limites du Canyon Neuron:ON ?

Lorsqu’on souhaite s’engager sur les spéciales d’Enduro de son quartier, les 130mm de débattement du Canyon Neuron:ON demandent au pilote de s’employer un poil plus. C’est sûr ! Mais quand bien même un pilotage rigoureux et une bonne anticipation sont nécessaire le Canyon Neuron:ON répond présent.

Sa construction, son châssis, sa bonne rigidité et finalement la cinématique de sa suspension – progressive juste ce qu’il faut – permettent à ceux qui souhaitent envoyer au guidon du Canyon Neuron:ON d’y songer. Il ne subit pas, il encaisse, il tolère et reste sain ! 

Et même si certains lui reprocheront de ne pas permettre d’ajuster les compressions basses vitesses à l’arrière et des pneus limités en grip quand ça roule plus fort, le Canyon Neuron:ON est capable de beaucoup de choses. Il empiète même en partie sur le terrain de jeu du Spectral:ON… On ressent de la sorte l’expérience de Canyon dans la construction de VTT, qui profite désormais à tous ces modèles.

[/toggler]

 

 

Qu’en penser !?

L’arrivée de ce nouveau Canyon Neuron:ON enrichit la gamme, étend le spectre de pratiques mais avant tout élargit la plage d’utilisateur. Sa facilité de prise en main et son adaptabilité font qu’il s’adresse, comme peu de VTTAE, à un panel d’utilisateur très large : du randonneur qui profite de l’air forestier sur les sentiers du coin au pilote plus averti qui compte quand même bien se faire plaisir à piloter en descente.

Le Canyon Neuron:ON est un très bon randonneur mais il se distingue par une polyvalence importante qui le met en concurrence directe avec les meilleurs du segment – le Moustache Samedi 27 Trail entre autre. Et avec une gamme de prix alléchante, le Canyon Neuron:ON vise dans le mile pour s’accaparer, sans doute, la plus grosse part de marché VTTAE chez Canyon… et pourrait ainsi prétendre à devenir leur modèle phare rapidement !

  1. Bonjour, vu le rapport débattements/poids, la monte de pneus (certainement fragiles pour ses 22kg non?) je ne vois que le public de randonneur…
    Je suis peut-être sectaire mais j’ai du mal à envisager une pratique engagée avec si peu de débattement (et je ne parle même pas des anachroniques semi rigides).
    Quand je vois ce qu’encaissent les vélo de ma bande (tous en 160mm/27.5″) je me dis que c’est pas possible autrement.
    Néanmoins je reste persuadé que, pour trouver son public, il faudra envisager un autre modèle de distribution.

    1. Effectivement, avec ses 130mm, ses pneus moins agressifs et ses petits disques, le Neuron:ON demande de s’employer et de se donner un peu plus à son guidon lorsqu’on engage un peu. Ce n’est pas un Enduro mais son comportement facile et sain en toute situation à, en quelque sorte, un visage rassurant et donc pousse au crime. Certes pas à la vitesse d’un Spectral:ON, mais c’est vraiment sa polyvalence qui est bluffante ! J’ai moi même été bluffé par cette polyvalence : le poids des VTTAE fait que leurs suspensions semblent toujours mieux fonctionner que sur les VTT, et ça joue énormément. Après je te rejoins sur le fait qu’un 160mm convient partout : la présence d’une assistance électrique le dépénalise dans les montées et dans les descentes, il encaisse sans broncher 😉
      Mais pour satisfaire un autre public, le Neuron:ON (son prix et sa polyvalence) est certainement sur la bonne voie…

  2. Bonjour,
    Mon commentaire n’est pas en rapport avec test du Canyon Neuron:ON.
    J’aurais juste aimer connaître la marque du pantalon que porte Tom Garcia dans l’essai.
    D’avance merci pour votre réponse.
    Mat

  3. Bonjour,
    je suis intéressé par le canyon vae neuron on ,mais j’ai besoin de conseil sur la taille.
    en effet les vtt que j’ai eu durant de nombreuses années étaient en taille L car je mesure 1.81cm et 86 cm entre jambes.Sur les criteres de taille canyon je suis toujours en M.
    Comme vous avez essayé ce VAE, quel conseil de taille vous me préconisez, sachant que je fait du vtt pour me tirer la bourre avec mes potes et je ne pensez vraiment qu’on pouvez se fatiguer en vae(avant d’avoir essayé). Comme quoi il n’y a que les imb…. qui ne changent pas d’avis.
    Merci pour votre retour .
    Mon vtt actuel, c’est un scott spark .
    cdt AL

    1. Je fais 1m81 et 84cm d’entrejambe. Je viens d’essayer le process Canyon pour le choix de la taille : ça m’indique aussi un M. Pour avoir rouler le L, je ne roulerai absolument pas un M. La charte Canyon semble hésitante à faire passer à la taille supérieure, et ce depuis bien longtemps…

  4. Bonjour,
    Bravo pour vos articles qui sont agréables à lire.
    Je prévois de changer mon VTT (musculaire) pour un VTT AE.
    En effet, suite à une opération du genou (ménisque), celui-ci est plus sensible au pédalage.
    De plus, si j’ai bien compris, me mode ECO permet de prendre en charge le poids du vélo tout en gardant l’assistance sous le coude en cas de douleurs au genou ou coup de pompe.
    J’hésite fortement entre le Spectral:ON et le Neuron:ON (question de budget également par rapport aux autres marques).
    Mon utilisation principale est : la randonnée à la 1/2 journée, journée ou pour des longues traversées sur plusieurs jours avec gros sac à dos (ex : traversée des vosges, des alpes, etc par les sentiers balisés – 1 ou 2x par an).
    J’apprécie le pédalage en montée car je sais qu’après il y a la descente. J’aime lâcher de temps en temps les freins tant que je maitrise le cintre. Par contre, je ne fais pas de bike park (pas le niveau pour faire des sauts :-))) )
    J’étais parti sur le Spectral:ON après un essai lors d’une session test, mais à la lecture de votre article, le Neuron:ON parait plus adéquat. Puis-je avoir votre avis ?

    1. Bonjour,
      Le Spectral:ON et le Neuron:ON se différencient vraiment dans les portions descendantes. Là où le premier aura encore de la réserve, le second commencera à donner du fil à retordre. En terme de rendement au pédalage, ils sont très proches. Avec quoi rouliez-vous auparavant ? Et en étiez-vous satisfait ?

      1. Je vous remercie pour votre réponse.
        Donc, si je comprends bien votre message, le Spectral et le Neuron sont quasi équivalents dans les portions de montées ?
        Auparavant, j’étais sur un montage perso à base de Drac “Le chartreuse” tout suspendu en 150 à l’avant. Les roues sont en 26′ – cadre alu.
        J’étais assez satisfait.
        J’avais essayé le Spectral (version musculaire) lors d’une session test en 27.5, et j’avais été très surpris par le coté roulant de celui-ci. Peut-être était-ce l’euphorie de la nouveauté ?
        D’ailleurs, j’hésite toujours entre une version musculaire et électrique. Une faiblesse de l’un de mes genoux m’indiquera le choix à faire 😉 .

  5. Je suis également intéressé pour un retour sur les différences entre le spectral et le neuron ..

    Personnellement je possède déjà un neuron al (120 avant 110 arrière) mais suite à un pépin physique je compte acheter un VTTAE. J’aime autant les montées techniques que les descentes .. je cherche avant-tout un vélo ludique et sécurisant capable de passer partout, sur une pratique quasi quotidienne, 90% sur des singletracks pas trop engagés et 10% sur des raids alpins. Je me moque pas mal du chrono en descente je cherche juste à avaler les km avec fun et une marge de sécurité (pour ne pas plus m’esquinter que je ne le suis déjà ..). Pour ne rien simplifier canyon a modifié les spec du neuron cette année avec une géométrie plus sécurisante et 130 mm de débattement :D.

    Y-a-t-il un différence vraiment notable sur le comportement en montée? Le spectral reste-t-il assez joueur et maniable sur des portions trail plus “cool”?

    1. Avec les dernières spécifications, Canyon cherche à grossir le trait entre Spectral et Neuron, le Spectral s’adressant plus encore à une pratique engagée. Pour le programme que vous évoquez, il me semble que le Neuron, plus tolérant en suspension, et plus court en empattement/reach, sera plus à propos 😉

  6. Serait il possible de savoir si il y a un magasin sur la région de Bordeaux qui vend des vtt tout suspendu électrique Canyon merci

  7. Bonjour,
    Avez-vous un avis sur les versions 6.0 et 5.0?
    Faut il s’attendre à une version Avec batterie integree dans les prochains mois?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.